ABIDJAN (Xinhua) – Un responsable du Front populaire ivoirien (FPI, parti de l’ex-président Laurent Gbagbo) a dénoncé dimanche des « arrestations arbitraires » dans les rangs de cette structure après les récentes attaques perpétrées par des inconnus contre des casernes militaires du pays.

Lors d’un entretien avec des journalistes, le secrétaire général intérimaire de la jeunesse du FPI, Justin Koua, s’est dit préoccupé par les « interpellations successives » effectuées par des éléments des forces de sécurité.

« Nous sommes dans un pays où le droit doit primer. Il y a lieu de mener des enquêtes conformément aux normes avant de culpabiliser telle ou telle personne », a-t-il relevé, indiquant que « 20 à 25 jeunes ont été enlevés par des hommes en tenue militaire ».

M. Koua a réitéré l’engagement de son parti à s’accrocher à la transition pacifique et a rejeté toute volonté de violence.

La Côte d’Ivoire a connu ces derniers jours une vague de violences perpétrée par des inconnus armés contre des bases militaires du pays, faisant au moins 11 morts parmi les soldats.

Plusieurs formations politiques, dont le Rassemblement des républicains (RDR, parti du président Alassane Ouattara) et le FPI ont condamné ces attaques ciblées et demandé que leurs auteurs soient retrouvés et sanctionnés.

Pour sa part, le ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko a dénoncé « la volonté de harcèlement du pouvoir par un groupe de personnes » basés dans un pays étranger et annoncé l’interpellation de « plusieurs suspects », tout en accusant des pro-Gbagbo d’être responsables des attaques meurtrières.

Source : http://www.afriquinfos.com/articles/2012/8/13/cote-divoire-pro-gbagbo-denoncent-arrestations-arbitraires-208200.asp

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.