Un article et publication de  GINETTE HESS SKANDRANI

 AOÛT 12, 2012


Sarkozy le retour!

Ban Ki-moon appelle à une présence de l’ONU en Syrie après la fin de la mission des observateurs

New York / Le secrétaire général des NU, Kofi Annan, s’est dit qu’il est pour une présence des NU même après la fin de la mission des observateurs, surtout pour appuyer les efforts de futur envoyé onusien en Syrie qui va remplacer Kofi Annan.

Selon des sources médiatiques citant Ban, ce dernier a souligné dans une lettre adressée au Conseil de sécurité avant la fin du mandat des observateurs onusiens, prévue initialement le 19 août courant, qu’il existe assez d’alternatives pour préserver une présence effective et souple des NU en Syrie.

Ban a indiqué que les conditions définies par le Conseil pour le maintien de la mission onusienne dans sa forme actuelle en particulier la fin de la violence n’ont pas été traduites concrètement sur le terrain, mettant l’accent sur l’impératif de maintenir une présence onusienne dépassant ainsi les limites de l’action humanitaire ce qui permet aux NU de poursuivre de s’informer sur la situation sur le tas et au nouvel émissaire de bien jouer son rôle de médiation.

T. Slimani

Il est peu probable que le « nœud syrien » soit délié à Alep

                                                           Vendredi 10 Août 2012
Il est peu probable que le « nœud syrien » soit délié à Alep

Les rebelles ont subi des pertes considérables à Alep, deuxième ville de la Syrie, et se retirent. On voit ainsi échouer leurs plans de créer dans cette ville stratégique une place d’armes, afin de poursuivre les hostilités et une base pour accueillir l’aide étrangère. Les experts estiment que le contrôle de cette ville donnera des avantages sérieux à ceux qui la garderont.

Elena Souponina

Voici le point de vue sur la situation en Syrie du commandant de l’Armée syrienne libre (ASL) Ryad al-Assaad, qu’il a exposé dans une interview exclusive à La Voix de la Russie.

L’ASL rebelle a reconnu l’importance des pertes subies à Alep. Même si les combats se poursuivent encore dans certains quartiers de la ville, Damas a déjà annoncé la victoire proche des troupes gouvernementales. Tandis que le commandant des rebelles Ryad al-Assaad ne partage pas du tout les conclusions des autorités officielles.

«  Les combats pour le contrôle d’Alep se poursuivent. Une partie des forces restent aux abords de la ville, où des combats font rage. Les hostilités ont lieu simultanément dans plusieurs quartiers. Là nos détachements ont réussi à encercler l’armée gouvernementale, qui subit des pertes en effectifs et en blindés. Le régime a recours à la désinformation. En réalité nos combattants restent aussi dans la capitale. Il n’y a pas de quartier à Damas qui soit entièrement contrôlé par les autorités. Le régime faiblit de jour à l’autre. Et de ce fait il durcit ces actions « .

Le commandant a informé de ce que les effectifs de l’ASL dépassaient aujourd’hui 100 000 hommes, dont plusieurs milliers d’officiers. Il a de même noté qu’il se trouvait en Turquie (elle aide activement l’opposition) et dirigeait les opérations militaires de là-bas. Ryad al-Assaad a démenti la présence dans les rangs de rebelles de terroristes d’Al-Qaïda et a déclaré que l’opposition était contre toutes formes d’extrémisme. Déclaration, doit-on dire, étrange. Car comment appeler alors la rébellion armée ? D’autant qu’il y a quelques jours les forces gouvernementales avaient capturé des dizaines de mercenaires de Turquie, Qatar et d’Arabie Saoudite. Et il est tôt pour le moment d’affirmer qu’ils ne sont pas liés à des organisations radicales.

Le commandant de l’ASL a endossé la responsabilité pour la crise au régime à Damas, mais aussi aux forces internationales qui le soutenaient, y compris la Russie. D’ailleurs, Ryad al-Assaad a oublié de préciser que Moscou se prononçait pour une ouverture au plus vite des pourparlers de paix, l’arrêt de la violence par toutes les parties prenantes du conflit et contre une ingérence étrangère dans les affaires intérieures de ce pays. Or une autre aile militaire de l’opposition – le Conseil national syrien – compte renverser le pouvoir à l’aide d’une intervention militaire étrangère.
Le 9 août ce problème a été discuté à Téhéran au niveau ministériel par plus de vingt pays avec la participation de l’ONU. Il a été reconnu que seul un dialogue entre les autorités et l’opposition permettra de trouver une issue à cette crise prolongée. Mais, d’après tout, une issue pacifique n’arrange pas l’Europe. On apprend que la France et la Grande-Bretagne ont l’intention d’envoyer après l’Olympiade un puissant groupe naval vers les côtes Syriennes en Méditerranée. Officiellement pour des exercices navals.

            La Bataille pour Alep : un tournant où un succès temporaire ?

????? ????? ????? ????? ??????????? ??????

Cette agglomération stratégique est contrôlée par les forces du gouvernement. L’opposition a reconnu à contrecœur sa défaite. Selon les experts, l’établissement de l’ordre dans le pays et le maintien du pouvoir actuel dépendent maintenant de la fermeté du leader syrien.Les espérances du chef du Pentagone Leon Panetta que la prise par les rebelles de la ville syrienne d’Alep permettra d’enfoncer le « dernier clou dans le couvercle du cercueil » de Bachar al-Assad, ne se sont pas justifiées.

Les combats pour la deuxième ville syrienne ont été considérés par les autorités, les rebelles et les experts occidentaux comme décisifs. Cependant, la situation ne s’est pas développée en faveur des « militants contre le régime». Bien que même cette issue du combat ne signifie pas que les forces du gouvernement ont atteint une supériorité décisive, croit l’orientaliste, le professeur Vladimir Issaev.

« La situation n’a pas considérablement changé parce qu’une partie de Damas a été prise. Cependant les troupes gouvernementales ont obtenu un certain succès. Maintenant tout va dépendre de la capacité de l’opposition de se concentrer, de recevoir le financement des pays du Golf, des Etats-Unis et la Turquie et de passer à travers la frontière entre la Turquie et la Syrie qui est pratiquement absente. Qu’est ce que Bachar al-Assad peut entreprendre ? Comme toutes les tentatives de commencer les négociations pacifiques ont échoué, je peux répondre par des paroles du représentants syrien en ONU. Il a dit qu’il faudrait prendre des mesures plus sévères ».

Le peuple syrien et les autorités syriennes ont un plan concret des actions, a raconté à La Voix de la Russiele coprésident du Comité russe de solidarité avec les peuples de Syrie Oleg Fomin :

« Qu’est ce que les Syriens doivent faire? Ils doivent continuer à défendre les villes et les villages contre les bandits, pousser toutes les forces normales de la société à commencer les négociations, améliorer les relations avec la Russie, la Chine, le Venezuela, Cuba : les pays qui les soutiennent. J’espère que le cercle d’amis de la Syrie va s’étendre parce que tout le monde doit comprendre que Damas a raison et que la politique des néo-mondialistes est déficiente. Ils essaient d’établir leur propre ordre en Syrie et surtout de faire revenir le chaos au Proche-Orient ».
Il faut souligner que la ville d’Alep est un grand centre commercial dont la population soutient Bachar al-Assad. Les rebelles et leurs alliés occidentaux envisagent Alep comme une place d’arme pour mener le combat et comme une base pour recevoir le soutien étranger. Maintenant il faudra chercher une autre place.
french.ruvr.ru

 

                                Bataille de Salaheddine : 5 chars ont fait fuir les miliciens

L'armée syrienne dans les rues de Salaheddine

La bataille de Salaheddine révèle ses secrets. Selon le correspondant du journal britannique The Independant, Kim Sengupta ce sont 5 chars de l’armée syrienne qui ont fait fuir les miliciens de ce quartier voire de tout Alep.
«  Ces chars de type T72 et T80 qui sont inébranlables face aux missiles anti-char »  explique-t-il, rapportant les témoignages de miliciens selon lesquels 12 obus lancés contre l’un d’entre eux se sont fondus avant même de toucher la carapace de ce véhicule qui constitue l’une des énigmes de l’industrie militaire russe.
Sengupta estime que l’armée régulière en contrôlant le quartier Salaheddine a brisé la ligne de défense la plus importante pour les miliciens, «  ce qui lui permettra d’acheminer des renforts du quartier Hamadaniyyé qu’elle contrôle déjà, et relier ce quartier aux autres régions qu’elle contrôle, notamment la citadelle et l’aéroport ».

Le correspondant rapporte que les combattants islamistes de Jabhat Nusrta d’al-Qaida étaient les premiers à s’enfuir de ce quartier, lorsqu’il était en proie à un pilonnage aérien et terrestre.

Sengupta a également nié les allégations des insurgés qui font état d’accrochages qui ont repris dans ce quartier, et de récupération de points stratégiques. Il a affirmé avoir effectué une tournée dans ce quartier et assuré qu’il n’y reste plus aucune trace des miliciens.

La correspondante de la télévision Mayadine a elle aussi effectué une tournée dans ce quartier, en compagnie d’une unité de l’armée syrienne. Le quartier est désertique et certaines de ses rues sont dévastées. Certains bâtiments à l’entrée du quartier piégés par les miliciens avaient explosé dès l’entrée des soldats réguliers. Un habitant du quartier venu s’enquérir de ses biens lui a confié avoir également trouvé son appartement piégé, d’une charge explosive reliée à une bombonne de gaz. Elle a signalé que parmi les miliciens tués figurent des saoudiens, des yéménites et des libyens. Au cours de sa tournée, un soldat a été blessé à la jambe par un sniper milicien.

La correspondante de Mayadine a toutefois signalé que des affrontements ont lieu ce samedi dans les quartiers avoisinants de Salaheddine, surtout à Seif-EdDawlé, Aazamiyyé, Annsaré, Machhadé.
Elle a fait état d’une attaque avortée contre une caserne de l’armée syrienne, aux confins de Salaheddine au cours de laquelle des miliciens ont été tués et d’une autre attaque d’une grande ampleur, également avortée, contre le bâtiment de la radio et télévision. Des tirs snipers y ont également été signalés.
Elle a également assuré que les forces gouvernementales contrôlent la prison centrale d’Alep. Dans la nuit de vendredi à samedi, celle-ci devait faire l’objet d’une attaque à partir d’une ferme avoisinante. Les miliciens ont été repérés et ont essuyé des tirs d’obus au cours desquels des dizaines d’entre eux ont péri.
Selon Taht-l-mijhar, c’est la troisième fois en 12 heures que les miliciens tentent de s’emparer de cette prison. 3 véhicules équipés de mitrailleuses et transportant des miliciens ont été détruits. Et la prison se trouve entièrement sous le contrôle des forces régulières.

Pour sa part, la milice du régiment Tawhid de l’ASL a affirmé avoir détruit avec l’assistance de Jabhat-Nusrat une brigade électronique de l’armée syrienne dans la région Tel Chaghib dans la province sud d’Alep. Selon l’agence Anatolie, à la foi d’un chef de cette milice Abou Hamza 25 militaires syriens ont été abattus dans les accrochages au site de la base électronique, après un siège de 24 heures. Cette base reviendrait à une brigade électronique chargée de détecter les datas des sites pour guider les bombardements des avions militaires, dit Abou Hamza selon lequel 4 véhicules des forces gouvernementales ont été détruits et d’autres dont le nombre n’a pas été signalé ont été dérobés.
Cette information n’a pas été confirmée de source indépendante. Aucune image ne l’a étayée, alors que ce genre d’opération est généralement filmé par les insurgés.

                                                                                  A cause d’Al-Jazeera

Ahmad Zaydane

Dans une interview pour Arab Press, un chef des brigades ASL a accusé le correspondant de la chaine qatarie AlJazeera d’avoir causée express ou involontairement la mort de dizaines de ses miliciens durant les dernières heures de la bataille a Salaheddine.

«  Le régime Assad a coupé les communications de tous les quartiers d’Alep durant les deux jours qui ont précédé la bataille ce qui a semé la confusion au sein des groupes armés qui ont perdu tout lien entre eux, par la suite nous avons décidé de suivre les reportages  du correspondant de la chaine de télévision AlJazeera pour savoir ce qui se passe. Dans la nuit de mercredi à jeudi, les medias officiels diffusaient l’information que l’ASL opérait un repli tactique ce que le correspondant a complètent nié, assurant que l’ASL contrôle toujours le quartier et que le régiment Tawhid a détruit trois chars et empêché l’armée d’avancer », explique ce commandant milicien.

Selon lui, en se fiant aux propos de Zaydane, les miliciens sont restés dans le quartier et ont fait le jeudi l’objet d’une embuscade de l’armée au cours de laquelle des dizaines d’entre eux ont été abattus, alors qu’ils tentaient de sortir du quartier, lorsque les tirs de feu se sont arrêtés..
Selon ce chef milicien, les jours de Zaydane pourraient très bien être en danger sachant que de nombreux miliciens lui en veulent et ont juré de l’abattre. Selon le site Syria Truth, un officier du Conseil militaire a décidé de l’exécuter parce qu’il assume la responsabilité de la mort de dizaines de miliciens.
Les reportages de Zaydane ont fait l’objet de discussions orageuses au sein de la cellule de communications de l’ASL dont le siège se trouve à Antioche.

                                                                                Scission CM-ASL??

Des observateurs ont perçu les prémisses d’une scission, voire d’un divorce entre le Conseil militaire (CM) qui supervise les combats en Syrie et le commandement de l’armée syrienne libre (ASL) qui siège dans les camps des refugiés syriens à Hatay.

Vendredi, le CM avait publié un communiqué signé par son chef le colonel pilote Kassem Saad-Eddine dans lequel il affirme que le conseil est la seule « ombrelle révolutionnaire qui garantit les objectifs de la révolution » et insiste sur « la nécessité de l’action commune entre toutes les brigades dans le cadre du Conseil militaire pour faire face aux opportunistes qui tentent de confisquer la révolution après la chute du régime ».

Une source proche du CM à Homs a signalé pour le site Arab Press que les membres du CM ont exprimé leur colère pour le rôle négatif joué par le commandant de l’ASL, Riad Assaad qui «  n’a rien offert à la révolution syrienne que de rester dans les camps en Turquie et de faire ses apparitions médiatiques ». Selon cette source, Assaad qui en est arrivé a fustiger les dissidents qui sont hiérarchiquement plus hauts que lui voudrait que les soldats exclusivement fassent  défection pour qu’ils les commandent. «  Ce qui constitue une erreur stratégique. S’il veut que la révolution sorte victorieuse, il ne doit pas réfléchir sur celui devrait commander l’armée ou l’opposition, mais devrait être à nos côtés pour que nous unissions nos objectifs ».

                                                                      Al-Qaida plus percutant que l’ASL

Des responsables américains assurent que la nébuleuse d’Al- Qaïda a élargi ses activités en Syrie et tente de mettre en place des unités disposant d’importantes capacités d’organisation.
Se confiant pour l’agence Associeted Press, ces responsables qui ont refusé d’être identifiés indiquent que près de 200 membres d’Al-Qaida se trouvent d’ors et déjà sur le sol syrien.
Cette information a été confirmée par Merhef Jweyjati, membre du Conseil national syrien, coalition de certaines factions de l’opposition syrienne reconnus par les occidentaux et les monarchies du Golfe, et selon lequel «  les extrémistes qui débarquent en Syrie détiennent des armements plus sophistiqués et des fonds plus importants que les combattants de l’Armée syrienne libre » et précisant qu’ils ont des mortiers, des missiles anti chars et des RPG venant des anciens dépôts d’armements irakiens .

                     Rumeurs et défections: un million de dollars pour la défection d’un ambassadeur

Mohamad Said Bunni

Le vice-président syrien Farouk Charea a nié pour la télévision AlManar avoir fait défection, démentant une rumeur répandue par des chaines satellitaires avoir fait défection et s’être rendu en Jordanie.
il en est de même pour Oussam Ouday , membre du commandement régional du parti Baas et directeur du bureau des ouvriers et des agriculteurs qui a lui aussi nié avoir fait défection, comme l’ont déclaré des sites de réseaux sociaux.

Des sources spéciales ont révélé pour le site aleppin Taht-l-mijhar que l’ambassadeur syrien en Mauritanie a rejeté une suggestion de défection proposée par l’ambassade du Qatar à Nouakchott. En échange, le diplomate syrien Mohammad Said Bunni devait toucher cash la somme d’un million de dollars, à laquelle s’ajoute un salaire mensuel de 20.000$ pour une durée de vingt ans et la possibilité de résider à Doha.

Yara Saleh

                                                                                   Nouvel enlèvement

Dans la province de Damas, un quatrième enlèvement des journalistes a été perpétré vendredi. Ses victimes sont cette fois-ci une équipe de la télévision Ikhbariyya composée de la correspondante Yara Saleh, du cameraman et son assistant et du chauffeur. Ils voulaient couvrir les affrontements qui avaient lieu dans la région Tel entre l’armée régulière et les milices.

Source : http://lavoixdelasyrie.com/data/?p=4173

De Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d’Afrique.

 

Publicités

2 pensées sur “Les Dernières nouvelles concernant la Syrie (Ginette Hess Skandrani)”

  1. merci pour avoir repris ces articles. Ce n’est qu’en diffusant d’autres informations que les médias-mensonges ne transmettent jamais, que nous arriverons à déstabiliser tous ces va-t-en guerre qui veulent tous la peau de Bachar après avoir eu celle de Kadhafi afin de recoloniser le Moyen-Orient, son pétrole et son gaz

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.