On n’a pas dit le nom de quelqu’un. Donc laissez-nous tranquilles cette fois-ci. On a juste parlé de vagabondage national et de vagabondage ethnique. On n’a ni parlé de lui, ni parlé de l’autre qui se trouve encore être lui.

Dans tous les cas, tout le monde le sait. Il est né à Sindou. Mais il dit qu’il est né à Dimbokro. Or, on sait qu’on ne nait qu’une seule fois. Tout comme on ne meurt qu’une seule fois. Mais lui, il a défié toutes les lois de la nature. Il est né deux fois, dans deux endroits différents. C’est pourquoi il ment de façon surnaturelle. Enfin. On n’a pas dit le nom de quelqu’un.

Sinon, je le connais un peu ce gars-là. Son père est du Banfora. Il y était chef de village paraît-il. Il y est mort et on l’a enterré. C’était en Haute Volta. Mais il semble vouloir dire maintenant que son père est né et mort à Gbéléban dans la Nord de la Côte d’Ivoire. Eh Dieu! Mensonge va tuer le type-là.

En fait, il m’a expliqué. C’est du temps où il portait encore le nom commençant par la lettre «D», que son père était originaire du Banfora. Sinon, depuis le mois de juin 2012, le «D» est banni de son nom. Donc, il a cessé d’être né dans le Banfora. Désormais, c’est à Gbéléban qu’il est né. Après, quand cela deviendra nécessaire, il naîtra à Dikodougou. Et après, il naîtra à Bouaké. Puis un peu plus tard, il sera originaire de Mama, le village du grand frère.

Mais, bon, chacun a sa façon de naître et de mourir. Tout est une question d’intérêt géopolitique. Ce sont les gens qui ne poursuivent pas des grands objectifs dans la vie, qui se contentent de naître et mourir qu’une seule fois en un seul lieu, selon les lois de la nature.

Sinon, le vagabondage ethnique, qui impose qu’on suive la trajectoire du soleil et les positions de la lune pour fixer son nouveau lieu de naissance et son ancien lieu du rappel à Dieu, c’est en principe ça qui est à la mode. Jusqu’ici, je n’ai pas dit le nom de quelqu’un. Donc, énervez-vous doucement.

Voilà. La dernière fois qu’on ne se sera pas vu, il m’aurait confié que sa mère même, elle a besoin d’évoluer dans le temps et dans l’espace. Pour l’instant, c’est Kong qui l’accueille. Naissance, sépulture, enfance, vieillesse; tout, ça c’est à Kong. Franchement, la vieille est démodée. Elle devra regarder du côté de Gbéléban aussi. Comment? C’est déjà fait? Eh Dieu; c’est quelle façon de faire ça?

Bien. En principe, seuls ceux qui ont des PhD dans ce machin-là, je veux parler du mensonge économique, qui peuvent avoir des ascendances aussi volatiles dans le temps et dans l’espace. Quoi de plus normal ! Car n’est pas le commun des mortels, un Docteur économiste avec un PhD de surcroît obtenu en Pennsylvanie. Doucement. Je n’ai pas encore dit le nom de quelqu’un.

Tenez-le pour dit. Toutes ressemblances entre les personnages évoqués dans cet exposé avec un personnage de votre entourage n’est que pure coïncidence. Donc, laissez-moi finir.

C’est ça. Alors voilà. Vagabond, il l’est dans son âme et dans sa chair. Vagabond de la citoyenneté. Vagabond de la nationalité. Vagabond dans le matrilignage. Vagabond dans le patrilignage. Vagabond dans le lieu de naissance. Vagabond dans le mensonge. Et toujours égal à lui-même.

Oui. Marquons un arrêt. Lui-même est né dans le Banfora n’est-ce pas? Mais après, il est né à Dimbokro. Son père aussi était du Banfora? Après, il a été natif sous d’autres cieux.  Donc tel père, tel fils alors! Et puis après, telle mère tel fils aussi!

Cela dit, je n’ai toujours pas terminé parce que je n’ai encore dit le nom de personne. Si je ne dis pas de nom, cela veut dire qu’on se comprend déjà. Et que je n’ai pas besoin de vous présenter ce vagabond  nuisible, menteur, poisseux, menteur encore et poisseux à jamais. Oui. Poisseux avec l’équipe nationale de football de Côte d’Ivoire, poisseux avec Sarkozy, poisseux avec Wade, poisseux avec Jean Ping et, bientôt poisseux avec…

Merci de ne pas m’en vouloir. Je n’ai toujours pas dit le nom quelqu’un. Surtout pas en ces temps où l’exportation et la déportation font si bon ménage.

En conclusion, il reste l’homme le plus faux du XXIe siècle. C’est pourquoi il ne mérite la confiance de personne.

Cependant, j’insiste. Toutes ressemblances entre les personnages évoqués dans cet exposé avec un personnage de votre entourage n’est que pure coïncidence. Donc, laissez-moi tranquille.

A Très bientôt.

Hassane Magued

La Révolution Permanente N°00335/07/12

Infodabidjan.net

Publicités

Laisser un commentaire