Entre l’écrivaine française d’origine camerounaise, Calixthe Beyala, et Alassane Ouattara, c’est la guerre ouverte. Il y a quelques semaines, le parquet d’Abidjan-Plateau, qui s’est spécialisé dans le harcèlement des partisans de Laurent Gbagbo, a délivré un mandat d’arrêt contre Calixthe Beyala accusée de blanchiment d’argent. La réponse de l’écrivaine franco-camerounaise ne s’était pas fait attendre. Elle indiqua sur les ondes des médias français que M. Ouattara ne l’aime pas parce qu’elle dénonce quotidiennement ses pratiques anti-démocratiques.

Mais, M. Ouattara et ses soutiens ne s’arrêtent pas à traquer l’écrivaine au plan judiciaire. Ils sont également très actifs surs les réseaux sociaux notamment sur facebook où elle est quotidiennement l’objet d’agressions de toutes sortes. Et comme Calixthe Beyala n’est pas du genre à se laisser faire, elle réplique régulièrement avec l’arme qu’elle sait le plus manier : la langue de Molière. Voici l’une de ses cinglantes répliques postée sur son mur, mercredi dernier: «Les pro-Ouattara viennent sur cette page m’insulter de tous les noms d’oiseaux inconnus ; c’est extraordinaire combien ce qu’ils nomment une pute, une plagiaire peut autant les déranger ! Ils disent que je suis nulle, j’accepte ; ils disent que je suis une plagiaire, j’accepte ! Ils disent que je suis une voleuse, j’accepte ! Ils disent, ils disent, j’accepte! Mais voilà, malgré tout, je suis connue universellement. Mes livres sont étudiés dans les plus grandes universités, traduits dans plus de trente langues! J’ai été lauréate des plus grands prix du monde … Quelle est donc la différence essentielle entre Ouattara et moi ? Elle est dans une seule phrase : j’entre dans l’histoire avec mes livres et leurs scories ou qualités, lui rentre dans les poubelles de l’histoire avec ses crimes et tortures inhumaines.»

La veille, Calixthe Beyala expliquait clairement que si les médias français ne parlent pas beaucoup des cas libyen et ivoirien, c’est parce que la France est gênée de constater la dérive qui a cours en Côte d’Ivoire notamment après avoir soutenu l’installation du nouveau régime en croyant naïvement que M. Ouattara était un démocrate. Une façon de dire à M. Ouattara qu’il se trompe lourdement en se vantant d’avoir toute la presse française dans sa poche. Car, à ses yeux, Ouattara ne pèse pas grand-chose en France. «Vous allez demeurer éternellement pour la République, un gentil collabo, celui qui laisse piller son pays en échange d’un lit à baldaquin », tranche-t-elle. Calixthe Beyala reçoit aujourd’hui-même à Yaoundé,capitale du Cameroun, le «Njawe panafrican prize» qui récompense une personnalité s’étant illustrée de façon singulière dans la lutte pour les droits de l’Afrique et des Africains dans son pays ou à travers le monde.

Augustin Kouyo

Source: Notre voie

Publicités

4 pensées sur “Calixthe Beyala aux pro-Ouattara: «Quelle est donc la différence essentielle entre Ouattara et moi?: j’entre dans l’histoire avec mes livres et leurs scories ou qualités, lui rentre dans les poubelles de l’histoire avec ses crimes et tortures inhumaines.»”

  1. Seul l´on ne suffit, mais ensemble nous sommes plus fort!

    Mobilisons-nous pour la fin de la monnaie FCFA – monnaie diabolique –

    Le FCFA EST NOTRE PLUS GRAND PROBLÈME, sauvons le Togo et choisissons notre propre monnaie. Le FCFA est notre plus grand handicape, si non, l´on s´est moqué de mon intelligence pour que Faure, Ali, Blaise et certains, soient à la tête de certains États africains.
    Je sais que nos compétents juristes togolais vont se pencher sur cette problématique de la monnaie FCFA, car je n´étais pas là et mes parents aussi, quand le FCAF a été crée et comment! Je voudrais bien savoir, c´est quoi cette monnaie? A qui elle appartient et pourquoi je dois l´utiliser? Et si je ne veux pas, qu´est ce qui va se passer? Je vais souffrir? Je perdrai mes bien? Que va-t-il se passer? Je veux bien savoir mes chers juristes Togolais? Vous savez de quoi je parle alors agissez et commencer par répondre à ces questions…
    Sarkozy m´a déjà insulté à Dakar en 2007, pour ça j´ai des compréhensions pour un ignorant! Mais je ne peut pas tolérer qu´un Togolais juriste me dise qu´il ressemble à ce que Sarkozy a dit à Dakar et encore dans l´Université de C. A. Diop. Je veux que l´on m´explique ce qui se passe entre nous Togolais !

    Chers Togolais et chères Togolaises, salut!
    La nuit a été longue, mais le jour est là, donc profitons de la lumière journalière pour annoncer notre victoire finale. Oui nous avons gagné mais il nous manque la clé, le trophée!

    Pourquoi personne n´ose parler de cela? Où sont les politiciens courageux? Ont-ils oublié contre qui nous-nous battons? Non nous ne croyons pas qu´ils ont oublié ou ignoré nos buts et objectifs !!!
    Seulement ils retardent les actions et nous ne croyons pas aussi qu´ils ont peur de cracher la vérité. Souvenons-nous de notre histoire depuis 60 ans, S. Olympio a oser et est assassiner et ainsi de suite ceux qui l´on suivit ont connu les mêmes sorts sous nos yeux, Gbagbo est toujours vivant mais captif, parce que nous avons crié très fort, car nous étions au courant des fait et conscients de la situation, donc nous connaissons notre histoire malheureuse, qui nous a fait perdre nombre de têtes. Même le jeune Thomas Sankara a été brutalement assassiné dans ce combat sans que jusqu´à nos jours la lumière soit faites sur ce meurtre, le journaliste Zogo a connu les mêmes sorts et beaucoup plus comme Tassan O. …

    Êtes vous à l´écoute? Avons-nous peur ou doutons-nous encore? Toutes les batailles sont gagnées mais comment recouvrir la liberté ne doit pas être une casse-tête!

    Nous sommes conscients que nous sommes ensembles et unis, mais il nous faut des décisions bien réfléchies, qui n´engage plus un individu mais plutôt une communauté, un peuple qu´ils ne peuvent d´un jour à l´autre exterminer. Comprenez-vous ce que nous revendiquons?
    Si l´occident, l´impérialiste esclavagiste, servi par nos propres frères marionnettes(Faure, Ali, Blaise) voudrons tuer tous les 99%, alors laissons les faire, car nous sommes déjà des cabris morts. Pourquoi devons-nous avoir peur du couteau et d´une quelconque arme?
    Le monde absurde, la société de 1%, la démocratie décadente nous a pris en otage depuis trop longtemps et nous ne sommes plus disponible pour ressourcer les oppresseurs. Si nous somme déjà ensembles unis pour les mêmes causes, ils tremblent et cherchent seulement à tuer… Pour cela nous n´auront plus peur et maintenant nous allons dire à haute voix, avec toutes les vérités, que nous ne voulons plus des monnaies étrangères, oppressives qu´ils nous imposent. La monnaie qui constitue le poumon et le cœur d´une communauté ne doit pas être étrangère. C´est pourquoi nous disons par bonne conscience que le « FCFA », doit disparaître et ceci définitivement.

    FCFA(le Franc des Colonies Françaises d´Afrique) est le virus connu qui divise, opprime et assassine nos peuples.
    Nous pouvons toute fois nous libérer de nos cellules mais pas de la prison… Ils s´en moqueront et diront: « malgré tout cela, ils sont toujours sous notre control et ne peuvent rien faire que de crier!» Ah bon?

    Non pas ça, nous voulons la liberté totale et cette liberté n´est plus négociable, comme d´autres prétendent que c´est le dialogue imposé qui résout les conflits. Pourquoi n´appellent-ils pas à monologuer, comme ils l´ont toujours fait. Appelons les choses par leur nom. Nous sommes prêt à aller les écouter(monologues) mais nos revendications doivent être satisfaites, si non nous irons toujours les écouter sans interrompre nos manifestations populaires jusqu´à ce qu´ils cèdent définitivement… Donc allons monologuer tout en maintenant nos activités, oui, c´est notre devoir et notre droit, car nous sommes la classe qui nourrit actuellement le peuple.
    LE FCFA doit disparaître ou soit personne n´envoie plus des sous au Togo et bientôt cela prendra effet. D´autres diront nous punissons les nôtres, non pas vrais, il y a la majorité qui ne dépend pas de la diaspora, donc, les nôtres aussi endureront et cela montre les faits patriotiques.

    Le CFAA EST NOTRE PLUS GRAND PROBLÈME, sauvons le Togo et choisissons notre propre monnaie.

Laisser un commentaire