Alors que le réacteur 3 de la centrale nucléaire d’Oi de KEPCO (Ooi-cho, Fukui Prefecture) était sur le point d’atteindre sa pleine puissance le 8 juillet, l’ancien vice Ministre de l’économie et du commerce japonais Seishu Makino, en charge de la sureté nucléaire sur le site, s’est adressé à la presse pour fustiger la présence de méduses antinucléaires qui empêchent toujours le réacteur numéro 3 d’atteindre sa pleine puissance.

    Commentant la préoccupation de l’administrateur KEPCO à cause de la présence de méduses dans les eaux qui servent à alimenter le réacteur numéro 3 et les conséquences directes de la perte de puissance de celui-ci à cause de quelques méduses terroristes, Seishu Makino a annoncé des mesures radicales pour faire face à ce problème : « Nous ne pouvons pas être dérangés par des méduses dans une centrale nucléaire qui possède le meilleur de la science et de la technologie ». 

    Que les déclarations hallucinées de cette personne en charge de la sureté d’une centrale nucléaire située en pleine zone sismique à de quoi faire marrer mais peut aussi inquiéter, alors qu’aujourd’hui encore un tremblement de terre d’une magitude de 5 sur l’échelle de Richter à frappé le centre du japon ce matin.

L’agence japonaise de sureté nucléaire (NISA) considère la présence de méduses dans les eaux servant à alimenter le réacteur 3 comme une invasion et une attaque (クラゲ来襲). N’importe quel japonais qui voit ce mot 来襲 l’associerait aux monstres de l’espace de type Godzilla.

Continuant dans sa lançée digne des meilleurs films de SF japonais, Seishu Makino a déclaré : « Nous ne pouvons être battus par de telles créatures ! Nous allons faire appel à l’élite de l’élite de la science et de la technologie pour les anéantir » !

Un anonyme a crée une image montrant des méduses protestant contre l’énergie nucléaire »再稼動反対Saikado Hantai » (contre le redémarrage de la centrale d’Oi).

Source : http://ex-skf.blogspot.nl/2012/07/ooi-nuke-plant-restart-senior-vice.html

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.