Appel à la Révolution en Côte d’IvoireIvoirien, Ivoirienne, l’heure a sonné. Le moment que tu attendais est arrivé. Où que tu sois, saches que depuis le début de ce mois de juillet, Dieu a permis que la Révolution en Côte d’Ivoire, ton pays, rentre dans sa phase finale.

Si tu es en exil au Libéria, au Ghana, au Togo, au Bénin ou dans un autre pays, rentres au pays dès ce jour. Mets fin à ton exil fait de souffrance, d’humiliation, de pauvreté et autres et rentres occuper ta terre. La terre de tes ancêtres.

Arrivé chez toi au campement, au village, en ville si quelqu’un occupe ta propriété, réclames-la lui. Exiges de lui qu’il te rende ce qui est tiens. Si c’est ta maison, rentres et installes-toi. Si ce sont tes terres cultivables, rends toi au champ et commences le labour. Si c’est ton bureau, habilles-toi, portes ta cravate, mets ta veste et fonce dans ton bureau. Si tu es au pays en Côte d’Ivoire, organises-toi. Parles à ton frère. Parles à ta sœur. Organisez-vous. Défendez ce qui vous appartient. Défendez ce qui hier a appartenu à vos parents. Défendez ce qui appartiendra demain à vos enfants. Acceptez de mourir pour ce qui vous appartient. Ce que vos parents vous ont légué et que vous devez céder entièrement demain à vos enfants. Ne vous dérober pas.

Ton frère Agni n’est pas ton ennemi. Ton frère Attié n’est pas ton ennemi. Ton frère Ebrié n’est pas ton ennemi. Ton frère Baoulé n’est pas ton ennemi. Ton frère Bété n’est pas ton ennemi. Ton frère Dida n’est pas ton ennemi. Ton frère Dioula n’est pas ton ennemi. Ton frère Gouro n’est pas ton ennemi. Ton frère Guéré n’est pas ton ennemi. Ton frère Sénoufo n’est pas ton ennemi. Bref. Ton frère Ivoirien n’est pas ton ennemi. Ton seul et unique ennemi c’est celui qui s’oppose à la Révolution. C’est celui qui t’arrache ce qui t’appartient. C’est celui qui prend ton pays pour le donner à l’étranger, à l’impérialiste. Qu’il soit ton propre frère ou ta propre sœur, sois impitoyable avec lui. S’il peut changer, sensibilises-le. Mais s’il ne peut pas changer, ne perds pas ton temps. Ce que je te dis, fais-le.

Nous autres combattants de la Révolution et pour la Révolution avons suivi de longs mois de formation. Nous avons été formés à accepter la mort. Mais et surtout nous avons été formés à accepter la vie. La vie dans notre pays sur nos terres, les terres de nos ancêtres, telle que nous l’entendons. Nous mènerons le combat avec vous jusqu’au dernier. Je ne suis pas entrain de parler comme le traitre Mangou Philips. Dieu appellera auprès de lui ceux qu’il voudra. Le reste mènera le combat jusqu’à la victoire finale.

Vous qui nous connaissez, vous sentez notre présence au pays. L’ennemi nous sens mais ne nous voit pas. Il remue ciel et terre pour nous arrêter mais il ne nous voit pas. Dieu nous a rendus invisibles. Perdant son temps à courir après nous, l’ennemi vous fait souffrir beaucoup. L’ennemi vous prend, il vous torture, il vous maltraite croyant avoir affaire à nous mais il sait très bien que ce n’est que peine perdue.

L’ennemi a été verrouillé. C’en est fini pour lui. C’est pourquoi je lance encore cet appel. Rentrez chez vous. Organisez-vous. A défendre ce qui vous appartient. A défendre vos familles. Vos enfants. Vos femmes. Vos maris. Vos parents. Vos amis. Ne permettez pas à l’ennemi d’accéder à vos campements, vos villages, vos quartiers, vos villes et venir vous égorger en toute impunité. Nous sommes là et avec vous nous ferons de très grandes choses ensemble.

Nous libérerons ce pays et le rendrons à nouveau gouvernable après que certains l’aient rendu ingouvernable. Dieu est avec nous et il vient de donner le top départ depuis le 1er juillet 2012. Que Dieu bénisse la Révolution et la Côte d’Ivoire.

A très bientôt.

Cdt Zanti

Publicités

Laisser un commentaire