Cibouton

Dans le cadre de notre série d’interview entreprise depuis un moment avec les combattants de la liberté, aujourd’hui nous recevons pour vous, un monsieur, homme Dieu très engagé. Pour lui, il ne faut pas monnayer Dieu avec le faux et donc par conséquent il faut dire au peuple de Dieu ce qui est afin que chacun prenne ses dispositions. Lui c’est le Père Jean K., maintenant laissons le nous parler:

Infodabidjan.net: Bonjour mon Père, présentez-vous au public.

Père Jean K. : Je suis le père JEAN K. Je suis prêtre Ivoirien depuis bientôt 11 ans et j’ai exercé plusieurs ministères dans mon diocèse. Présentement je prépare un master en théologie dogmatique.

Infodabidjan.net: Pourquoi avez-vous choisi la voie du combat alors que c’est est chose rare chez les hommes de Dieu?

Père Jean K. : La voie du combat n’est pas chose rare chez les hommes de Dieu. J’allais même dire que c’est courant. Chaque fois qu’un prêtre dénonce un fait de société ou des politiques hasardeuses de ceux qui gouvernent, il est de plain-pied dans le combat. Quand on parcourt l’histoire, on découvre des hommes de Dieu qui à un moment donné de cette histoire se sont résolument engagés dans la société soit en prenant vigoureusement position contre des faits d’injustice, soit en prenant directement la défense des opprimés. Des hommes de Dieu engagés, il n’y en a aussi chez nous en Côte d’Ivoire. L’engagement dans la société est une exigence de notre sacerdoce et de notre foi. Le prêtre vit dans la société et il ne peut pas rester insensible ou indifférent aux événements qui conduisent et marquent la vie de cette société surtout quand ceux-ci sont un contre témoignage de l’Evangile. C’est l’Evangile lui-même qui nous l’exige. Et le Christ, sur ce plan, est notre modèle. Il s’est révolté contre les dictateurs et les oppresseurs et cet engagement est notre héritage aujourd’hui. Nous devons l’assumer sans crainte et dans la foi. D’ailleurs la foi signifie le regard que Dieu veut que chacun de ses disciples porte sur sa situation dans ce monde où il vit. L’homme de Dieu qui n’a pas compris cela n’a pas sa place dans la moisson du Seigneur.

Infodabidjan.net: Quel est la réaction de vos supérieurs par rapport à vos écrits?

Père Jean K. : Je n’attends pas la réaction de mes supérieurs. Et je ne cherche pas à savoir ce qu’ils pensent. Je sais où je vais et ce que je fais. D’ailleurs, je ne parle pas au nom de l’Eglise. Je ne suis pas le porte-parole de l’Eglise de Côte d’Ivoire quand j’écris mes articles et prends fermement position sur tel ou tel sujet. L’Eglise est très organisée. Elle a ses structures officielles qui interviennent quand il le faut. Je ne suis pas membre de ces structures. Ce que je fais est ma conviction personnelle. Personne ne peut me demander d’en rendre compte. C’est ma foi en Jésus-Christ qui guide mes convictions et mes réactions. Je ne supporte pas la dictature et l’injustice et je me sens donc le devoir de les combattre partout où je les constate. En faisant cela je ne porte nullement atteinte à une quelconque hiérarchie.

Infodabidjan.net: Recevez-vous des menaces de personnes extérieures?

Père Jean K. : Non, je ne reçois aucune menace. D’ailleurs beaucoup ne me connaissent pas vraiment.

Infodabidjan.net: Comment recoivent vos fidèles vos écrits?

Père Jean K. : Je n’écris pas pour mes fidèles. Mes écrits ne sont pas des homélies ou des sermons de dimanche. J’écris pour tout le monde. Ceux qui savent que ces écrits viennent de moi les apprécient. Ils m’appellent même pour me féliciter et m’encourager. Ils apprécient la forme et le fond de mes écrits. Beaucoup disent que ce sont des propos courageux et engagés. Chacun est libre de faire sa lecture de mes écrits. Beaucoup aussi me prédestinent déjà à un avenir meilleur. Mais, croyez-moi, ce n’est pas mon objectif. Ça ne fait pas partie de mon programme. Je constate qu’il y a l’injustice et la dictature dans mon pays aujourd’hui et en tant que simple citoyen et prêtre, donc prophète, je réagis pour attirer l’attention de ceux qui nous gouvernent aujourd’hui. C’est tout ce que je fais. Je ne suis d’ailleurs pas le seul à le faire. Vous savez, les prophètes dans la Bible, surtout dans l’Ancien testament, avaient pour mission d’annoncer et de dénoncer les injustices de la société de leur époque. Le prêtre d’aujourd’hui dont la mission s’inscrit dans le sillage de celles des prophètes, ne peut pas faire autrement que ce que Jésus a fait. On n’est pas disciple du Christ pour prier seulement pour avoir accès au Royaume de Dieu.

Infodabidjan.net: Revenons à la crise ivoirienne, que dites-vous de cette crise?

Père Jean K. : C’est une crise absurde et laide. Depuis que je suis l’évolution de la vie politique dans mon pays, précisément depuis le retour du multipartisme, je constate que le mensonge est une règle d’or chez ceux qui font la politique chez nous et leurs suiveurs. Et ce que nous vivons depuis est le résultat de l’accumulation des mensonges des politiciens. Tout est mensonge. On arrive au pouvoir dans le mensonge. On règne dans le mensonge et on le quitte dans le mensonge. Quand les Ivoiriens apprendront à dire la vérité et à être honnêtes et intègres dans leur choix et agir politiques, vous verrez que nous ne vivrons plus de telles crises. Beaucoup ne savent pas pourquoi ils font la politique. Ou du moins pour eux la politique est un tremplin pour arrondir leur ventre ; c’est cela la ventrologie. Comme ils manquent de conviction et de vérité, ils passent de parti en parti pour assurer leurs arrières en protégeant leurs affaires. Tant qu’on aura ce genre de politiciens en Afrique et chez nous particulièrement, nous serons toujours en crise. Et celles qui viendront risquent d’être plus graves que celles que nous avons déjà connues. Il nous faut donc sortir des sentiers battus.

Infodabidjan.net: Pensez-vous qu’il peut avoir une vraie réconciliation dans l’état actuel des choses?

Père Jean K. : Non, il ne peut jamais avoir de réconciliation dans notre pays dans l’état actuel des choses. J’ai écrit beaucoup de papiers sur notre réconciliation. On n’a vraiment pas besoin d’être analyste ou expert pour constater et dire cela. Je dénonce d’abord la façon dont cette fameuse commission a été constituée. Je remarque que ceux qui l’ont inventée l’ont fait pour plaire à des amis extérieurs, la fameuse communauté internationale, pour recevoir des prébendes. Ensuite, ceux qui la composent ont été cooptés pour jouer le jeu, les civiles comme les religieux qui la composent. On a réuni des copains pour leur faire plaisir et les remercier pour leur soutien à leur mentor. Enfin, c’est une commission vérité qui paradoxalement ne dit pas et ne fait pas la vérité et a même peur de la vérité. Je suis convaincu que cette fameuse commission navigue à vue parce qu’elle manque de vérité. Elle sait bien ce qu’il faut pour prétendre réconcilier les Ivoiriens mais elle louvoie et tourne en rond. Elle est budgétivore mais proprement inefficace. C’est vraiment un gâchis. Il me semble que ses membres se complaisent dans cette situation parce que cela leur rapporte de l’argent, même beaucoup d’argent, surtout que cela vient des fameux bailleurs de fonds, toujours les mêmes. Ils veulent une tranquillité pour pouvoir piller davantage nos ressources. Et notre commission joue parfaitement le jeu. Mais elle le joue très mal.

Infodabidjan.net: Quel est votre mot pour Banny, président de la CDVR?

Père Jean K. : Un seul mot à Banny qui est chrétien : dire et faire la vérité au nom de sa foi en Christ. Lui et sa commission seront plus libres et efficaces en disant la vérité, rien que la vérité.

Infodabidjan.net: Pour vous, aucune réconciliation en Côte d’Ivoire n’est possible avec Laurent Gbagbo à La Haye?

Père Jean K. : Je ne suis pas le seul qui pense cela. L’évidence saute aux yeux de tous, sauf de ceux qui ne veulent pas la voir. Il y a beaucoup qui croient encore que les Ivoiriens peuvent se réconcilier aujourd’hui sans GBAGBO Laurent. Il faut être de mauvaise foi ou simplement aveugle pour croire cela. C’est en cela que je dis que la fameuse commission de Banny louvoie avec la vérité.

Infodabidjan.net: Comment avez-vous vécu le kidnapping et la déportation du Président de la République de Côte d’Ivoire, SEM Laurent Gbagbo?

Père Jean K. : C’était un grand moment de torture à la fois physique, psychologique, morale et même spirituelle pour moi. Il me semblait que je souffrais à sa place. Ce monsieur, je n’ai eu aucun contact avec lui. On ne peut pas me compter parmi ses amis ou pasteurs. Je n’ai jamais reçu un seul centime de lui. Mais ce que je ressens pour lui me dépasse parfois. J’ai vu le président GBAGBO pour la première fois en 1988, le jour où revenu d’exile, il a été reçu par le président Houphouët. Je ne me l’explique pas encore, depuis ce jour jusqu’à aujourd’hui, ma sympathie pour ce monsieur ne s’est jamais émoussée. Je me souviens qu’à l’époque, j’étais encore en 4è au collège, mon père me forçait presque, de me détourner de lui et d’aimer le Pdci parce que je suis Baoulé. Je lui ai répondu naïvement et sèchement que je ne veux pas. Il a fini par me laisser tranquille. Depuis, j’ai suivi toutes ses activités jusqu’aujourd’hui et je vois en lui un grand combattant, un grand homme. Comprenez donc que son kidnapping et sa déportation soient pour moi des moments de douleurs et d’amertume. J’ai beaucoup souffert durant ces moments. Mais après, je me suis dit que c’est le destin de ce monsieur qui est de souffrir. Et je suis convaincu que ce monsieur n’a pas encore dit son dernier mot. Il a encore un grand avenir devant lui. C’est ma foi qui me fait croire à cela. Le président Gbagbo sera blanchi et compté un jour parmi les grands de ce monde. J’en suis convaincu.

Infodabidjan.net: Selon vous pourquoi Alassane refuse de faire partir d’autres ivoiriens à La Haye?

Père Jean K. : Lui seul sait pourquoi. Cependant je peux penser qu’étant lui-même un acteur clé et incontournable de cette crise, il sait ce qui l’attend en livrant ses complices à la CPI. Mais, mon jugement me fait croire qu’il n’échappera jamais au jugement de l’Histoire et de Dieu. Tôt ou tard l’Histoire le jugera.

Infodabidjan.net: Pensez-vous qu’il échappera à la justice des vrais ivoiriens, nous ne parlons pas de la justice des vainqueurs?

Père Jean K. : Il peut échapper à la justice des Ivoiriens, mais jamais à celle de l’Histoire. Vous savez, tout se paie sur cette terre. Et l’Histoire doit être pour chacun un grand livre qu’il doit lire chaque jour pour voir comment les choses se sont passées et comment on peut soi-même prévoir sa propre fin par rapport à ses agissements d’aujourd’hui.

Infodabidjan.net: Alassane est à la tête de la Côte d’Ivoire grâce à Sarkozy, maintenant qu’il n’est plus là, penses-tu que les choses vont changer?

Père Jean K. : Sur ce sujet, j’ai aussi écrit des articles. Ma conviction est que la relation entre la France, qu’elle soit droitière ou gauchère, ne changera jamais, du moins si nous-mêmes nous ne la faisons pas changer. Je ne suis donc pas de ceux qui jubilent parce que Hollande est arrivé au pouvoir. Beaucoup ont cru, naïvement, que l’arrivée d’OBAMA au pouvoir aux Etats-Unis allait développer l’Afrique comme par un coup de bâton magique. Quatre ans après, je crois que ceux-là regrettent d’avoir jubilé trop tôt. Concernant Sarkozy, je suis de ceux qui ont bruyamment jubilé de sa défaite. Je ne cesse de dire que ce monsieur est le pire président français que l’Afrique n’ait jamais connu. Il a trop fait de mal à l’Afrique, ce monsieur. Croyant, je suis convaincu qu’il a payé cash ses dérives en Afrique. Je le répète, tout se paye sur cette terre. Il faut que nous Africains prenions nos responsabilités pour nous libérer du joug français et occidental. Tant que nous resterons là à faire de petits calculs d’intérêts, nous serons toujours dominés et humiliés. Aucun peuple n’a jamais développé un autre peuple. Le jour où nous comprendrons cela, nous ferons un grand bond vers la vraie civilisation et nous irons plus loin.

Infodabidjan.net: Le 18 Juin 2012, le procès du Président Gbagbo commencera, attendez-vous quelque chose de particulière de ce procès?

Père Jean K. : Bien sûr que j’attends quelque chose de particulier, c’est sa libération pure et simple. Et je suis convaincu que la vérité va éclater et il sera blanchi pour de bon. Dieu ne peut pas faire payer à Gbagbo ce que les autres ont fait contre lui. Ce monsieur n’a rien fait de mal. Il était président et des individus sont venus l’attaquer nuitamment. Devant les hommes c’est lui qui a tort. Mais devant Dieu, c’est lui qui aura raison. Et comme la Justice appartient à Dieu, il la rendra en sa faveur. Apprêtons-nous à célébrer sa libération pour bientôt.

Infodabidjan.net: D’aucun dise que le Président fera une demande de mise en liberté provisoire, quel est votre avis?

Père Jean K. : Une mise en liberté provisoire n’a aucun sens. Pour lui, c’est une liberté totale qui lui sera accordée bientôt.

Infodabidjan.net: Pensez-vous que votre message est compris par votre public cible?

Père Jean K. : Je pense bien. Les échos qui me parviennent m’encouragent à persévérer dans mon discret engagement. Comme je l’ai dit, je ne le fais pas pour une gloire personnelle. Je le fais tout simplement par conviction due à ma foi catholique doublée de mon ministère sacerdotal.

Infodabidjan.net: Mon Père, votre dernier mot.

Père Jean K. : Je vous remercie pour votre soutien et surtout pour votre engagement pour la libération de notre pays des pouvoirs du mal. Quand on est convaincu de quelque chose, on n’a pas peur. Ensemble, libérons notre pays, pas avec des armes mais avec nos intelligences, nos convictions et notre foi. Allons jusqu’au bout!

Interview réalisée par Mawa Koné

Source: Infodabidjan.net

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.