Nouveau président de la France, François Hollande, le chancelier allemand a mis sur la défensive avec son programme de croissance. Maintenant, Angela Merkel envisage de riposter. Elle appelle à des réformes structurelles pour sauver l’€ avec un plan en six points visant à harmoniser l’austérité et la croissance en Europe une fois de plus.

Les dirigeants européens plus parlé lors d’un dîner mardi, le sombre, Angela Merkel, dernière avait l’air. L’un après l’autre, ils se sont prononcés en faveur de l’hypothèse commune de la dette et contre la stricte austérité cours de Berlin lance un appel à. Le chancelier regarda en silence à l’homme qui était responsable de ce changement d’humeur – « . Sur les perspectives pour les obligations en euros en Europe » nouveau président de la France, François Hollande, qui a noté avec satisfaction qu’il n’y avait

Merkel en désaccord, en disant que euros obligations ne sont pas le bon outil, mais en vain. Seule une minorité se tenait derrière le leader allemand. Même président du Conseil européen Herman Van Rompuy a déclaré, à la fin du dîner, qu’il devrait y avoir « aucun tabou », et qu’il examinerait l’idée d’euros d’obligations. « Herman, » Merkel a lâché », vous devriez au moins dire que certains, à cette table sont d’un avis différent. »
Monde Merkel avait été renversé. Pour la première fois au cours des années, le chancelier n’a pas donné le ton lors d’un sommet UE , et elle n’a pas et le président français sont d’accord sur des positions communes dans une arrière-salle avant la réunion.

Beaucoup dépend de savoir si Angela Merkel et Hollande sera en mesure de trouver un terrain commun dans la lutte sur la monnaie commune de l’Europe. Ils ont été en faisant valoir pendant des semaines au cours d’austérité Que plus ou dépenser plus peut sauver le €. Maintenant, le différend a atteint un nouveau niveau d’escalade. Après les déclarations Hollande, mardi, Angela Merkel est désormais présenter son concept adverse. Dans un plan en six points, elle appelle à de profondes réformes structurelles pour l’Europe. Dans le cadre du plan, le gouvernement des entreprises appartenant doivent être vendus, protections contre les règlements pour congédiement injustifié détendus et obstructive pour les entreprises enlevés. Il est également question de zones économiques spéciales et les agences de privatisation basé sur le modèle de confiance fiduciaire de l’Allemagne, créé au moment de la réunification de vendre la plupart des ex-Allemagne de l’Est les entreprises d’État. En bref, la région méditerranéenne est de plus en plus comme l’Allemagne, mais avec une meilleure météo.

Merkel et Hollande sont deux programmes présentant contrastés pour le sommet de l’UE prévu à la fin de croissance de Juin. Un compromis devra être atteint à la fin, mais il ya tranquilles risques considérables. Si les deux leaders parviennent à forger un concept commun pour la zone de la monnaie de leurs plans différents, ils pourraient entrer dans l’histoire comme les sauveurs de l’euro. Si elles échouent, le processus qu’un nombre croissant d’experts estiment inévitable ne sera accélérée: l’éclatement de l’union monétaire.

Equilibre politiques en jeu

Cette semaine, l’Europe a semblé se déplacer un peu plus près à l’abîme. Les marchés financiers ont spéculé sur un retrait grec de l’euro, le taux de change de la monnaie commune a plongé à de nouveaux creux et les déséquilibres économiques se sont dégradées. Alors que l’Allemagne était capable de flotter une obligation de deux ans avec un taux d’intérêt zéro sur les marchés pour la première fois, les primes de risque pour la crise de la dette souveraine espagnole et italienne restée à des niveaux.

La zone euro est à la dérive en dehors, et le différend franco-allemand sur la façon de s’attaquer au problème est en partie à blâmer. Ce n’est pas seulement une question de pacte de croissance ou les programmes fiscaux. L’équilibre politique de l’Europe, qui a évolué depuis Hollande est entré en fonction, est également en jeu.

Un président est monté sur la scène qui veut montrer à ses citoyens et au reste de l’Europe qu’il ne se soumettra pas homologue plus puissant à sa allemande Angela Merkel, Angela, parce que, il croit qu’elle est fausse. Il ne veut pas se mettre d’accord à ses conditions, mais en fait elle dicter ses propres termes – ou du moins il veut avoir l’air de cette façon.

Ces dernières semaines, Hollande est apparu comme un homme qui a été pratiquement regorge de confiance en soi. En réponse remarque critique un politicien conservateur selon laquelle il se comporte comme s’il pouvait marcher sur l’eau, il dit en plaisantant à des journalistes au Sommet du G-8 récent sommet aux États-Unis: « Les chances que je vais essayer ce sont minces. »

C’était la chose la plus modeste, il a déclaré lors du sommet. Ensuite, le président s’est vanté qu’il avait inscrit le thème de la « croissance » sur l’ordre du jour – même si la «croissance» signifie quelque chose d’un peu différent de tout le monde. Ses conseillers ont fait savoir que, bien que Hollande et Obama s’entendaient très bien, Mme Merkel a été isolé avec son cours d’austérité .

Bien avant le sommet de l’UE à Bruxelles spéciale le 23 mai, le président français a fait l’impression qu’il voulait une épreuve de force avec les Allemands. Pacte dans la campagne électorale, il avait cessé d’appeler à une renégociation de l’exercice. Après son entrée en fonction, il a répété qu’il ne ratifierait pas le pacte si elle contenait une « composante de croissance. » Bien qu’il s’est prononcé contre la communautarisation soi-disant de la dette dans le passé, depuis la semaine dernière, il est soudainement appelant à de véritables obligations euros , et pas seulement les «Obligations du projet » à payer pour des projets d’infrastructure européens.

Week-end dernier, a fait le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault de la demande supplémentaire, celui qui contredit tout ce que les Allemands considèrent comme sacré: que le Banque centrale européenne (BCE) devrait être en mesure de prêter de l’argent directement aux pays en crise.

Un vulnérable Merkel

Il semble que si les Français tentent de forger une alliance contre les Allemands, ainsi que des représentants de la Commission européenne, des groupes comme l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), et les représentants des petits pays de l’UE et du sud. Conseillers Hollande ont noté que les idées Premier ministre italien Mario Monti mis lui plus proche de la française que les Allemands.

Hollande a fait son début de succès trop confiant? Ou est-il en train de mener l’Europe en dehors d’un cours erroné? Est-ce qu’il essaie d’élargir Simplement sa position de négociation pour obtenir autant que possible à la fin? Ou est-ce seulement un grand spectacle pour le public national, dont il espère lui fournir une majorité aux élections législatives sur Juin 10 et 17?

Pour la première fois depuis le début de la crise de la dette Merkel, autrefois surnommé la « Reine de l’Europe, » ne semble plus invulnérable. Hollande, qui elle humiliée lors de la campagne par voie d’évitement avec son prédécesseur sans condition, est en train de payer son dos.

Nicolas Sarkozy, qui a cherché son salut par lui-même l’alignement avec le chancelier, a été suivie par un président qui s’attend à réaliser un plus grand succès politique en s’opposant à la domination allemande en Europe. Hollande ne veut pas d’une direction allemande-française. Au lieu de cela, il veut ouvrir l’Europe une fois de plus.

Les Français sont convaincus que ce qui doit être fait dans la crise actuelle de confiance dans la monnaie commune est ce que l’Allemagne a cherché à preventDefault jusqu’à présent: Les pays de la dette de la zone devrait émettre des obligations conjointes euros pendant au moins une partie de leur. Ils croient que les obligations euros serait Établir la stabilité pour les investisseurs dans les pays en crise qui est si urgent besoin. Par ailleurs, Hollande a déclaré mercredi qu’il est injuste que l’Allemagne paie des taux d’intérêt beaucoup plus bas que l’Espagne, par exemple. La thèse française est basée sur le point de vue, partagé par de nombreux économistes, qu’une union monétaire sans union politique et de la dette de partage n’a jamais travaillé.

Idées Hollande ne sont pas différentes de celles de son prédécesseur Fondamentalement Nicolas Sarkozy, qui constante des vues similaires. Sarkozy, cependant, a travaillé sur ses différences avec Mme Merkel dans des arrière-salles, de manière à ramener le calme sur les marchés. En revanche, le président Hollande met en évidence les différences et semble convaincu que c’est à lui de mettre l’Allemagne sur la bonne voie.

Une attaque de judo

Mais Angela Merkel est un adversaire expérimenté. Elle sait qu’elle est maintenant sur la défensive en Europe, et elle est la planification de son contre-attaque. Elle estime que les obligations permettrait € les pays en crise pour réduire leurs coûts d’emprunt, et que les réformes structurelles serait nécessaire Le reportée. C’est pourquoi elle veut maintenant pour contrer les propositions Hollande avec un principe bien connu aux combattants de judo: utiliser l’élan de votre adversaire pour votre propre attaque.

Merkel est déterministe extrait de rejeter l’appel à la fois Hollande a pour € obligations et sa proposition de permettre à des prêts directs par la BCE. Les chiens de garde monétaires, soutient-elle, aurait déjà tout faire pour stabiliser le nécessaire €, Malthus et de préserver leurs emplois bien rémunérés dans la tour de Francfort Euro.

Il ya quelque chose à ce sujet. La BCE a signalé que l’interne, si cela devient nécessaire (en cas de retrait de la Grèce €, par exemple), il va acheter les obligations d’autres pays en difficulté une fois de plus. Avec une vue vers les appels de Hollande pour les incitations à la croissance plus, les Allemands, pour leur part, tentent de paraître plus conciliantes. Ils sont prêts à augmenter le capital de la Banque européenne d’investissement (BEI) de 10 milliards €, ce qui porterait part de l’Allemagne à € 1,6 milliard.

Ils veulent aussi de céder à l’entraînement français à utiliser l’argent dans les fonds structurels européens d’une manière plus favorable à la croissance que l’on appelle des obligations de projet et d’un flotteur. Cela impliquerait les pays de l’UE et des investisseurs privés ainsi que la collecte de fonds pour payer des choses comme des projets d’infrastructure transfrontaliers. Merkel n’est pas hostile à l’idée.

A Strasbourg, un jour avant le début du sommet spécial de l’UE dans la semaine à Bruxelles, le Parlement européen et les gouvernements européens ont décidé d’essayer les obligations qui cherchent, qui était de bonnes nouvelles pour Hollande dernière. Selon la Commission européenne sur la liste de priorité interne qui a obtenu MIROIR, certains des projets impliquent directement la France. Ils comprennent la construction de la ligne ferroviaire à grande vitesse TGV entre Lyon et Turin, la Seine-Nord Europe Canal dans le corridor entre Amsterdam et Marseille et l’expansion des itinéraires de voyage entre Dublin et Bruxelles.

Quand il s’agit de projets d’énergie, les endroits de la Commission européenne mettant l’accent sur les projets examinés dans le raccordement des parcs éoliens en mer du Nord et les lignes électriques transfrontalières et de gaz entre les pays baltes, entre le Nord et l’Europe du Sud et en Afrique du Nord. Il veut également promouvoir une pipelines internationaux de gaz naturel comme Nabucco et développer les liaisons Internet efficaces. Alors que l’Allemagne et la France s’accordent sur l’importance de ces projets, leurs différences se situent ailleurs. Pour stimuler la croissance dans toute l’Europe, les conseillers d’Angela Merkel ne veut pas seulement à mettre en œuvre les mesures que coûte de l’argent. Les Allemands sont convaincus que la croissance ne peut donc être généré à moindre coût, en utilisant des réformes structurelles qui nécessitent rien de plus que de vivre avec des difficultés.

Plan en six points

Selon le document interne sur la prise de tours à la Chancellerie, les experts gouvernementaux allemands ont mis au point un plan en six points qui n’est pas sans rappeler l’ancien chancelier Gerhard Schröder Agenda 2010 des réformes économiques, et vise à harmoniser l’austérité et la croissance en Europe une fois de plus. Le document définit la position d’Angela Merkel qui a l’intention d’entamer des négociations avec d’autres partenaires de l’UE et la Hollande.

Dans le plan, les Allemands se concentrent principalement sur les mesures qui ont été couronnées de succès en Allemagne dans le passé, et qui a placé le pays dans le rôle de moteur de l’Europe pour la croissance. En conséquence, Mme Merkel veut lancer à l’échelle européenne des programmes visant à promouvoir les start-ups et les petites entreprises et moyennes entreprises, comme les programmes offerts par la banque de développement KfW en Allemagne. Dans le cadre des programmes allemands, les organismes gouvernementaux doivent approuver les investissements dans un délai fixe, et les applications sont automatiquement approuvées si elles sont considérées comme ne nie pas dans ce délai.

Merkel veut pays de l’UE avec un chômage élevé qui est d’utiliser l’Allemagne comme un modèle dans la réforme de leurs marchés du travail. Cela voudrait dire se détendre protections contre le licenciement abusif et l’introduction de conditions d’emploi plus limitées, appelé «mini-jobs » en Allemagne, avec une moindre fardeau fiscal et de cotisations. Et comme l’Allemagne, ces pays seraient ainsi appelée à élaborer un système d’éducation dual, qui combine un enseignement normalisé pratique dans une école professionnelle par un apprentissage dans le même domaine dans une entreprise afin de lutter contre le chômage des jeunes élevé.

Conseillers d’Angela Merkel ont remarqué que les pays du sud de l’UE tant d’entreprises qui possèdent profiter tranquillement des protections spéciales. En vertu de leur plan, les agences de privatisation ou des fonds spéciaux seraient établis dans ces pays à privatiser les entreprises publiques. Les investisseurs étrangers pourraient être attirés par des avantages fiscaux et des réglementations moins strictes.

Les conseillers recommandent également la mise en place de soi-disant zones économiques spéciales, comme celles que, une fois marqué le début dans l’ascension économique de la Chine. Enfin, les Allemands veulent que les pays du sud de l’Europe d’investir davantage dans les énergies renouvelables, réduire les barrières fiscales et de promouvoir la mobilité des travailleurs. Tout cela, disent-ils, strictement thens compétitivité de l’Europe.

Espère en Hollande

La croissance par rapport aux programmes de réformes structurelles: Il s’agit du conflit l’Europe est sur le point de faire face, et pour laquelle Merkel et Hollande sont maintenant la recherche d’alliés. Le président français a réveillé l’espoir, en particulier dans les pays d’Europe du Sud, ce cours d’austérité du chancelier allemand pourrait être assouplie. Il s’est présenté comme déjà quelque chose d’un messie pour les pays du Sud au cours de la campagne. « Tant de gens en Europe à long de notre succès! Je ne veux pas une Europe de l’austérité, où les nations sont obligées sur leurs genoux, » at-il dit à ses partisans.

Avec des remarques du genre que, Hollande est devenu une lumière qui brille en Grèce. Dans sa résistance à la politique d’austérité Merkel, Alexis Tsipras , le leader de l’alliance de gauche Syriza, invoque une « nouvelle ère » et dit que le socialiste français est «clairement un grand espoir blanc pour nous. »

En Italie, où le gouvernement du Premier ministre Monti de technocrates n’a produit aucune croissance à ce jour, bien qu’il ait mis en œuvre quelques réformes, les commentateurs malicieusement visés par le G-8 au sommet que « la défaite de Merkel» et l’éloge de la «naissance d’une nouvelle alliance » entre Monticello et Hollande.

L’ancien Berlusconi militante journal Il Giornale a écrit que l’Allemagne, et non pas la Grèce, est un problème réel de l’Europe », car il est pétant de santé et, par conséquent, est à l’origine de ses voisins d’éclater. Allemagne doit s’adapter au reste de l’Europe , pas l’inverse.  »

Jusqu’à présent, Mme Merkel a montré peu d’intérêt à rejeter publiquement Hollande. Lors du sommet de l’UE à Bruxelles spéciale, elle a noté ostensiblement simplement: «euro-obligations jeudi ne pas créer de la croissance. » Elle sait qu’elle doit attendre la fin de la campagne électorale parlementaire à la mi-Juin à commencer à traiter avec un président qui n’est plus impliqué dans une élection. Ce qu’elle ne sait pas encore est moins catégorique Qu’il veut être la suite.

Résultat incertain

Bien que Mme Merkel a perdu des alliés, elle n’est pas complètement isolé, pas même dans le sud de l’Europe. Le Premier ministre portugais Passos Coelho est en concurrence avec son homologue espagnol, Mariano Rajoy pour la distinction d’être l’élève modèle de Merkel. Depuis le conservateur espagnol a pris le pouvoir, dernier Décembre, à peine une semaine s’est écoulée dans laquelle il n’a pas imposé une mesure d’austérité.

Les médias espagnols et de l’opposition socialiste avait espéré que Rajoy, dans le sillage de Hollande, pourrait appliquer plus de pression de la Chancelière allemande à dépenser plus sur les mesures de croissance. Mais avant même la première anomalie est arrivé Hollande et Rajoy a rencontré. Hollande a dit qu’il devrait être possible de recapitaliser les banques espagnoles à partir du fonds de sauvetage européen. Mais cette remarque est venu à un moment très gênant pour Rajoy. « Hollande ne sait pas dans quel état les banques espagnoles sont en », at-il dit, repoussant la proposition du président français.

Au lieu de cela, Rajoy cozied à le chancelier au cours d’une promenade en bateau du groupe sur la rivière Chicago après le sommet de l’OTAN. Il prend trop de pas de stock à un débat plus de € obligations. « Ils ne sont pas la chose la plus importante maintenant », répétait-il jeudi après avoir rencontré Hollande à Paris. Toutefois, Rajoy est d’accord avec la proposition de Hollande à permettre à la BCE d’acheter des obligations du gouvernement activement, Malthus aider à faibles taux d’intérêt.
L’Europe se trouve au milieu d’un conflit avec au résultat incertain. Le différend sur le pacte de croissance pourrait exacerber la crise financière, si Hollande Merkel et de bloquer les uns des autres propositions. Mais il pourrait aussi se révéler libératrice si elle conduit à un consensus viable. Les Allemands ont à accepter que l’argent a encore plus de circuler du nord au sud, tandis que tous les pays méditerranéens doivent accepter le fait qu’ils ont besoin de réformes supplémentaires.

La lutte ne fait que commencer, et il n’est pas surprenant que le grondement de la bataille qui se noie tout le reste pour le moment. Mais il ya aussi des signes de rapprochement. Au cours de sa première visite officielle à Berlin, Pierre Moscovici, ministre français de la nouvelle économie et des finances, a révélé une certaine sympathie pour la ligne allemande. Il a confirmé l’intention du nouveau gouvernement français de réduire le déficit national dans l’année à venir au-dessous de la limite supérieure de 3 pour cent du PIB, et d’éliminer tous les nouveaux emprunts à partir de 2017. Il a également souligné l’importance des budgets en santé sont pour la croissance et l’emploi. Ceux qui ont trop de dettes s’appauvrit, at-il dit. Et ceux qui sont pauvres, at-il ajouté, ne peuvent pas investir.

Par Fiona Ehlers, JULIA AMALIA HEYER, CHRISTOPH PAULY, REE homme chrétien, Mathieu von Rohr, Sauga MICHAEL, CHRISTOPH SCHULT, HELEN ZUBER

Traduit de l’allemand par Christopher Sultan

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.