Complot de Mangou et Kassaraté

L’on connaît mieux les raisons qui justifient l’affectation des deux généraux de corps d’armée Mangou Philippe et Kassaraté Tiapé aux postes d’ambassadeurs au Gabon pour l’un et au Sénégal pour l’autre. Selon des informations proches de la Haye, les deux généraux largement récompensés pour leur félonie et leur lâcheté lors de la bataille d’Abidjan où ils avaient quasiment disparus, il est de plus confirmé de source proche du palais d’Abidjan que les généraux Mangou et Kassaraté plaideront contre le Président Gbagbo lors de son procès. Pour ce faire, les deux généraux sertis de 4 étoiles sous l’instigation de Ouattara témoigneront directement contre le président Gbagbo confirmant ainsi l’ensemble des charges retenues contre lui.

Mangou et Kassaraté qui ont l’intention de rendre la politesse à Ouattara qui ne les a pas incarcéré, humilié ou spolié entendent bien jouer leur rôle d’agent double jusqu’au bout. Ils témoigneront donc à la CPI en indiquant que leur supérieur hiérarchique de par sa qualité de chef suprême des armées était le responsable et l’ordonnateur principal des crimes qui lui sont imputés. Ils essayeront de se soustraire de la chaîne de la responsabilité en invoquant une chaîne parallèle de commandement assumée par les généraux Dogbo Blé et Vagba Faussignaux.

Une kyrielle de vrais faux témoins ont déjà été sélectionnés et achetés par l’accusation, ils viendront corroborer les affirmations de Kassaraté et son compère. Mangou expliquera ainsi qu’il avait refusé d’appliquer les ordres illégaux du chef de l’Etat qui était de faire violer des femmes par la Garde Républicaine à Abobo afin de provoquer l’effroi des populations malinké et assimilées. Mangou arguera que confronté à un chef de l’Etat prêt à tout pour conserver le pouvoir il avait tenté de fuir mais les sécurocrates du régime avaient menacé ses proches, ce qui avait entraîné son retour.

Pour sa part l’officier de la maréchaussée indiquera lui aussi avoir refusé d’obéir aux injonctions illégales du président Gbagbo qui demandait à son corps de traiter la commune d’Abobo avec des obus de mortiers au besoin sur des habitations civiles.

En outre, le procureur Ocampo se démène activement par un astucieux chantage de convaincre les généraux Dogbo Blé et Vagba à témoigner contre leur chef. Ocampo leur promet d’éviter sa juridiction et il affirme qu’il pèsera de tout son poids leur éviter une peine lourde. Comme on peut le constater, la nomination à des postes de prestige de ces deux généraux avilis appert comme une récompense et ou un instrument de chantage utilisé par Ouattara pour convaincre l’opinion internationale du caractère criminel du gouvernement Gbagbo.

Source: Infodabidjan/Un anonyme proche du régime Ouattara

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.