300px-Cimapflag

Touré Moussa Zéguen, le vice-président de la Coalition des patriotes ivoiriens en exil (Copie) que nous avons rencontré à Accra au Ghana, n’a assurément pas pas perdu de sa verve d’atant. Dans l’interview qu’il a accepté de nous accorder, il  crache sa vérité au régime Ouattara, qu’il qualifie de “ivoirophobe”. Lisez plutôt.

Infodabidjan: Bonjour Touré ZEGUEN, présentez-vous, une fois de plus aux ivoiriens

Touré Moussa Zeguen: Je suis Touré Moussa Zeguen, patriote panafrcaniste ivoirien, Gbagboiste  qui fut Président de la Coalition Nationale des Resistants de Côte d’Ivoire (CONARECI) , exilé depuis le coup d’Etat du 11 Avril 2011 perpetré par l’arme de l´’ancien président français Nicolas Sarkozy au bénéfice de son poulain Alassane Dramane Ouattara. Depuis que nous sommes en exile, je suis le Vice Président de la COPIE , chargé de la Diaspora dont le Président est le camarade Damana Pickas

IA: Pourquoi avoir quitté la Côte d’Ivoire après la chute de Laurent Gbagbo?

TMZEGUEN : J’ai quitté instinctivement la Côte d’Ivoire juste pour protéger ma vie contre les tueurs de Oattara et de Soro Guillaume, qui continuent d’ailleurs un an après encore de tuer les ivoiriens comme s’ils se nourissaient de sang humain.

IA: Mais c’est quand même surprenant que vous ne soyez pas en Côte d’Ivoire alors que vous étiez à la tête du GPP. Où sont passés vos hommes?

TMZEGUEN: Cest plutôt moi qui suis surpris par votre étonnement. Qui suis je, qui sont les élements du GPP si ce ne sont que des humains comme toi et l’ivoirien lambda. Nous sommes des patriotes qui avions pris conscience très tôt de l’imposture de la rébellion de Ouattara et Soro. Tout ce que nous avions de plus est que nous avions donné une ligne de combat appropriée à la nature de l’agression que subissait notre pays, c’est à dire s’organiser partout dans nos contrées, en groupes d’auto-défense et sécuriser nous-mêmes nos villages, campements et villes pour ne pas qu’ils continuent de décimer nos populations du nord au sud, de l’ouest a l’est. Cest tout. Mais lorsque le Président de la République, son excellence Laurent Gbagbo a demandé à tous les ivoiriens d’arrêter de se battre et laisser la chance au dialogue politique de prendre le relais dans la resolution du contentieux électoral, tous les vrais patriotes ivoiriens, civiles comme militaires ont obtempéré.

Les jeunes combattants patriotes étaient donc tenu de respecter l’appel du père de la démocratie naissante en Côte d’Ivoire. Depuis lors, beaucoup de ces jeunes sont pour certains cachés dans des villes différentes de la Côte d’Ivoire, pendant que beaucoup d’autres se sont dispersés en Afrique et même aussi en Europe comme exilés politiques et victimes des barbaries des FRCI de Alassane Dramane Ouattara. D’ailleurs permettez-moi à travers votre organe que je les félicite et remercie pour tous les sacrifices qu’ils ont fait pour sauver ce peuple ivoirien depuis l’attaque du 19 septembre 2002. Je les invite tous à garder la foi en une Côte d’Ivoire meilleure qui sera meilleure qui sera le fruit de tous nos sacrifices antérieurs et futurs.

IA: Que répondez-vousà ceux qui vous accusent de préparer un coup d’Etat contre Ouattara?

TMZEGUEN: Ceux qui le disent sont d’abord eux-mêmes des gens qui n’ont jamais cru en la démocratie et qui durant toute leur carrière ne croient qu’en la violence et aux raccourcis comme les coups d’Etats et les guerres de collabos. Pour preuve c’était ADO qui avait fait un coup d’Etat en décember 1999 contre Bédié, et c’était le même qui a engendré Soro et ses com zones.

Nous autres avons été éduqués à l’école politique de Laurent Gbagbo qui nous a inculqué dans la douleur du parti unique sous Houphouet Boigny le gout de la lutte pacifique pour l’alternance et la démocratie. Nous ne connaissons pas et n’avons pas d’amis qui sont experts en crimes et putchs comme Blaise Compaoré. Nous navons pas de parrain colon et raciste comme Nicolas Sarkozy. Je le dis tous les jours ce régime est inhumain, illégitime et illégale et autant impopulaire, Nous travaillons a informer l’opinion nationale comme internationale sur les graves exactions et autres crimes commis par le regime Ouattara. Notre petite expérience nous a prouvé partout que lorsque le peuple a compris son combat ce peuple est plus fort qu’une armée illégitime de mercenaires mal formes et incultes. Je vieux comme beaucoup d’Ivoiriens que la paranthèse ADO soit de courte durée. Mais pour cela je compte sur le peuple ivoirien et non sur un coup d’Etat d’une minorité illégitime de putchiste.

C’est ce combat que nous menons, aussi bien ceux qui sont au pays que ceux qui sont en exil. Soro et Ouattara sont les tueurs mercénaires envoyés par la France et l’ONU  pour recoloniser notre pays. Nous dirons jusqu’à notre dernier jour NON et NONNous préférons une révolution à un coup d’Etat. Et le terrain est fertile aujourdhui après un an de tueries massives des FRCI dans notre pays. Je dirais que les conditions objectives sont réunies pour que le peuple se soulève et se dresse contre l’imposture. Après le depart du maître colon Sarkozy l’unique protecteur du régime dictorial de Ouattara, le peuple aura un nouveau souffle car l’ennemi est esseulé, le fruit étant mûr nous monterons sur ce manguier pour cueillir nos fruits s’ils ne tombent pas seul. Voilà notre combat et croyez-moi ce ne sont pas les mensonges de Ouattara et Soro qui nous divertirons. nous irons jusqu’au bout avec le Président Laurent Gbagbo

IA:Mais Alassane Ouattara vous a demandé de rentrer. Il a même fait le déplacement d’Accra pour vous le réitérer. Pourquoi ne saisissez-vous pas sa main tendue?

TMZEGUEN: Chers amis retenez une bonne fois pour toutes que votre Ouattara n’aime pas le peuple ivoirien, ne respecte pas notre dignité et notre intégrité. Il n’a été qu’un opposant menteur et violent toute sa vie et est arrivé au pouvoir par la guerre et un coup d’Etat colonial. Ce qui fait qui’l croit qu’on peut mentir tout le temps à tout un peuple. ADO dit une chose et fait le contraire. Il prétend chercher la réconciliation et le retour des exilés mais il a fait deporter le président éludes ivoiriens à La HAYE au moment ou il mettait une commission de réconciliation en place. Alors qu’il sait que le Président Laurent Gbagbo est plus populaire que lui. Cela fait un peu plus d’un an quil est aux affaires mais demeure dans l’attitude rebelle et partisane comme un chef de clan ou d’une milice de Sarkozy en mission en Afrique. Même les avocats, les journalistes ne sont pas épargnes.

Franchement seul un vrai fou peut se lever, quitter l’exil et confier sa vie aujourdhui a ADO et ses FRCI en qui on a aucune confiance et surtout que nous détestons. En fait je ne parle pas de ceux qui ont vendu leur âme au diable, et suivez mon regard. Je ne reconnais plus mon pays, je ne reconnais plus le pays de Houphouet Boigny et surtout de Laurent Gbagbo. En vérité la Côte d’Ivoire est loin et même très loin de la reconciliation. ADO n’a aucune main tendue, sinon qu’elle est invisible pour les ivoiriens meurtris et persécutés tous les jours dans leur chair et leur âme. Nos garçons de maison et gardiens et manœuvres agricole étrangers sont aujourd’hui armés et nous violent dans notre dignité. Nos étrangers sont armés par Ouattara dans nos villages et nous depoussèdent.

IA: Que pensez-vous de la décision de Ouattara de fermer tous les camps des réfugiers ivoiriens?

TMZEGUEN: Cest un abus de langage grave que de d’affirmer que Ouattara le pantin de Sarkozy peut fermer de lui-même un camp de réfugiés au Ghana. Vous le prenez trop au sérieux ce collabo. C’est à force de mensonge au HCR et aux autorités ghanéennes que Ouattara fait croire que la proximité de ce camp avec la frontière est source potentielle et même avérée d’inquiétudes pour lui et qu’il serait pas bon de laisser perdurer la un site qui peut constituer une source de déstabilsation de son régime moribond et agonisant. Puisque nous sommes tous des humains et surtout que le réseau de l’ONU est parraine dorénavant des rebellions coloniales alors ils arrivent à faire mettre des pressions injustifiées sur des autotrités qui sont de bonne foi. Mais la vie en elle-même est un combat, si nous avons quitté chez nous et venir chez des frères voisins nous ferons tout pour rester en de bons termes avec nos tuteurs ghanéens que nous n’arrêterons jamais de remercier pour leur acceuil si fraternel et humain. Pour le reste nos frères refugiés  de ce camp sont encore en pourpaparler avec leHCR et nos tuteurs ghaneens  pour trouverune issue finale a ces problemes . Si non le president Ghaneen sappelle PROF .ATTA Mills , ce nest pas votre collabo de OUATTARA . ADO ne peut fermer aucuncamp au ghana . CEST CELA LA VERITE .il a fait la meme chose  au TOGO et meme au Liberia. Mais nous sauronsnous defendre .

IA: Le pouvoir parle de dialogue avec l’opposition. Que pensez-vous de cela quand on sait qu’il y a encore des prisonniers, y compris le président Gbagbo à la Haye?

TMZEGUEN: Merci parce que dans votre question vous avez mis la réponse. Ouattara ment et s’amuse avec l’intelligence et la dignité du peuple ivoirien. Ouattara s’il ne connaît pas les ivoiriens, prendra le temps qui’l faut pour nous decouvrir. Pour nous tant que le Président Gbagbo et les autres camarades sont en prison, il n’y aura jamais de paix en Côte d’Ivoire. Sauf entre FORCES NOUVELLES, FRCI, RDR, PDCI, UDPCI et bientôt l’UDCY et leurs collabos. Un dialogue est différent de monologue. ADO va se rendre compte que le FPI a toujours été conséquent et logique. Dans les rues en Côte d’Ivoirien nos frères disent que c’est avec avec bœuf il va se reconcilier dans ces conditions. La libération de notre pays est plus importante et urgente qu’ne reconciliation avec des immigrés et fils d’immigrés ivoirophobes envahissants qui sont eux-mêmes des collabos de la colonisation.

J’invite ADO à discuter franchement avec le FPI pour éviter d’autres mésaventures à notre beau pays car le FPI est une véritable machine politique dotée d’un moteur turbo à respecter. Le FPI n’a pas peur et n’aura jamais peur de défendre la cause du peuple ivoirien.

IA: Il y a eu des points d’achoppement entre le pouvoir et le FPI notamment, qu’est-ce que cela vous inspire?

TMZEGUEN: Je vous le dit ADO mène une politique meprisante et reste en réalité fermé à toute contradiction. Ils ont même le toupé de considérer toute contestation de leur point de vue comme une provocation. S’il ne respecte pas le FPI qui a fait de la lutte pacifiqe son credo, ADO paiera cash en place figure car seul le FPI est le ciment de l’unité nationale et la cohésion sociale. Aujourd’hui quand on dit doucement doucement nous sommes pressés ça veut tout dire de la philosophie de paix, d’amour et de raison du Président Laurent Gbagbo et du FPI. Je conseillerais à ADO de s’accrocher plutôt au FPI et de bien discuter avec ce parti si non en dehors du FPI, le peuple n’est plus loin de descendre dans la rue pour exiger de force ce qu’ADO réfuse de donner a l’amiable. Pour nous les patriotes ADO n’est pas de chez nous et ne mérite même pas qu’on négocie notre souveraineté avec lui. Seule la lutte nous redonnera notre dignité, nous y sommes. Pourtant c’est souvent au FPI que les patriotes laissent le soin de défendre nos aspirations. Non seulement le FPI est fort mais il a beacoup de soutiens polulaires.

IA: Pour vous, il n’ya aucune réconciliation en Côte d’Ivoire avec Laurent Gbagbo à La Haye?

TMZEGUEN: Absolument car si les com zones et leurs chefs Soro et ADO ne sont pas la CPI alors nous, notre président élu, spolié de sa victoire, doit comparaître à la CPI cela voudrait dire que le Président Gbagbo s’est battu seul et que l’ONU trouve que les régimes et les présidents élus devraient laisser la place à leurs rébellions. La justice des vainqueurs en Côte d’Ivoire et à l’ONU  nous dégoutte et font planer de graves menaces sur la paix en Afrique et dans le monde.

Je vous assure que si demain matin Gbagbo sort de la prison, toute la Côte d’Ivoire sera en fête et se réconciliera automatiquement. Voici la seule issue de secours pour le gbakaman quest ADO.

IA: Que pensez-vous de la Commission dialogue vérité et réconciliation (Cdvr) présidée par Charles Konan Banny?

TM ZEGUEN: Cette commission est plombée d’avance et j’ai bien peur qu’elle ne tourne sur elle-même. Je lui conseille pour l’heure de consulter franchement les différentes couches de notre population à qui il va demander sincèrement leur compréhension du concept réconciliation, et je vous assure que tous lui diront que sans Gbagbo, la CDVR a échoué d’avance.

IA: Avez-vous une part de responsabilité dans ce qui arrive en Côte d’Ivoire?

TMZEGUEN: Oui, je fais parti de la première génération de la FESCI, J’ai dirigé un bon pan del a galaxie patriotique ivoirienne à travers la CONARECI, je suis donc un acteur majeur de la lutte d’émancipation de mon peuple depuis au moins 1990. Je suis responsable à mon humble niveau. Mais comprenez que face aux comploteurs et collabos rebelles poussés dans le dos par la France gaulliste, notre responsabilité n’est que minime dans le grave malheur que subit ma patrie et mon peuple.

Je regrette par exemple qu’on n’ait pas pu depuis au moins 1990 de nous débarasser des forces retrogrades et trop soumises comme le PDCI et le RDR qui donnent l’impression encore aujourd’hui que sans la colonisation occidentale L’afrique francophone ne peut s’en sortir. Cet état de fait me fait honte et pitié pour nous africians dignes. Je regrette aussi que dès le depart nous ayons légitime les reblles au lieu de traiter comme de vulgaires bandits. Je regrette enfin qu’on n’ait pas pu tant que jeune faire imposer au président Laurent gbagbo le refus de toutes l’élection sans désarment. Au moins avec le ministre Charles Blé Goudé, Damana Pickas et les autres on aurait peut être éviter beaucoup de choses. Je regrette été qu’on ait blanchi tous d’une façon ou une autre des voyoux criminels armés qui nont aucun mérite, aucune légimité si ce n’est la force des armes. C’est pourquoi nous devons aller jusqu’au bout avec le président Laurent Gbagbo.

IA: Comptez-vous retourner en Côte D’Ivoire? Si oui, alors expliquez-nous comment vous comptez y retourner? De façon pacifique ou par la force? (Rire)

TMZEGUEN: La CI est notre pays et ce n’est par ce que nous sommes le premier pays au monde ou les étrangers nous détestent  dans notre propre pays que je vais aimer rester chez les autres. Il n’existe aucun pays au monde que j’aime plus que la Côte d’Ivoire. Je rentrerai dans mon pays naturellement. Je suis un démocrate un panafricianiste qui ne connait pas les coups tordus donc je rentrerai normalement dans mon pays quand DIEU le tout puissant l’aura décidé. Pour moi rentrer par la force ne veut rien dire. C’est ADO qui aime pays des autres plus chez lui le Burkina Faso et cela est honteux.

IA: Comment se fait la cohabitation entre vous et les populations ghanéennes d’une part et entre vous et les autorités ghanéennes d’autre part?

TMZEGUEN: Le peuple ghannéen est à l’image de ses dirigeants, et je vous jure les ghanéens sont gentils et acceuillants avec nous. Je ne finirai jamais de les en remercier, tout comme les togolais, les beninois et même camerounais et libéreins que nous remercions pour leur hospitalite. Seul DIEU peut les remercier à sa juste valeur tout ce qu’ils font pour nous.

IA: Que vous rappelle le 11 avril 2011?

TMZEGUEN: Le 11 avril 2011 c’est le début d’une nouvelle ère de recolonisation de la Côte d’Ivoire. C’est le jour où la France barbare et coloniale et repris possession de mon pays après tous les combats menés par Houphouet Boigny et Laurent Gbagbo. Pour nous le 11 avril est la négation de notre souveraineté où on nous a enseigné que pour les contentieux électoraux il était mieux de faire la guerre que de recompter les voix. C’était le début du monde à l’envers de la mascarade. Le Président élu des ivoiriens est mis en prison pendant que les criminels imposés par Sarkozy. Mais c’était aussi et enfin le début de la deuxième mi-temps de notre lutte anti-coloniale ou ma génération doit absolument s’assumer ou périr. Nous avons décidé de nous assumer.

IA: Pendant la crise ivoirienne, quel rôle vos hommes ont joué auprès des Forces de défense et de sécurité (Fds)?

TMZEGUEN: Je ne suis pas journaliste, chaque matin je vous explique que nous avons organisé une lutte d’auto défense partout dans nos contrées matin midi et soir, nous faisons partie du peuple et donc notre lutte était populaire et globale. Nous n’avons joué aucun autre rôle particulier aupres des FDS .

Arrêtons les petits comptes de fées et n’oublions jamais que la lutte n’est pas fini, je ne vais pas metaler ici a faire le bilan de notre defaite partielle. La lutte continue et laissons la arriver JUSQU’AU BOUT

IA: Le GPP revendique combien de personnes?

TMZEGUEN: Je ne connais pas le nombre exact et à vrai dire à un moment presque tous les jeunes patriotes s’étaient des GPP en esprit et en vérité. Comptez les jeunes patriotes et dites-moi combien vous en trouverez, moi je ne suis pas au stade des comptabilités, sinon mon objectif premier a été de transformer les mentalités des ivoiriens à être tous des guerriers et non des journalistes commentateurs, ou spectateurs de leur histoire. La guerre se fait avec des guerriers et non avec les spectateurs. Néanmoins je suis content que personne ne peut encore effrayer les ivoiriens vieux comme jeunes et ceux qui s’amusent à nous maltraiter, asssassiner, tuer et deposseder dans nos villes et villages jouent avec le feu car si cela continue vous verez que nous allons nous lever et à partir de nos villages, nous allons reconquerir nos libertés confisquées. Ence moment vous verrez que du sud au nord, de l’est à l’ouest, nous sommes l’esprit du peuple de Côte d’Ivoire sans distinction d’ethnie, ou de réligion.

IA: Donnez un chiffre exact?

TMZEGUEN: Quittez dans cette comptabilite d’arrière garde, des milliers ou des millions, je ne peux vous en dire plus car c’était la grande majorité des jeunes qui avaient compris que c’était une aberration de laisser des rebelles aux dents taillées nous tuer dans notre propre pays.

IA: Où sont-ils aujourd’hui?

Les ivoiriens patriotes sont en CI, ou en exile sils ne sont pas morts et ceux sont eux que ADO et ses FRCI ont tué et continuent de tuer chaque jour. Ils nont pas perdu le nord et savent que nous ne sommes qu’à la mi-temps tant que notre pays n’est pas libéré des collabos et des immigrés ivoirophobes

IA: Ils sont avec vous au Ghana?

Les jeunes patriotes ivoiriens ne sont pas un fardeau que je traîne dans mon dos comme mes enfants et surtout que moi-même mes enfants sont en Côte d’Ivoire. Ils sont partout en exil, en France, en europe, aux USA et en Côte d’Ivoire. Et d’ailleurs tous les terrains au monde sont des espaces de lutte. Et j’en suis heureux. Car il faudra prendre l’ennemi à la gorge au moment important.

IA: Sont-ils prêts pour une libération de la Côte d’Ivoire?

Notre combat n’est pas une fête d’anniversaire qu’on célèbre et on attend une année encore pour une autre cérémonie, notre combat révolutionnaire est permanent et se bonifiera par notre constance. N’oublions pas aussi que la mobilsation est aussi permanente en toute lutte. Je travaille à ce que nous ayons plus d’ivoiriens engagés dans la lutte démocratique, d’émancipation et ou de libération. Heureusement que tous les ivoiriens conséquents ont compris que les attitudes honteuses de collabos de ADO rabaissent l’espèce humaine. Ivoiriens et africains doivent se lever contre le néo-colonialisme de manière franche et radicale sans compromission aucune.

IA: Le 18 Juin le Président se présentera une fois encore devant les juges, pour cela toute la diaspora se mobilise pour le soutenir, que comptez-vous faire ?

En tant que vice président de la COPIE chargé de la diaspora mon travaille quotidien me permet d’affirmer que nos compatriotes en Europe ou aux USA et partout en Afrique sont déterminés et confiants car seule la victoire finale nous préoccupe. Cette lutte ne finira pas même après la libération du Président Laurent GBAGBO. La libération du président Laurent Gbagbo est notre objectif immédiat pour le procès du 18 juin Mai si les colons se hasardent à réfuser la réalite de la justice du peuple ivoirien à qui on a réfusé un simple recomptage des voix et imposent une guerre absurde, nous redoubleront d’effort et d’imagination. Pourtant la simple libération de Gbagbo va libérer les esprits et l’atmosphère lourde de méfiance et d’animosité réciproque que nous révendiquons contre les RDR et FRCI. Nous trouvons juste et légitime qu’on libère notre président sinon il ny aura jamais de paix et de réconciliation  en Côte d’Ivoire. Voici ma vérité

IA: Zeguen, votre dernier mot à l’endroit de tous ces ivoiriens qui souffrent.

Merci

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.