Publicités
Ouattara en France le 1er Mai: révélations sur un voyage pour honorer un pacte de sang!

Ouattara en France le 1er Mai: révélations sur un voyage pour honorer un pacte de sang!

ADOparis

Que de spéculations sur ce voyage plein de symboles ! Il aurait été rappelé à Paris par celui qui tient son destin au bout des canons de chars français à Abidjan, afin de lui donner un dernier coup de main à un moment où ses jours de fasciste sont comptés. Il aurait fui les revendications des syndicats de travailleurs qui l’attendaient au tournant pour qu’il leur explique pourquoi en moins d’un an, plus de 100 mille Ivoiriens sont privés d’emplois et de salaires. Il aurait été sommé de rejoindre les autres travailleurs français dont il fait partie en tant que fonctionnaire colonial dirigeant la nouvelle Colonie française de Côte d’Ivoire.

Tout cela a été dit et bien dit par des plumes excellentes de la Résistance patriotique et révolutionnaire ivoirienne. Et puis pendant qu’il était à Paris, l’Armée loyale du Mali a été attaquée par une coalition de mercenaires burkinabè, touaregs, sénégalais et ivoiriens.

Pour un chef de guerre comme Ouattara, un tel voyage dans de telles circonstances, je veux dire, à la veille d’une attaque lancée par ses hommes et ceux de son cousin Blaise contre l’armée régulière d’un pays voisin, ne peut avoir que le sens d’un repli tactique ou d’une stratégie visant à se mettre en lieu sûr.

Mais ne regardons pas qu’à la stratégie visant à protéger sa vie. Regardons au sens que prend cette attaque, à un moment où Nicolas Sarkozy, le Parrain, est en voie d’être contraint de prendre une retraite anticipée. Et alors, tout s’explique.

Laisser le pays pour lequel Ouattara a mobilisé tous les monstres du monde pour en prendre le contrôle, fût-il de façon éphémère, et ensuite se rendre à la sauvette à Paris au moment de célébrer la première fête du travail de son règne à la tête de la Côte d’Ivoire, pour être au chevet d’un régime fasciste agonisant, tout en prenant le risque de franchir un seuil fatidique de rejet de son imposture pour passer de 85% à 99% de la population ivoirienne, il faut convenir avec moi, que l’enjeu de ce voyage était gros, très gros.

Mais nul n’est besoin d’être un medium ou un lecteur de boule de Crystal pour comprendre ce qui se joue. Il suffit tout juste de mettre les événements de bout en bout, pour reconstituer le puzzle et alors tout devient clair, très clair.

Alors, ensemble, reconstituons ce puzzle.

D’abord, la situation intérieure en Côte d’Ivoire. Chaque heure qui passe, Ouattara la doit aux services de renseignement français, aux satellites de surveillance français, à la Légion étrangère française conduisant l’Opération Licorne, aux résolutions françaises adoptées à l’ONU afin de maintenir sur place, un conglomérat de mercenaires ouest africains appuyés de quelques brebis galeuses venues d’ailleurs, aux média français et la diplomatie française travaillant sur la thématique du contrôle géostratégique de la Côte d’Ivoire.

Ensuite, regardons à Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa. Tout ce Package français au service de Ouattara est son œuvre. Il y a bien sûr Nicolas Sarkozy en tant qu’individu. Mais il y a les amis et réseaux “grands comptes” de ce monsieur qui est en passe de porter officiellement son nom de “bandit de grand chemin” en matière d’évasion fiscale, de pots de vin ou rétro commissions, d’escroquerie comme dans l’Affaire “financement de la campagne de Sarkozy” par Mouammar Kadhafi dont l’assassinat au moment où il voulait révéler ce deal de la honte, porte la signature de la mafia sarkozienne. Et quoi d’autre encore ? Voilà. Il y a surtout que plus de 60% des français ont découvert la vraie personnalité de Nicolas Sarkozy et qu’ils sont décidés à lui faire payer la “Haute trahison” dont il ne peut qu’être accusé.

Et puis finalement, il y a la question de la “vie après la mort”. La vie après la mort de Nicolas Sarkozy le 6 mai 2012. La vie après la mort de Ouattara lui-même qui ne survivra pas à la “mort” de Nicolas Sarkozy à cause du pacte de sang qui lie ces deux hommes. La vie après la mort du “Projet de rectification coloniale” qui devra s’appuyer sur une partition consommée du Mali que des hommes comme Check Modibo Diarra qui se révèlent être un vendu de peu de valeur, après qu’il n’aura pas hésité à utiliser un faux coup d’Etat comme une fusée de la NASA pour se mettre en orbite politique.

Voici donc le puzzle ainsi constitué. Mobiliser toutes les ressources disponibles dans les caisses de l’Etat ivoirien pour financer un réseau de corruption politique dans les banlieues parisiennes. Mettre tout en œuvre pour sauver le système Sarkozy. Jouer le fieu attentionné qui met au second plan ses propres intérêts, sa propre survie dans une Côte d’Ivoire qui lui fera sa fête sans état d’âme. Réfléchir ensemble sur les stratégies à mettre en œuvre afin qu’en cas de défaite le 6 mai 2012, la retraite, la vie après la mort soit assurée, grâce à l’Azawad et à son pétrole dont l’exploitation sera confiée à des sociétés nées des cendres du système Sarkozy. Utiliser les derniers moyens armés et financiers disponibles pour neutraliser tous ceux qui constituent une menace réelle ou supposée pour cette vie après la mort du 6 mai 2012. Etre ensemble. Dans le malheur. A la veille du malheur. Respecter ainsi le pacte de sang et le pacte du sang.

Voici toute la symbolique de ce voyage qui traduit en langage très clair, que l’aventure ivoirienne de Ouattara n’est possible que parce qu’il y a un certain Nicolas Sarkozy debout en France, avec dans la poche droite, cette poche très profonde qui se révèle être percée du côté des meilleurs paradis fiscaux, le Sceau de la République française pour négocier les Résolutions terroristes de l’ONU ; et dans la poche gauche, le glaive du pays de Napoléon, pour servir des causes viles, mais extrêmement rentables pour un réseau “françafricain” de meurtres au premier degré, de pillage, de reconquête, de déconstruction, d’enrichissement illicite avec le butin des razzia collecté par une bande d’imposteurs bien utiles à la France officielle sans l’être moins dans la vie privée des promoteurs de cette France-là.

Eh oui. Du coup, Ouattara se dévoile enfin pour les aveugles ADOrateurs. Par ce dernier voyage vers la France qui risque fort bien d’être le dernier de ses voyages dans une France qui ferme les yeux sur ses crimes odieux, Ouattara a fini par convaincre ses propres partisans en leur démontrant qu’entre lui et cette Côte d’Ivoire qui n’est pas la terre de ses ancêtres, il n’y a qu’un rapport du charognard à la charogne.

« Ça vé dire ké Côdivoir, cè viande pourrie, viande qui è mourri djoufa et wattara cè mangère de viande pourrie-là. Sinon, y s’en fou de Côdivoir ».

Toutes mes excuses à nos nobles lecteurs. C’était pour traduire la conclusion de cette Chronique à l’attention des partisans de Ouattara.

Pour le reste, le charognard reviendra à la charogne, une fois rassuré que le mâle dominant a pris acte de son allégeance infaillible. Et aussitôt après…l’avenir nous situera.

A Très bientôt.

Hassane Magued

La Révolution Permanente N°00257/05/12

Infodabidjan.net

Publicités

One Reply to “Ouattara en France le 1er Mai: révélations sur un voyage pour honorer un pacte de sang!”

  1. Je ne suis pas politicien mais ce que je vous reproche vous journaliste c’est que vous mettez de grands titre à la une mais une fois qu’on prend connaissance de ce titre on tombe sur un bon raisonnement déductif.svp produisez nous des documents avec des prévues concrètes.nous voyons la souffrances des ivoiriens mais de grâces épargnez nous les articles qui nous laissent sur notre faim.Seul Dieu pourra libérer la nation en son temps.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :