Le  Conclave  de  Grand-Bassam  …  une  vaste  stratégie  d’enfumage

A  l’annonce d’un  Dialogue  républicain  entre  le  pouvoir et  l’opposition  après  la  longue  et  douloureuse  crise  que  la  Côte  D’Ivoire  peine  encore  à  surmonter, ils  étaient  nombreux  les  démocrates  ivoiriens  et  africains  à  penser  que  la  raison  avait  pour  une  fois  visité  Alassane Dramane  Ouattara  dans l’intransigeance  et  l’arrogance  débordantes  qu’il  affichait  depuis  son  installation  au  palais  présidentiel  par  l’armée  française  en  avril  2011. Pour  le  FPI  qui  a  toujours  souhaité  ce  dialogue, cette  rencontre  pouvait   évidemment  lui  permettre  de  remettre  sur  la  table  ses  principales  préoccupations.

Cet  espoir  qui  était   ainsi  né  pour  une  rapide  et  véritable  normalisation  de  la  situation  socio-politique  en  Côte  D’Ivoire, vient  peut-être  de  se  dissiper  avec  l’échec  du  Conclave  de  Bassam. D’une  certaine  manière, un  tel  échec  était  assez  prévisible  depuis  un  certain  temps  avec  le  refus  du  pouvoir  de  reporter  le  Conclave  pour  permettre  au  FPI  d’y  participer  pleinement  après  sa  3ème  Convention  ordinaire  qui  se  tenait  presqu’aux  mêmes  dates.

Il  est  vrai  que  des  contacts  avaient  déjà  eu  lieu  il  y  a  quelques  mois  avec  les  divers  partis  membres  du  CNRD  dont  le  FPI. Ces  contacts, bien  qu’ayant  été  un  important pas  , étaient  cependant  restés  assez  timides  et  véritablement  inconsistants. Il  avait  donc  alors  été  très  étonnant  de  voir  le  régime  Ouattara  aller  à  ce  Conclave  de  Grand-Bassam   sans  avoir  pris  le  soin  d’organiser  auparavant  une  réunion  préparatoire   entres  les  différentes  parties  qui  aurait  eu  le  mérite  d’asseoir  des  bases  claires  et  concertées  pour  les  discussions.

L’on  comprend  également  mal  pourquoi, alors  que  tout  le  monde  s’attendait  à  une rencontre  de  vérité  entre  le  pouvoir  et  le  Front  populaire  ivoirien  pour  aborder  les  problèmes  essentiels  qui  minent  la  coexistence  pacifique  et  la  stabilité en  Côte  D’Ivoire, le  régime  Ouattara  a  préféré  élargir  de  manière  unilatérale  ce  Conclave  à  des  groupements  politiques  n’ayant  visiblement  aucun  problème  notable  avec  les  nouvelles  Autorités  du  pays.

Ainsi, ce  Dialogue  républicain  éveillait  déjà  un  grand  scepticisme  chez   la  plupart  des  observateurs  et  des analystes  sur  la  volonté  réelle  du  pouvoir  en  place  à  Abidjan  d’aller  à  une  normalisation  réelle  de  la  situation  socio-politique  en  Côte  D’Ivoire. Il  a  en  effet  été  constaté que  contrairement  aux  formations   politiques  membres  de  la  nouvelle  LMP  de  Gervais  Coulibaly  et  au  RPCI  de  Bamba  Moriféré  qui  y  voyaient   une  occasion  rêvée  pour  tenter  de  jouer  un  rôle  et  pour  se  positionner  tant  bien  que  mal  sur  l’échiquier  politique  national, le  FPI  est  resté  beaucoup  réservé  et  visiblement  très  peu  enthousiaste  jusqu’au  bout.

Il  ne  pouvait  d’ailleurs  en  être  autrement  quand  l’on  sait  qu’un  dialogue  avec  Alassane Dramane  Ouattara  a  toujours  fait   l’objet ,à raison, de  méfiances  et  de  réticences  très  vives  au  sein  de  ce  parti.

De  triste  mémoire, les  Frontistes  se  souviennent  encore     des  négociations  à  huis-clos  qui  avaient  eu  lieu  du  15  au  26  janvier  2003  en  France  et  avaient  abouti  à  la  signature  des  fameux  accords  de  Linas-Marcoussis  au  Centre  des  Conférences  internationales  de  l’avenue  Klébert  de  Paris. Sur  invitation  du  président  français  d’alors Jacques  Chirac, les  protagonistes  de  la  crise  ivoirienne  qui  avait  éclaté  le  19  septembre  2002  suite  à  l’échec  d’un  coup  d’État  contre  le  régime  du  président  Laurent  Gbagbo, avaient  tenté  de  s’entendre  sur  les  conditions  d’un  retour  à  la  paix.

A  l’époque, ces  négociations  avaient, on  s’en  souvient, enregistré  la  présence  des  rebelles  de  Soro  Guillaume  baptisés « Forces  nouvelles » et  des  différents  partis  politiques  ivoiriens. Présidés  par  le  juge  Pierre  Mazeaud, assisté  du  juge  Keba  Mbaye  et  de  l’ancien  Premier  ministre  ivoirien  Seydou  Élimane  Diarra  ainsi  que  des  représentants  d’institutions  internationales, ONU, Union  africaine  et  CEDEAO, les  travaux  avaient  savamment  et  cyniquement  planifié  l’affaiblissement  et  le  renversement  du  Président  Laurent  Gbagbo.

L’Histoire  est  en  effet  sans  équivoque  aujourd’hui : Les   accords  de  Marcoussis   n’avaient  pour  objectif  réel  que  d’installer  Alassane  Dramane  Ouattara  au  pouvoir  en  Côte  D’Ivoire. C’est  par  exemple  sur  la  base  de  ces  accords  que  le  camp  rebelle  s’était  directement  vu  octroyer  85 %  des  postes  au  Gouvernement  et  que  le  RHDP  avait  pris  possession  à  95% de  la  Commission  électorale  indépendante (CEI) avec  les  conséquences  des  graves  dysfonctionnements   que  l’on  connaît. Au  pouvoir  aujourd’hui  grâce  à  ce  sombre  complot  international  et  profondément  englué  depuis  de  longs   mois  dans  sa  gestion  chaotique  du  pays, Dramane  Ouattara  a  donc  voulu  rééditer  le  coup  de  Marcoussis  pour  atteindre  les  nouveaux  objectifs  qu’il  s’est  fixés.

En  refusant   ainsi  de  discuter  directement  et  exclusivement avec  le  FPI  et  en  voulant  diluer  sa  participation  dans  celle  des  partis  conduits  par  des  leaders  qui  ont  depuis longtemps  changé  de  veste  et  de  verbe, en  brûlant  les  étapes  dans  l’organisation  du  Conclave  de  Grand-Bassam, Alassane Dramane  Ouattara  a  planifié  l’échec  du  Conclave  et  montré  son  mépris  pour  la  paix  et  la  réconciliation  nationale  en  Côte D’Ivoire.

Pour  certains  observateurs, l’organisation  de  ces  assises  avait  été  imposée  à  Ouattara   qui  cédait   ainsi   aux  fortes  pressions  internationales  lui  exigeant  d’engager  au  plus  vite  un  dialogue  politique  franc  et  direct   avec  le  FPI, de  mettre  définitivement  fin  à  la  crise  post-électorale  et  de  s’attaquer  aux  nombreux  défis  de  la  reconstruction. L’indice  de  risque  pays  est  en  effet  très  élevé  actuellement  en  Côte  D’Ivoire  et  continue  d’effrayer  tous  les  investisseurs, même  les  plus  téméraires. Il  faut  donc  instaurer  rapidement  un  climat  apaisé  qui  soit  propice  aux  investissements.

De  l’avis  des  tenants  de  cette  thèse, une  telle  démarche  devrait  aboutir  à  court  terme  à  la  libération  des  détenus  politiques  FPI/LMP, au  retour  des  exilés  et  au  dégel  des  avoirs. Selon  des  sources  proches  du  dossier, Dramane  Ouattara  devrait  également  réfléchir  à  la  formation  dans  un  court  délai  d’un  nouveau  Gouvernement  comprenant  des  représentants  de  tous  les  partis  y  compris  le  FPI  lui-même. Dans  l’esprit  de  ces  recommandations, cela  pourrait   favoriser  la  participation  effective  des  uns  et  des  autres  aux  prochaines  élections, notamment  les  municipales  et  les  départementales  qui, aux  yeux  des  principaux  bailleurs  de  fonds, seront  un  véritable  test  des  avancées  sur  le  chemin  de  la  paix.

Beaucoup  d’analystes  restent  cependant  convaincus  que  Dramane  Ouatttara  n’a  renoncé  à  rien  dans  sa  volonté  de  semer  les  graines  de  la  division  et  de  l’explosion  sociale, de  souffler  chaque  jour  le  chaud  et  le  froid  tout  en  tenant   l’opposition  en  laisse  jusqu’en  2015, date  du  nouveau  rendez-vous  électoral. Dans  son  agenda  secret  figureraient  ainsi  en  bonne  place  une  révision  de  la  Constitution,  concernant  notamment  les  critères  d’éligibilité  du  président de  la  république  ainsi  qu’une  révision  des  critères  d’admission  à  la  citoyenneté.

Pour  lui, de  nombreuses  dispositions  actuellement  en  vigueur  écarteraient  trop  d’Ivoiriens  dans  leur  formulation. Ouattara  préparerait  donc  l’adoption  de  diverses  lois  qui  pourraient  lui  permettre  de  naturaliser  des  millions  d’étrangers, de  mettre  en  place  un  arsenal  juridique  dans  le  domaine  du  foncier  urbain  et  rural  pour  légaliser  la  vaste  expropriation  des  Ivoiriens  qui  bat  actuellement  son  plein, assuré  qu’il  est  de  faire  passer  toutes  ces  lois  iniques  au  niveau  d’une  Assemblée nationale  taillée  sur  mesure.

Le  Conclave  de  Grand-Bassam  aurait  alors  été  transformé  en  une  vaste  stratégie  d’enfumage  élaborée  pour  envoyer  à  la  communauté  internationale  un  faux  message  de  normalisation  et  tenter  de  desserrer  l’étau  de  l’isolement  qui  menace  le  régime. Un  refroidissement  est  en  effet  en  train  de  s’installer  progressivement   aujourd’hui  dans  les  relations  avec  les  États-Unis  de  Barack  Obama  tandis  qu’avec  la  probable  victoire  du  socialiste  François  Hollande  en  France, les  choses  pourraient  davantage  se  compliquer  du  côté  de  l’Hexagone.

A  travers  ces  négociations  piégées, Dramane  Ouattara  a    surtout  voulu  faire  croire  que  le  FPI  est  revenu   dans  le  jeu  politique  en  Côte  D’Ivoire  malgré  le  transfèrement  de  Laurent  Gbagbo  à  la  CPI, la  détention  massive  de  ses  partisans  dans  les  prisons  au  nord  du  pays  et  le  nombre  sans  cesse  croissant  de  ceux  qui  continuent  de  fuir  du  pays. L’autre  imposture  était   aussi  de  présenter  Alassane  et  ses  rebelles  comme  les  victimes  des  pros-Gbagbo. Cette  grosse  imposture  est  dévoilée  quand  le  Communiqué  final  du  Conclave  proclame  cyniquement  que « l’opposition  a  reconnu  la  nécessité  d’une  démarche  de  pardon », sans  préciser  de  quelle  opposition  il  est  question !

Le  parti  de  Laurent  Gbagbo  qui  vient  de  tenir  sa   Convention  dans  une  grande  ferveur  et  se  montre  désormais  de  plus  en  plus  conscient   de  tenir  le  bon  bout,    semble  bien  décidé  à  ne  plus  se  laisser  surprendre. Les  compromis  et  les  compromissions  qu’agite  quotidiennement  Ouattara  pourraient  ainsi  avoir  peu  de  chance  d’emmener  ce  parti   à  hypothéquer  son  combat  pour  la  reconquête  des  droits  et  des  libertés  démocratiques. La  survie  de  la  Côte  D’Ivoire  reste  avant  tout  à  ce  prix.


Océane  YACÉ

Politologue à Monaco

oyace84@yahoo.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.