La nouvelle vidéo du centre média de la Place Syntagma

Il y a un projet de strangulation des Nations pour que les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres.Des minorités qui veulent contrôler des pays entiers.Initialement, les cartels bancaires concoivent le plan de surendettement des pays avec l’aide de gouvernement corrompus.Puis, arrive le FMI, assumant un rôle de “sauveur”, qui valide le projet.Et enfin, les gouvernements corrompus et asservis l’appliquent au dépens de leur peuple après avoir propagandé le projet à travers les médias impliqués.Maintenant, les prédateurs peuvent tout obtenir pour une bouchée de pain et la démocratie s’effondrer.Ils ont commencé par les pays du Sud de l’Europe, par nous les P.I.G.S., avec un premier test fait sur la Grèce.

4 p.i.g.s and a square/ french version from Art Resistance on Vimeo.

Un petit pays, où il y a 2500 ans est née la démocratie, où le pouvoir appartenait au peuple, à l’Ecclesia de la Cité –sorte d’assemblée du peuple- qui votait pour ou contre des députés en fonction de leur contribution ou du préjudice qu’ils portait à l’intérêt public et où le fonctionnement de la démocratie directe était comme une coutume. Tout comme dans d’autres communautés traditionnelles de l’ancien monde.Dans la Cité d’Athènes de la Grèce Antique émettait un verdict -effectif dans la journée même – grâce à des procédures rapides, à l’encontre des politiciens qui avaient porté préjudice moralement à la Cité et pour ceux qui avait lésé la Cité économiquement, le verdict consistait à la confiscation de leurs biens.

La garantie préventive pour le bon fonctionnement de la démocratie était l’ostracisme, exil imposé aux ennemis de la démocratie.Cependant, aujourd’hui, dans la Grèce moderne règne un système différent. Il est appelé debtocratie, un régime qui fait porter le poids de la dette à un peuple alors qu’elle n’est pas sienne, puisqu’elle a été générée par les banques et les gouvernements, le peuple est appelé à payer (bien qu’on lui ait volé son argent les années précédentes) et ce qu’il donnera, retournera à ces mêmes banquiers qui ont créé la dette.Le terrorisme économique des banques, des agences de notations, des gouvernements, de l’Europe et des médias assujettit le peuple à un esclavage économique.Par des procédures de coup d’Etat parlementaire, le gouvernement grec a adopté les mémorandums exorbitants dictés par le FMI.Sans honte face à la majorité des grecs qui sont dans les rues depuis presque deux mois, s’opposant à l’injustice et à l’avenir sinistre préparé pour le peuple et ses enfants.Au lieu de défendre les intérêts du Peuple, ils ont livré le pays aux spéculateurs.Son assistant, la police, laquelle a attaqué sans raison les manifestants pacifiques avec des produits chimiques et des coups, pogroms de violence.Ce système politique qui annihile la voix des citoyens, la debtocratie, existe déjà dans d’autres pays P.I.G.S. tels que l’Irlande et très prochainement viendra aussi dans votre pays, si elle n’y est pas déjà.

En voilà le fonctionnement:

Un parti politique conservateur qui gouverne, cache la dette publique alors qu’il réalise des dépenses inconsidérées en menant une vie opulente avec ses amis banquiers, saignant à blanc le Peuple et le pays déjà endetté avec l’organisation d’événements luxueux comme celui des Jeux Olympique, avec la valse des pots de vin pour des dépenses militaires imposées au pays par les partenaires européens, et avec des scandales économiques qui éclatent au grand jour mais ne passent jamais le seuil des Tribunaux.Arrive cependant le moment de voter.Un autre parti politique autoproclamé socialiste, qui avait déjà gouverné par le passé et que les scandales économiques avaient également éclaboussé, promet de contrôler les finances de l’Etat en disant “il y a de l’argent”.Les amis banquiers changent de camps et promettent au prétendant Premier Ministre qu’ils l’aideront à se faire élire en échange de l’asservissement économique du pays.Avec l’aide des médias dans la combine, il gagne les élections.Le nouveau Premier Ministre, quelques jours après, admet que le contrôle de la dette est impossible et blâme ses prédescesseurs pour avoir caché des données.

MAIS NOUS SAVONS QUE TOUS SAVAIENT!

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.