Même si officiellement ce ne sont que quelques 2’700 mails de hauts responsables islamistes salafistes tunisiens qui ont été interceptés par les Anonymous et si une grande partie ne sont d’aucune importance, d’autres comprennent des données personnelles et bancaires.

Cette action est justifiée par des «incidents» récents comme l’usage de la violence sur des diplômés au chomdû qui manifestaient ce dernier samedi, 7 avril 2012. Une démonstrations de force qui a tout de même fait plusieurs blessés.

Car ce qu’il faut savoir, c’est que la Révolution tunisienne n’a pas changé grand chose, (sinon diminuer les droits des femmes), et la censure sur Internet, le respect des droits de l’homme et la liberté d’expression qui ne sont toujours pas instaurées en Tunisie, depuis que le parti Ennahda est au pouvoir. Et bien sûr, le porte-parole Nejib Gharbi s’exclame : «Il y a en peut-être un ou deux qui sont authentiques, mais le reste est truqué! Et la censure ne concerne que les sites pornos!» Ben voyons ! On en attendait pas tant ! C’est d’ailleurs pourquoi l’armée a demandé de fermer quatre sites, les soldats ayant les yeux rivés sur leur iPhone pour reluquer des bonnes femmes à poil au lieu de prêter leur attention aux exercices militaires…

Pour la petite histoire, un réfugié salafiste, qui avait trouvé refuge en Suisse lors de la dictature de Ben Ali et qui a rejoint le gouvernement tunisien depuis la chute du régime, ne s’est pas privé d’user d’internet pour vanter les qualités d’une ceinture…assez explosive, ceci lors de son séjour en douce et bucolique Helvétie! On peut donc aisément comprendre pourquoi ledit gouvernement censure certains sites, mais laisse «en Paix» ceux qui distillent la haine envers certains personnages ou Etats !

On ne peut donc qu’apprécier le geste des Anonymous qui dénonce les «malversations» de certains opportunistes qui ont profité du trouble pour se mettre en place.

Et toc !

Source : .faicmfsf/Geneghys

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.