miaka à Paris

Dans  la  difficile  situation  post-électorale  que  la  Côte D’Ivoire  continue  de  traverser, le  Front  Populaire  Ivoirien   essaie  tant  bien  que  mal  de  résister  et  de  maintenir  la  tête  hors  de  l’eau  face  à  la  dictature  d’Alassane  Dramane  Ouattara.

Tout n’est  cependant  pas   rose  au  sein  du  parti  à  la  rose  et  de  grosses  inquiétudes  demeurent, au  moment  même  où  ce  parti  s’apprête  à  aller  à  une  Convention   qui  suscite  beaucoup  d’interrogations  quant  à  savoir  si  les   vraies  questions  de  fond  trouveront  de  vraies  réponses.

Devenu  Président  par  intérim  du  FPI  après  l’arrestation  du  Président  statutaire  Pascal  Affi  N’Guessan, toujours   détenu  à  Bouna  au  Nord  de  la  Côte  D’Ivoire, Sylvain  Miaka  Oureto   donne  en  effet  depuis  longtemps  la  triste  impression  de  ne  pas  être  l’homme  qu’il  faut  à  la  place  qu’il  faut. Cette  malheureuse   situation  ne   date  d’ailleurs  pas  d’aujourd’hui.

On  se  rappelle  que  le  lundi  27  Février  2012, Miaka  Ouretto était  rentré  d’Europe. Sans  avoir  réussi, contrairement  à  ce  qu’il   avait  ardemment  souhaité  et  précipitamment  annoncé, à  rencontrer  Laurent  Gbagbo  à  la  Haye  pour   une  deuxième  visite.

Si  celle-ci  avait  eu  lieu, elle  lui  aurait  permis, dit-on, de  faire  le  point  avec  l’ex-Président  de  la  République  et  fondateur  du  FPI  sur  certaines  questions  abordées  lors  de  la  première  visite  du  Lundi  6 Février  2012  et  de  définir  les  perspectives  pour  faire  efficacement   face  aux  différents  défis. La  mission  d’information  en  Europe  du  Président  par  intérim  du  FPI  n’aura  donc  pas  réussi  à  obtenir  la  cérise  sur  le  gâteau. Miaka  Oureto  avait  bien  perçu  l’enjeu  de  cette  deuxième  visite. Jusqu’au  bout, il  s’était  accroché  à  un  mince  espoir. Avant  de  battre  en  retraite  en  maudisant  tous  ceux  qu’il  soupçonnait  d’avoir  tiré  de  près  ou  de  loin  les  ficelles  dans  l’ombre  pour  l’empêcher  de  revoir  son  mentor.

Miaka  Oureto  ne  devait  cependant  s’en  prendre  personnellement  qu’à  lui-même. Arrrivé  dans  l’incognito  le  plus  total  le  02  Janvier 2012, c’est  plusieurs  jours  plus  tard  que  les  militants  FPI  de  France  apprendront  qu’il  est  à  Paris. Comme  Président  intérimaire  du  FPI, il  n’avait  curieusement  pas  pris  le  soin  d’informer  Brigitte  Kuyo, Représentante  de  ce  Parti  en  France, ni   associé  les  militants  et  les sympathisants  à  son  accueil, son hébergement  ou  la  gestion  de  son  séjour.

Il  a  préféré  vivre  caché  et  c’est  avec  surprise  que  les  uns  et  les  autres  ont  appris  dans  le  métro, les  bus  ou  les  bars  à  Paris  qu’il  logeait  chez  Monsieur  François  Guina, son  neveu  de  même  village  à  Soubré, bien  connu  ici  à  Paris  pour  être  le  Représentant  en  France  du  parti  politique  de  Monsieur  Gervais  Coulibaly. C’est  d’ailleurs  au  sein  d’un  groupuscule  constitué  par  François  Guina  que  Miaka  Oureto  s’est  rendu  à  la  Haye  pour  rencontrer  le  Président  Laurent Gbagbo. On  connaît  la  suite.

A  partir  du  compte  rendu  que  Miaka  Oureto  aurait  imprudemment  fait  à  ses  accompagnateurs  sur  ses  entretiens  avec  le  Président  à  la  Haye, des  rumeurs  de  toute  sorte  ont  circulé  ici  à  Paris  sans  que  personne  ne  sache  comment  faire  la  différence  entre  le  vrai  et  le  faux, entre  l’interprétation  et  la  vérité.

Il  faut  surtout  signaler  qu’au-délà  de  ce   fiasco  lié  à  cette  deuxième  visite, c’est  toute  la   stratégie  globale  de  communication   mise  en  oeuvre   durant  son  séjour  européen   par  le  tout  nouveau  haut  responsable  du  FPI  qui  a  d’ailleurs  été  un  lamentable  échec.

Dans  la  nuit  du  Jeudi  16  Février  2012, Miaka  Oureto  avait  en  effet  convoqué  une  importante  réunion  à  l’AGECA, au  177 rue  de  Charonne  à  Paris.

La  plupart  des  ivoiriennes  et  ivoiriens  de  France  qui  avons  massivement  fait  le  déplacement  pour  assister  à  cette  réunion  dite  de  clarification   sommes  repartis  chez  nous  à  la  fin  de  cette  rencontre  avec  un  profond  sentiment  de  déception  voire  de  dégoût .

L’objectif   déclaré  du  “Discours  de  Charogne”, puisqu’on  pourrait  appeler  ainsi  cette  intervention  que  Miaka  nous  a  délivrée, était  de  faire  une  mise  au  point  pour   nous  permettre  de  mieux  saisir  le  sens  des  propos  qu’il  a  tenus  auparavant  et  que  la  presse  selon  lui  aurait  déformés.

Mais  nous  avons  vu  que  très  maladroitement  Miaka  Oureto  avait  tenté  de  se  dedire  et  de  rectifier  le  tir, ne  réussissant  en  réalité  qu’à  pousser  le  bouchon  encore  plus  loin  car  les  filtrations  publiées  par  la  presse  n’avaient  pas  été  démenties  sinon  largement  confirmées : Miaka  Oureto  avait  en  effet  affirmé  lors  d’une  rencontre   avec  des  patriotes  qu’il  a  trouvé  les  caisses  du  FPI  vides  sans  que  l’on  sache  ce  que  Affi  N’Guessan   a   fait  des  cotisations  accumulées  depuis  10  ans. Il  s’en  était   également  pris  au  Ministre  Koné  Katinan  qu’il  a  accusé  à   mots  à  peine  couverts  de  faire  du  faux  en  se  faisant  passer  pour  le  Porte-parole  de  Gbagbo  alors  qu’il  n’en  serait  rien, selon  lui.

Sur  sa  lancée, Miaka  Oureto  s’était  enfin  attaqué  à  la  Coordination  du  FPI  dirigée  au  Ghana  par  le  Dr  Assoa  Adou. Pour  Miaka  Oureto, la  création  de  cette  Coordination  est  anti-statutaire  et  les  différentes  activités  qu’elle  développe  hors  de  la  Côte  D’Ivoire  relevent  tout  simplement  de  l’indiscipline  notoire  étant  donné  que  la  Direction  du  FPI  est  à  Abidjan  et  doit  rester  la  seule  habilitée  selon  Miaka  Oureto  à  prendre  des  décisions  et  à  agir.

Cette  manière  discourtoise  et  cavalière  d’aborder  publiquement  des  problèmes  internes  a  choqué  de  nombreux  militants  et  sympathisants  de  ce  parti  phare  de  l’opposition  ivoirienne. Une  grande  inquiétude  continue   donc  de  planer   au  sein   du  FPI  et  de  la  communauté  ivoirienne   de  France  où  nous  en  sommes  toujours  à  nous  interroger  encore  sur  les  motivations  réelles  de  l’homme  de  Soubré .

En  s’attaquant  ainsi  ouvertement   à   d’illustres  hauts  responsables  du  parti  en  leur  absence ( Affi  en  prison, Assoa  Adou  et  Katinan  en  exil ) Miaka  Oureto  vient  indéniablement  de  faire  de  graves  dérapages  qui  continuent   d’indigner, de  frustrer  et  de  diviser.

En  faisant  des  déclarations  à  l’emporte  pièce, en  parlant  trop  vite  et  trop  tôt, en  cherchant  à  s’enfermer  dans  d’inutiles  règlements  de  comptes, en  encourageant  les  querelles  intestines, en  passant  son  temps  à  donner  des  coups  de  griffe  à  gauche  et  à  droite, en  outrepassant  sa  mission  de  Président  intérimaire  pour  agir  comme  un  Président  statutaire  dûment  élu  par  un  Congrès, en  considérant  comme  du  cafouillage  tout  ce  que  les  autres  ont  fait  jusqu’ici  et  en  prétendant  mettre  de  l’ordre, Miaka Oureto   a  donc  semé  en  réalité   les  graines  du  désordre  et  d’une  potentielle  implosion  du  FPI  en Frace   et  en  Europe  au  moment  où  l’union  est  plus  que  nécessaire.

Les  militants  et  sympathisants  du  FPI  sont  d’ailleurs  aujourd’hui  très   nombreux  à  se  demander  pourquoi  Miaka Oureto, durant  tous  ces  longs  mois,  n’a  jamais  pris  la  peine  de  rendre  visite  aux  prisonniers  FPI-LMP  et  plus  particulièrement  à  Affi  N’Guessan, Sangaré et  Simone Gbagbo.

Miaka  Oureto  donnerait  même, selon  certains, l’impression  de  comploter   sournoisement  avec  le  régime  Ouattara  pour   que   ces  grandes  personnalités  du  FPI  restent  le  plus  longtemps  possible  en  prison, le  temps  que   lui  et  ses  complices, notamment  Danon  Djédjé  et  Marie-Odette  Lorougnon, appliquent  toutes   leurs   stratégies  secrètes  pour  s’emparer  définitivement de  la  Direction   du   parti  et  empêcher  quiconque  de  les  éjecter  en  cas  de  normalisation  de  la  situation.

Ils  présentent  donc  Affi, Simone, Sangaré  et  les  autres  qui  sont actuellement  en  prison  comme  des  radicaux  qui  étaient  autour  du Président  Laurent  Gbagbo  et  lui  avaient   donné  de  mauvais  conseils  qui  ont  conduit  à  la  guerre, aux  tueries  et  aux  arrestations.

Miaka  Oureto  n’est-il   donc  que  seulement  préoccupé  par  la  prise  du  pouvoir  au  FPI ? N’est-il   seulement  préoccupé  que  par  son  ambition personnnelle  mal  cachée   d’être  nommé  Ministre  par  Alassane  Ouattara ? A-t-il  réellement  une  pensée  sincère  et  solidaire  pour  ses  nombreux  camarades  déténus  et  torturés  dans  les  prisons   du  Nord ? Pourquoi  se  montrait-il  tant  soucieux   d’ouvrir  des  négociations  avec Ouattara? Sera-t-il  capable  de  poser  clairement  les  problèmes  devant  Ouattara  dans  le   dialogue  qui  s’annonce   entre  le  pouvoir  et  le  FPI ? En  tout  cas, rien  ne  démontre  tout  cela.

Voici  donc  le  Front  Populaire  Ivoirien   qui  s’apprête  à  organiser  bientôt  une  importante  convention  sur  le  thème : Quel  FPI  pour  la  reconquête  des  droits  et  libertés  démocratiques?

C’est  donc  le  lieu  de  souhaiter  que  les  grands   problèmes  qui  préocuppent   réellement  et  surtout   ceux   relatifs  au  fonctionnement  interne  du  parti  et  au   leadership   politique  tel  qu’assuré   par  Miaka  Oureto   soient  clairement  abordés  dans  les  réflexions.

Car  sans  parti  politique  vraiment  uni,  sans  un  leader  fort  au  langage  clair  et  rassurant,un leader  doté  d’une  véritable  capacité  de  rassembler  et  de  maintenir  la  cohésion  dans  l’action, sans  un  leader  qui  met  les  intérêts  collectifs  avant  ses  intérêts  personnels, la  reconquête  des  droits  et  des  libertés  ne  sera  qu’une  simple  vue  de  l’esprit  face  au  régime  autoritaire  d’Alassane  Ouattara.

Les  compétences  ne  manquent  pourtant  pas  au  FPI. Laurent  Akoun, Amani  N’Guessan, Tapé  Kipré  et  bien  d’autres  sont   assez charismatiques  et  leurs  discours   sont  toujours  bien  accueillis  par  les  militants   et  par  les  ivoiriens . Mais  la  volonté  collective  de  faire  réellement  bouger  les  choses  ne  semble  pas  accompagner  parce que  le  Président  par  intérim  ne  rassure  pas   et  continue  plutôt  d’inquiéter  tout  le  monde .  Y-t-il   vraiment  un  pilote  dans  l’avion  en  ces  temps  extrêmement  mouvementés  où  le  FPI  ne  cesse  de  traverser  des  zones  dangereuses  de  turbulences ?

Correspondance  particulière

Charles Zezé dit  Opadjéré                                                                                                                                                         Militant  FPI  de  France

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.