Une  grosse  absurdité, c’est  ainsi  que  l’on  pourrait  qualifier  le  coup  d’État  militaire  qui  vient  de  renverser  le  Président  Amadou  Toumani  Touré  au  Mali. Notre  Analyse.Confronté  depuis  plusieurs mois  aux  attaques   des  combattants  rebelles  du  Mouvement  National  pour  la  Libération  de  l’Azawad (MNLA) et  d’autres  rebelles  touaregs  parmi  lesquels  on  note  la  présence  massive  d’hommes  lourdement  armés  venus  de  Lybie, le  Mali  se  trouvait  déjà  dans  l’œil  du  cyclone  avec  la  prise  par  les  assaillants  de   plusieurs  villes  du  nord  du  pays. C’est  dans  ce  contexte  tendu  qu’est  survenu  le  putsch  du  jeudi  22  Mars  2012.

Le  Capitaine  Amadou  Sanogo, à  la  tête  d’un  comité  militaire  dénommé   Comité  National  pour  le  Redressement  de  la  Démocratie  et  la  Restauration  de  l’État (CNRDRE), vient  ainsi  de  prendre  le  pouvoir  à  Bamako, accusant  le  Gouvernement  de  s’être  montré  incapable  et  incompétent  dans  la  lutte  contre  le  terrorisme   au  nord  du  pays  et  dans  la  mise  à  la  disposition  de  l’armée  d’un  matériel  adéquat  pour  la  défense  du  territoire  national.

Le  Capitaine  Amadou  Sanogo  et  ses  compagnons  de  la  Junte  ont  donc  dissous  toutes  les  institutions  de  la  République, décrété  un  couvre-feu  et  procédé  à  de nombreuses  arrestations  avant  de  promettre  la  mise  en  place  d’un  Gouvernement  d’union  nationale  et  un   futur  retour   des  civils  au  pouvoir.

A  l’évidence, la   chute  du  Président  malien   apparaît    d’abord  et  avant  tout  comme  une  conséquence  directe   de  la  déstabilisation  de  la  Lybie  par  la  coalition  hétéroclite  Otan-Aqmi  et  de  la  brutale  désintégration  du  régime  de  Mouammar  Kadhafi. Ces  faits, comme  on  le  sait, ont  très  gravement  accentué  l’insécurité  dans  la  vaste  région  du  sahel  transformée  désormais  en  une  véritable  poudrière  où  règnent  en  maîtres  absolus  contrebandiers, voleurs, assassins, mercenaires, terroristes  et  malfrats  de  tout  acabit .

Mais  ce  putsch  se  signale  également  et  surtout  par  son caractère  très   absurde  dans  la  mesure  où  le  Mali, présenté  d’ailleurs  à  juste  titre  comme  l’une  des  grandes  démocraties   naissantes  en  Afrique, s’apprêtait  à  aller  aux  Élections  présidentielles  en  avril 2012  pour  trouver  un  successeur  au  Président  Amadou  Toumani  Touré  qui, obéissant  scrupuleusement   aux  dispositions  de  la  Constitution  malienne, ne  se  présentait  pas  pour  un  autre  mandat, contrairement  à  ce  qui  se  passe  au  Sénégal  ou  ailleurs  sur  le  Continent.

Pourquoi  donc, dans  ces  circonstances  si  particulières  où  l’intégrité  du  territoire  national  se  trouve  menacée, l’armée  malienne  n’est-elle  pas  restée  soudée  et  mobilisée   autour  du  Président  sortant  pour  défendre  l’alternance  démocratique  et  a-t-elle  choisi  d’engager  le  pays  dans   l’aventure  des  coups  d’État?

Pourquoi   n’avoir  pas  attendu   le 29 Avril  2012, date  du  prochain  scrutin  présidentiel   pour   laisser  sortir  le  Président  actuel jugé  » incompétent  »  et  permettre  au  peuple  souverain  du  Mali  de  porter  librement  et  démocratiquement  à  sa  tête  un  Président  qui  serait  à  ses  yeux  plus  apte  et  plus  capable  de  défendre  la   Nation?

Pourquoi  a-t-on  préféré  faire  entendre  le  langage  des  armes  au  lieu  d’attendre  le  verdict  des  urnes ? Pourquoi  n’avoir  pas  fait  confiance  en  un  débat  électoral  clair, transparent, simple, et  en  même  temps  exigeant  pour  poser  les  problèmes  essentiels  et  évoquer   les  solutions  éventuelles   devant  le  peuple  qui  ferait  son  choix ? Comment  construire  la  démocratie  et  l’État  de  droit  en Afrique  si   à  tout  moment  des  humeurs, des  ambitions  et  des  instincts  guident  constamment  les  actions ? Autant  de  questions  que  l’on  continuera  de  se  poser.

Il  faut  cependant  souligner  qu’au  miroir  de  cette  situation  trouble  que  vit  le  Mali  et  à  la  suite  des  douloureux  évènements  qui  ont  auparavant  déchiré  la  Côte  D’Ivoire, l’on  voit  en  réalité  comment  la  France, à  travers  des marionnettes  tantôt  civiles, tantôt  militaires, continue  de  torpiller  les  processus  démocratiques  en  Afrique  en  phagocytant  par  des  actions  de  déstabilisation  les  initiatives  porteuses, empêchant  ainsi  les  peuples  africains  de  prendre  véritablement  leur  destin  en  mains.

Il  semble  d’ailleurs  certain  que  la  France  voyait  d’un  très  mauvais  œil   la   transition  pacifique  à  la  démocratie  qui  était  en  train  de  s’opérer  progressivement  et  avec  un  réel succès  au  Mali, en  plein  cœur  de  l’Afrique  de  l’Ouest, dans  cette  zone  stratégiquement  importante  qu’elle  tient  à  garder  sous  son   influence.

Au  moment  où  le  régime  d’Alassane  Dramane  Ouattara  installé  à  coups  de  canons  en  Côte  d’Ivoire  continue  de  se  débattre  dans  la  confusion  et  tarde  encore  à  se  consolider, la  France  avait  aussi  une  peur  bleue  de  voir  s’installer  au  pouvoir  au  Mali  un  Dirigeant  politique  de  Gauche  pas  trop distant  de  Laurent  Gbagbo, comme  précisément  le  charismatique  Ibrahim Boubacar Keita ( IBK ) que  tout  le  monde  donnait  déjà  gagnant.

Les  Élections   présidentielles  maliennes  d’avril  2012  constituaient  en  fait, selon  Paris,  une  grave  menace  potentielle  et  devaient  à   tout  prix  être court-circuitées  pour  éviter  qu’après  Laurent  Gbagbo, un   autre  Président  réfractaire  n’émerge  et  ne  vienne  remettre  en  cause  les  nombreux  systèmes  d’exploitation  néocoloniaux  mis  en  place  dans  la  région.

En  chassant  donc  le  Président  en  place, en  dissolvant   toutes  les  institutions  et  en  mettant  ainsi  un  coup  d’arrêt  au  processus  électoral  en  cours, la  Junte  militaire  joue  à   fond  la  carte  de  la  protection  des  intérêts  français  et  semble  déjà  manœuvrer  pour  obtenir  le  soutien  de  la  France  pour  une  éventuelle  confiscation  du  pouvoir  d’État. En   évoquant  d’emblée  les  besoins  militaires  en  moyens  matériels  et  logistiques  pour  défendre  le  pays, les putschistes  ouvrent  aussi  la  porte  à  l’installation  au  Mali  de  la  base  militaire  française  dont  ne  voulait  pas  entendre  parler  le  Président  Toumani  Touré.

Les  mutineries, les  rébellions  armées  et  la  menace  terroriste  que  représente  Al-Qaïda  au  Maghreb  islamique  (Aqmi)  pourraient  donc  continuer  d’être  désormais  utilisées  dans  d’autres  pays  par  la  France  pour  servir  ses  intérêts  géostratégiques, se  débarrasser  des  Présidents  gênants  et  positionner  ses  serviteurs  dociles  au  détriment  de  la  démocratie  et  des  intérêts  des  peuples  africains.

La  France  n’a  d’ailleurs  jamais  été  pour  une  vraie  démocratisation  des  pays  africains  et  a  toujours  fait  obstacle  aux  divers  processus.

Lorsque  l’on  parcourt  ce  qui  est  considéré  comme  le  pré carré  africain, que  constate-t-on  en  effet ? En  1990, au Sommet  de  la  Baule, le  discours  du  Président  français  François  Mitterand  avait  suscité  un  réel  espoir  chez  les  démocrates  africains.

De  façon  très  claire, il  était  indiqué  que  dorénavant, seuls les  pays  qui  s’engagent  dans  un  processus  démocratique  sincère  et  viable  bénéficieraient  de  l’aide  de  la  France. Un  an  plus  tard, c’est – à – dire  en  1991, alors  même  que  sur  le  Continent  africain  les  forces  du  progrès  commençaient  à  avoir  raison  des  forces  rétrogrades, le  discours  de  Chaillot  est  venu  jeter  le  trouble  dans  les  esprits.

Le  Président  français  déclarait maintenant   que  chaque  pays  devait  avancer  à  son  rythme  dans  le  processus  démocratique ! Les  raisons  de  cette  volte-face  de  Monsieur  Mitterand  qui  entra  dans  l’Histoire  à  la  Baule  pour  en  ressortir  brusquement ( et  peut-être  brutalement ) à  Chaillot  sont  multiples  et  multiformes. Mais  le  résultat  on  le  connaît : Des  parodies  d’élections  avaient  été  organisées  ici  et  là   à  l’époque  pour  maintenir  au  pouvoir  des  régimes  autocratiques  face  auxquels  leurs   peuples  avaient  largement  exprimé  leur  ras-le-bol.

Au  Mali ( de  Moussa  Traoré), au  Niger ( de  Seyni  Koutché  puis  d’Ali  Saïbou), au  Congo (de  Denis  Sassou  N’Guesso), à  Madagascar  ( de  Didier  Ratsiraka) et  au  Bénin ( de  Mathieu Kérékou ), il  y  avait  eu  accélération  du  processus démocratique  uniquement  parce  qu’il  s’agissait  de  régimes  qui naguère, affichaient  leur  sympathie  pour le Communisme  et  qui  avaient  flirté  de  façon  plus  ou  moins  prononcée  avec  le  Bloc  de  l’Est, sans  pour  autant  cesser  de  tendre  leur  gamelle  de  mendicité  à  la  France.

Le  soutien  français  à  la  poussée  démocratique dans  ces  pays  n’avait  donc  été  qu’une  stratégie  politique  visant  à  gommer du  pré carré  africain  tout  ce  qui  restait  encore  « rouge ». Les  Conférences  Nationales  dont  on  avait  fait  un cheval  de  bataille  dans  ces  pays  n’auront  en  réalité  été  que  des  opérations  de  toilettage  idéologique   soutenues  et  financées  par  la  France  qui  a  voulu, à  travers  elles,  s’assurer  des  nouvelles  orientations  politiques.

A  l’opposé, partout  où  la  France  était  sûre  d’avoir  ses  ouailles, le velléités  démocratiques  des  peuples  avaient  été  étouffées dans  l’œuf  et  dans  le  sang  par  les  dictateurs, avec  la  bienveillante  complicité  de  l’Hexagone.

 Cela  avait  été  valable  dans  de  nombreux  pays  africains, du  Togo ( de  Gnassingbé  Éyadema) au  Cameroun ( de  Paul  Biya), en  passant  par  le  Gabon (d’Omar  Bongo), le  Burkina  Faso ( de Blaise  Compaoré), la  Mauritanie ( de  Ould  Taya), et  la  liste  est  longue .

Mais  l’arnaque  démocratique  a  toujours  été  claire : Soit  il  s’agissait  d’élections  truquées   que  le  parti  au  pouvoir  organisait  en  faisant  fi  des  revendications  de  l’Opposition, avec  des  fraudes  honteuses  et  des manipulations  grossières ; soit  il  s’agissait  d’élections  pipées  d’avance  qui  se  terminent  inéluctablement  par  des  irrégularités  flagrantes, des  proclamations  farfelues  de  résultats  avant  même  que  la  Commission  chargée  de  cette  tâche  n’ait  fini  les  décomptes. Le  pire  est  que  les  opposants  peuvent   très  souvent  être  arrêtés, bastonnés, humiliés, incarcérés,  torturés, tués  ou  libérés  selon  le  bon  vouloir  des  roitelets  qui  gouvernent, sans  que  la  France  ne  lève  le  petit  doigt  si  ce  n’est  pour  protéger  ses  intérêts, une  fois  ceux-ci  menacés .

C’est  précisément le cas aujourd’hui au Mali .Tenez, la France encore et toujours elle, au lieu de condamner fermement le putsch et exiger le retour à l’ordre constitutionnel appelle plutôt à l’organisation d’élection. Le coup étant  à ses yeux complices déjà consommé. Vous avez tout compris !!!

La démocratie est de loin une concession faite par les conservateurs français à l’Afrique en tenant compte de l’environnement international. Sinon le chemin reste le même: en Afrique ni démocratie ni totalitarisme pour ne pas faire communiste mais autoritarisme;
L’autoritarisme, c’est de  tolérer de temps à autre une opposition dont on sait qu’à tout moment on peut la réprimer sans conséquence sur le pouvoir en place et avec le soutien des pouvoirs en France. La démocratie en Afrique se présentant ainsi comme un processus éphémère au profit de pouvoirs généralement issus de coup d’Etat, des pouvoirs vassalisés.

Les  Africains  comprendront-ils  donc un  jour  que  les  processus  démocratiques  sur  le  continent  ont  été  cyniquement  piégés  depuis  la  colonisation  et  surtout  depuis  les  indépendances ? A  quand  l’éveil  d’une  réelle  conscience  africaine  pour  une  véritable  libération ?

Les  putschistes  maliens  devraient  répondre  à  ces  questions  et  au-delà  d’eux, tous  ceux   qui  continuent  de  ramer  à  contre-courant  de  l’Histoire  en  se   rendant  complices  des  puissances  impérialistes  dans   leurs   actions  de  déshumanisation   permanente   des  peuples  africains.

Océane  YACÉ

Politologue, Monaco

oyace84@yahoo.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.