Publicités
Japon. La plaie est toujours béante-Le Télégramme

Japon. La plaie est toujours béante-Le Télégramme

Le 11 mars 2011, 19.000personnes trouvaient la mort dans le tremblement de terre et le tsunami qui ont dévasté le nord-est du Japon, entraînant la catastrophe nucléaire de Fukushima. Un an plus tard, près de 350.000 personnes sont toujours hors de chez elles et la peur est toujours là.

Location Map of Fukushima city in Fukushima Pr...
Image via Wikipedia

Ils sont près de 350.000. 350.000 réfugiés, victimes du tremblement de terre ou du tsunami, ou forcés d’abandonner leur domicile après la catastrophe nucléaire de Fukushima. 350.000 réfugiés logés pour beaucoup dans des préfabriqués construits à la hâte et qui ignorent encore quand – ou si- ils pourront rentrer chez eux. Certains de ceux qui ont fui les nuages radioactifs crachés par les coeurs de réacteurs en fusion pourraient être autorisés à revenir d’ici à quelques années, une fois les localités décontaminées. Mais d’autres risquent d’attendre des décennies, car certaines villes sont devenues trop dangereuses et inhabitables. «Certains disent qu’on pourra rentrer chez nous dans 30 ou 40ans, mais comment va-t-on vivre jusque-là?», se demande un riziculteur de 70 ans, dont les rizières étaient situées à quatre kilomètres seulement de la centrale.

Japon. La plaie est toujours béante – Monde – Le Télégramme.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :