La semaine qui débute s’annonce cruciale pour la Grèce, en effet, dans les jours qui viennent on connaîtra avec précision la proportion de créanciers privés – banques, fonds d’investissement – participant à un échange d’obligations publiques grecques qui leur fera perdre au final 73% du montant déboursé. Par ailleurs l’agence Moody’s, à son tour, a dégradé la note de solvabilité de la Grèce estimant que cet échange d’obligations équivaut à un défaut de paiement d’Athènes.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.