Jamais dans l’histoire moderne le mythe de Sisyphe n’a été aussi bien représenté en Grèce. Vous savez Sisyphe, fils d’Eole qui tentait d’escalader une montagne en poussant une grosse pierre et que chaque fois qu’il arrivait en haut, la pierre roulait en bas, de l’autre côté de la montagne parce qu’il n’avait pas pris la peine de préparer le terrain en construisant un parking bien plat pour que la pierre puisse arrêter de rouler. Bon, il est vrai que lui il n’avait pas à disposition une équipe travaux publics comme celle qui bosse sur le Quai Général Guisan depuis 4 jours. Toujours est-il que si l’on compare Sisyphe avec le Premier Ministre Grec, il y a quand même quelques similitudes. Lui aussi il pousse son plan d’austérité en haut de la montagne, sauf qu’à la place de le laisser rouler en bas, on a l’impression que quelqu’un lui rajoute des morceaux de montagne et le force à pousser son plan encore plus haut, encore plus loin. Le risque c’est qu’à la fin il arrête de pousser à cause de la fatigue et le plan d’austérité va redescendre en bas à toute vitesse en emportant tout sur son passage.

Vous l’aurez compris, hier, encore une fois le thème de la journée, c’était la Grèce. En même temps y a tellement rien à dire et les downgrades sur certaines valeurs de la part de certains Brokers n’ont tellement plus d’impact, que finalement on avait plus qu’à attendre un signe d’Athènes. Hier matin je vous disais que nous y étions «presque », ça sentait l’écurie et tout semblait enfin vouloir s’imbriquer parfaitement, le mot « presque » commençait même à se dissiper au loin dans le brouillard pour être remplacé par un gigantesque « WE DID IT !!!! », suivit immédiatement par une danse de la victoire du style « on est les champions, on est les champions, on est, on est, on est les champions »… puis par le traditionnel « pommmmm-pom-pom-pom-pom-pommmmmmm » cher aux italiens – rien à voir avec la dette cette fois – et pourtant, alors que nous étions au bout du suspens et au bord de l’orgasme parce que Papademos était à « ça » de claquer un strike et de signer son deal avec l’opposition, tout a capoté pour une sombre histoire de fond de pension… Un désaccord sur 300 millions de réductions dans les dépenses..
Après avoir coupé sur tout et beaucoup, à coup de milliards, les négociations se sont terminées pour une histoire ridicule de 300 millions. Papademos est alors retourné dans son bureau pour appeler la « Troika » afin de trouver une solution pour régler ce dernier détail. Et nous sommes de retour à la case départ, attendant patiemment ce deal qui devrait se boucler aujourd’hui… On y est presque, mais cette histoire commence à devenir comme le monstre du Loch Ness. On en a tous entendu parler, mais personne ne l’a jamais vraiment vu.
Le point positif dans cette histoire, c’est qu’apparemment nous sommes à bout touchant et quelque part, on imagine assez mal qu’une broutille de 300 millions fasse capoter un deal qui nous relie tout de même à une dette de 130 milliards. Ça serait quand même le comble et on ne serait plus dans le mythe de Sisyphe, mais de David et Goliath.
Autre bonne nouvelle tout de même, la BCE aurait émis un accord de principe pour retourner aux Grecs certaines obligations grecques qu’elle détenait, le tout pour une valeur faciale inférieure. En gros la BCE permettrais ainsi à la Grèce de réduire encore un peu sa dette. Le mécanisme est complexe et devrait passer par le fonds de sauvetage EFSF, mais le concept même devrait être bien pris et pourrait être le début d’un solution constructive pour la Grèce.
Néanmoins, le fait que cet accord se traîne et ne trouve pas de fin, le fait que nous restions au « presque » a tout de même déclenché une vague de ras-le-bol et les marchés Européens qui étaient plutôt bien disposés se sont lentement effrités durant l’après-midi pour terminer la séance au plus bas, entraînés comme tous les jours par les américains qui semblaient un peu mou du genou en début de séance. Les américains qui trouvaient tout de même la force de remonter et de terminer sur un nouveau plus haut pour l’année, mais seulement après avoir fait flipper toute l’Europe et forcé tout le monde à vendre à la clôture.
En conclusion de cette journée, on a repris exactement le même concept que la veille, tout tourne autour de la Grèce et on ne parle que de ça, c’est notre seule raison de vivre. Mais la question qu’il faut tout de même commencer à se poser est : « De quoi va-t-on parler une fois que le deal sera réglé ??? ». Parce que soyons clair, si le deal se fait, on risque tout de même de voir des prises de profit immédiates, justifiées par le fait que « l’on savait » et que maintenant il fallait vendre la nouvelle. Ces prises de profits seront peut-être une bonne occasion de racheter pour jouer la suite de la reconstruction Européenne.
Cependant, le cas grec classé, je suis prêt à vous parier le dernier livre de Roubini que dès que la Grèce sera derrière nous, il y a le Portugal qui va nous sauter à la gorger, si ce n’est pas l’Italie ou l’Espagne. Parce que de leur côté, même si la situation n’est peut-être pas la même qu’à Athènes (quoique pour ce qui du Portugal, on peut se demander), mais rien n’est réglé et eux aussi ils aimeraient bien de l’argent. C’est un jeu de pistes où l’on découvre chaque fois une nouvelle galère en ouvrant l’enveloppe…Donc même si les choses semblent s’améliorer (un peu), il ne faut tout de même pas oublier que les plans d’austérité, c’est bien (tant que ce n’est pas vous qui vivez dans l’austérité), mais que l’efficacité du plan prend des années à se faire ressentir et comme l’investisseur est un animal impatient qui est généralement très pressé d’être riche, il risque d’y avoir une légère mésentente à un certain point. Mais nous n’en sommes point encore là…
Au niveau du marché global des actions, on retiendra tout de même que nous avons rebondit de 20% depuis les plus bas hier. Ce qui fait donc que, selon la théorie de l’analyse technique et la théorie des marchés, nous sommes officiellement entrés dans un « bull market ». Juste au moment où les fans de Coppock avaient enfin repéré leur vague tueuse, c’est ballot quand même !!!
Bon, alors attention quand je dis que nous sommes rentré dans un « bull market », ça ne veut pas dire que ça ne va pas, ni ne peut pas corriger ne serait-ce que de 5%, non, ça veut dire que la tendance de « fond » a changé, chose qui avait déjà été prouvé par la « Golden Cross » apparue la semaine passée. Il ne reste plus qu’à qu’une massive vague de take-over et autre fusions et acquisitions se déclenche et plus rien ne pourra nous arrêter, jamais… mais je m’emballe c’est mes « restes » de la fièvre internet qui n’ont jamais complètement disparu, c’est un peu comme la malaria ; ça ne guérit jamais totalement.
Il y a quand même deux-trois choses qui se passent au niveau des sociétés, on en parle beaucoup moins que la couleur de la cravate de Papademos ou du prochain copain de Sarko qui finira en tôle pour protéger le cul du Président, mais tout de même. Hier il y avait l’introduction en bourse du Casino Ceasars Entertainment Corp, vendu à 9$ aux clients, le titre a touché un plus haut à 17.90$ durant la séance. Si Facebook nous fait le même coup lors de « son » introduction en bourse, Mark Zuckerberg pourrait même peut-être envisager d’arrêter de travailler pour le reste de sa vie..
Et puis il y avait les résultats de Cisco après la clôture. Globalement au-dessus des attentes, le titre explosait tout d’abord de 4%, puis, frustrés d’avoir été battus par Cisco, les analystes trouvaient tout de même des choses à redire dans la publications des chiffres, les modifications de structure dans le top management n’ont pas été bien accueillies, plus deux-trois choses qui refroidissaient l’enthousiasme premier et à la fin le titre revenait de là où il était parti, transformant les chiffres de Cisco en non-event notoire. Groupon a publié également ses chiffres. Un perte moins importante que l’an passé, mais là aussi ça n’a pas suffit. Le titre s’est fait démonter de 15%, comme quoi les titres liés aux réseaux sociaux, c’est pas un truc pour ceux qui n’aiment pas les sensations fortes. En revanche on citera encore les bons chiffres de Akamai qui étaient suffisamment bons pour que personne n’y trouve rien à redire et comme Akamai n’a pas changé la moquette de ses bureaux, ni la couleur des murs, les analystes ont apprécié le trimestre et le titre s’est envolé de 12%.
Et puis il nous restait l’affaire Diamond Foods. La compagnie qui fait « snacks » avait déjà eu des problèmes avec suite à des paiements suspects à d’autres compagnies, cette histoire datait de septembre 2011. Hier ils ont annoncé qu’ils foutaient dehors leur CEO et leur CFO et qu’ils devaient revoir leurs chiffres pour les deux années précédentes. Bref, ça sent la grosse magouille et la société qui était déjà passée de 100$ à 36$ en l’espace de 4 mois, vient encore de perdre 40% hier soir après la clôture.
En ce qui concerne le pétrole et l’or, franchement rien ne se passe, le pétrole a rebondit un poil parce qu’ils se sont totalement foutu dedans au chapitre des inventaires de la semaine et que CETTE semaine c’était positif – et du côté de l’or il baissait un poil car il paraît, selon un « expert », qu’hier l’or ne se traitait plus comme un « safe haven », mais comme un asset « classique ». Alors ne me demandez pas ce que c’est un « asset classique », mais hier un asset classique ça devait baisser.. L’or est à 1736$ et le pétrole est à 98.92$, l’armée américaine n’est toujours pas en Iran et le détroit d’Ormuz est toujours ouvert. Rien de neuf de ce côté.
Dow 12,884 +6 +0.04%
Nasdaq 2,916 +12 +0.41%
S&P 500 1,350 +3 +0.22%
FTSE 100 5,876 -14 -0.24%
CAC 40 3,410 -2 -0.05%
DAX 6,749 -5 -0.08%
FTSE MIB 16,669 +178 +1.08%
IBEX 35 IDX 8,849 +2 +0.03%
Nikkei 225 9,009 -7 -0.08%
Hang Seng 20,911 -108 -0.51%
Shanghai 2,460 +0 +0.01%
S&P ASX 4,354 -10 -0.23%
Ce matin en Asie, on parle un peu moins de la Grèce, même si ça reste le fil rouge de la séance. Mais il se trouve que l’inflation Chinoise semble repartir à la hausse, de quoi mettre de l’eau au moulin des adeptes de la théorie du chaos. Néanmoins, je me dois de mettre un bémol à ces espoirs. Oui, les prix à la consommation ont augmenté de manière un peu plus forte que prévu, MAIS on s’autorise à penser, dans les milieux autorisés que les chiffres pourraient être faussé par la période de vacances qui a fermé la plupart de la région fêter l’arrivée de l’année du dragon. Alors avant d’entamer la construction de votre arche de Noé personnelle pour pouvoir vous sauver au cas où la Chine ne s’en remettrait pas, il vaut peut-être mieux attendre la confirmation, ou pas de ces chiffres le mois prochain. D’ailleurs le marché ne s’y trompe pas, il a passé une peu de temps à la baisse, puis il vient juste de repasser dans le vert.
Au Japon les ventes de machines étaient en baisse de 7.1% et il y a des rumeurs de plus en plus insistantes comme quoi S&P s’apprêterait à coupé le rating AAA des Japonais dans les semaines à venir. Ce qui est une EXCELLENTE nouvelle, parce que chaque fois que S&P downgrade quelqu’un, le marché ne cesse de monter ensuite !!! Regardez, depuis que les USA on été downgradé, on n’a jamais été aussi forts, pareil pour les français. Moi je vous le dit, le meilleur truc qui puisse arriver aux Japonais, c’est d’être downgradés aussi… Il n’est d’ailleurs pas exclu que les Allemands rendent spontanément leur triple A.
Peu de nouvelles ce matin, alors que tous les médias du monde sont à Athènes attendant un miracle ou la multiplication des pains, en attendant personne ne semble se préoccuper du reste. Cela vient peut-être aussi du fait que les Genevois partent en vacances demain soir et que du coup, le monde va forcément ralentir.
Néanmoins, on se cherche quand même des sujets de discussion, un des premiers du moment, aux USA en tous les cas, concerne la santé du marché immobilier. Depuis quelques jours, en fait depuis qu’un blog a publié un commentaire argumenté estimant que le marché immobilier avait vu le pire et qu’il était temps d’envisager le rebond de ce secteur, une véritable folie s’est emparé des sites spécialisés. Tout ce que les USA contienne comme économiste ou analyste en immobilier y va de son commentaire. A la fin, un chatte n’y retrouverait pas ses petits, mais une chose est certaine, comme tout ce qui se fait aux USA, rien ne se fait à moitié. C’est soit vous êtes « POUR » et le marché immobilier va EXPLOSER ou soit vous êtes « CONTRE » et le marché va perdre encore 50% de sa valeur au moins. Il n’y a pas de place pour les gens qui sont neutres ou qui aimeraient être « au milieu », c’est soit tu avec, soit tu es contre.
Je ne suis pas un expert sur ce sujet, mais sachant que je viens de lire un article qui propose une quinzaine de maison à vendre dans la banlieue de Détroit pour la modique somme de 1$, j’ai de la peine à voir cette partie du marché aller beaucoup plus bas;-), on va quand même pas pinailler pour 50 cents… Bref, le sujet est très chaud en ce moment. Presque aussi chaud que les rumeurs sur la date de sortie de l’iPad 3, cette fois c’est très précis, il devrait être dans les bacs le 9 mars.
Nous sommes jeudi. Souvent le jeudi les Banques Centrales sont de sortie. C’est le cas ce jeudi. A midi la Banque d’Angleterre annoncera ses décision, l’une devrait être le fait que King va réinjecter 50 milliards de Livres dans l’économie britannique pour soutenir l’économe et pour retrouver un coach et un capitaine à l’équipe d’Angleterre. Et puis ça sera le tour de la Banque Européenne de Goldman Sachs, oups, pardon on peut pas dire.. alors ça sera le tour de la BCE tout court et Draghi devrait laisser les taux là où ils sont. On l’attendra plutôt au sujet de la dette grecque, histoire de voir quel plant miracle il a concocté dans son manoir avec son chat Azraël.
Dans les affaires politiques, Eric « Punching Ball » Woerth a été mis en examen pour trafic d’influence passif, je ne veux même pas savoir ce que ça peut signifier, mais une chose est sûre, le Roi Nicolas n’y est pour rien, il ne savait rien, d’ailleurs il n’était même pas là. Franchement, à la fin on dirait presque qu’à côté de Sarkozy, Chirac était le Roi de la déontologie. Aujourd’hui, les créanciers privés qui sont exposés à la dette grecque devraient également se rencontrer. On ne sait pas si ça sera un meeting professionnel pour parler solutions ou alors un meeting type Alcooliques Anonymes : « Bonjour, je m’appelle Brian, je suis Hedge Fund Manager et j’ai perdu 2,4 milliards dans la crise grecque. » – « Bonjour Brian !!!! »……
En dehors des banques centrales locales, il y aura également les Jobless Claims, pour corroborer les non-farm payrolls de vendredi passé, le Wholesale Trade, les chiffres du gaz, le Fed Balance Sheet et le Money Supply. Côté chiffres trimestriels, il y aura Pepsi, KKR, Philip Morris, Noble, Cameco, Expedia, LinkedIn, Nuance, Renren, True Religion et Activision. Pour le moment les futures sont légèrement plus faibles, de l’ordre de 0.10%. On attend de voir à quelle sauce la Grèce va nous apprêter…
Voilà, c’est tout pour aujourd’hui, c’est également tout pour cette semaine et pire encore, c’est tout pendant 10 jours. Eh oui, c’est les vacances de ski et moi je pars.. au soleil.. Je vous retrouve donc le mardi 21 février. En attendant, je vous souhaite, en vrac, une bonne fin de semaine, un bon week-end, une bonne semaine et de bonnes vacances pour ceux qui partent comme moi !!! On se voit le 21 février en pleine forme…
Morningbull
“President Obama has ordered new sanctions against Iran’s central bank for engaging in deceptive practices. I’ve got a better idea, how about sanctions against OUR banks for deceptive practices?” –Jay Leno
Pour ceux qui ne reçoivent pas les updates de ce blog par mail, vous pouvez vous inscrire sur la liste de distribution en envoyant un mail à :
Vous pouvez également me trouver sur Facebook (j’essaye de garder la page active durant la journée) :
http://www.facebook.com/pages/Morningbull/189016522650
Ou sur Twitter : http://twitter.com/#!/Morningbulll
Ou sur LinkedIn et Google + sous Thomas Veillet
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.