Déclaration de la Direction de l’AIRD suite aux propos du Président de la République

Déclaration de la Direction de l’AIRD suite aux propos du Président de la République

 

Déclaration de la Direction de l’AIRD suite aux propos du Président de la République
En prélude à sa visite d’état en France, le Chef de l’Etat a accordé diverses interviews à la presse française. Répondant à une question d’un journaliste concernant les nominations à des postes clefs qui font la part belle aux ressortissants du Nord, le président Alassane Ouattara a répondu qu’il “s’agit d’un simple rattrapage” ajoutant que “sous Gbagbo, les communautés du Nord, soit 40% de la population, étaient exclues des postes de responsabilité”.
La direction de l’Alliance Ivoirienne pour la République et la Démocratie (AIRD), ayant toujours considéré que les compatriotes appelés à des postes de responsabilité l’ont été sur la base de leurs compétences avérées et de l’intérêt du pays, s’étonne de cette déclaration du chef de l’Etat, pourtant garant de la Constitution, de l’unité nationale, de la paix et de la cohésion.

En raison du caractère attentatoire à l’unité nationale d’une telle politique, l’Alliance Ivoirienne pour la République et la Démocratie (AIRD), membre fondateur du Congrès National de la Résistance pour la Démocratie (CNRD), élève une vive protestation contre ces choix de gouvernance qui hypothèquent la réconciliation nationale, la justice sociale et la paix. L’AIRD s’élève également contre la référence excessive à la religion et à l’ethnie qui est un risque d’exacerbation de la fracture sociale.
Au demeurant, l’AIRD ne saurait s’offusquer que des cadres, fussent-ils issus d’une même région, puissent être appelés à des missions de haut niveau parce qu’ils en présentent le meilleur profil, créant ainsi l’émulation à l’excellence, et non sur les considérations d’un rattrapage ethnique ou religieux.
Parce qu’une telle politique est une grave atteinte aux valeurs républicaines et citoyennes dont la non-observation nous a valu une longue crise née de préoccupations ethno-religieuses, ayant entraîné les pires souffrances aux Ivoiriens, la direction de l’AIRD invite le gouvernement à un changement de cap afin que ne soient valorisées que les valeurs de probité, de rigueur et de compétence.
Fait à Abidjan le 26 Janvier 2012
La Direction de l’Aird.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils