CiboutonAlassane Ouattara ici en compagnie de Frederic Mitterrand ce jeudi matin lors du dépôt de gerbe sur la tombe du soldat inconnu sous l’Arc de triomphe

Serait-ce l’ignorance, l’éloignement ou le désintérêt liés à d’autres attentions circonstancielles qui font que la visite d’Alassane Ouattara en France s’effectue dans une quasi indifférence notoire des français. En effet que ce soit médiatiquement ou physiquement malgré un accueil décoré de drapeaux ivoiriens visibles sur certaines artères du 7 et 8ème arrondissement de Paris, qui rappelle de peu celui réservé à Khadafi avec en une des expositions le discours programme du candidat Hollande ce jeudi matin à la maison des métallos à Paris, la visite du chef d’Etat ivoirien interpelle peu.

Champs Elysée ce jeudi matin, important dispositif de sécurité au niveau du large périmètre de la station métro Charles de Gaulle, les nombreuses sorties sont scrupuleusement sous l’œil des CRS déployés. Les français que je croise à hauteur de la sortie de l’avenue de Wagram s’étonnent, “c’est qui suis là encore?” murmure gronchonement une parisienne pressée et ralentit par le dispositif sécuritaire policier. Approchant l’axe de l’avenue des Champs Élysée, il faudra remarquer quelques africains badauds ou politiquement motivés pour comprendre qu’il se passe quelquechose. “Ouattara c’est dans quel pays déja, le Sénégal, non c’est un footballeur” répond Fabrice un jeune employé d’un fast food de la plus belle avenue du monde abordé alors que ce dernier marchait sans même faire attention à ce qui se déroulait autour de lui.

Ce constat sera largement observé tout le long de notre reportage. “Vous savez en France on a autre chose à foutre que de s’occuper des présidents corrompus, et attention le notre aussi même peut être pire, tous les mêmes” témoignera Rudoplh, un chauffeur livreur stoppé à un feu des champs. Sabine quant à elle, une cadre aussi blonde que belle d’une entreprise de conseil financier abordé alors qu’elle observait furtivement la scène de depot de gerbe, trouvera l’initiative positive tout en avouant que l’attention des français en cette période de pré campagne, de crise et de précédents difficiles avec la Côte d’Ivoire. “C’est bien qu’Alassane Ouattara soit reçu de la sorte mais pour ma part la Côte d’Ivoire est un pays qui n’intéressent quasi plus les français depuis toutes ces années et le choix d’autres pays qui se sont ouvert offrant plus de stabilité et apparemment de confort de vie”. Nassim, un agent de sécurité d’une des boutique de luxe qui ouvre l’avenue des champs nous avouera froidement qu’il se fou complétement de ce qui se passe quelques mètres plus loin. Nous éviterons pour des raisons de déontologie de prendre les avis passionnés, véhéments ou idolâtres d’opposant ivoiriens ou d’”adorateur” (clin d’œil à Amy, à qui on doit cette expression) de la diaspora restant concentré sur le sentiment “franco français”.

L’Etat français a pourtant tout fait pour réussir l’événement et satisfaire au mieux l’ami personnel de Nicolas Sarkozy mettant comme à l’habitude ses médias de service public tels que France 24 et Rfi à disposition. Seul soucis, ces derniers qui connaissent un succès à l’extérieur sont quasi ignorés d’une grande majorité du peuple français vivant en France.

Arrivé ce mercredi dans une France qui lui accordera 4 milliards d’Euro dans le cadre d’un programme désendettement développement afin, selon les indications officielles françaises, de s’entendre sur un nouvel accord de défense avec Paris, le régime de Nicolas Sarkozy qui a déjà prêté plus de 400 millions d’euros à Abidjan depuis avril 2011, tentera de signer d’autres accords dans la dynamique de rester le premier partenaire économique du pays même si la présence française métropolitaine physique au delà d’ex militaires ou coopérants d’un certain age voire retraité,est quasi nulle en pourcentage par rapport au nombre d’habitant du pays qui compterait à ce jour près de 22 millions d’habitants. La France n’ayant aussi par ailleurs quasiment plus de présence dans le secteur numéro 1 des ressources du pays, le Cacao, l’agrément dans ce domaine étant du seul ressort du président de la République, reste à savoir si Ouattara retirera ceux qui avaient été distribués par son prédécesseurs sous fond de magouille et de dessous de table d’usage.

Pour finir sur une note d’humour, c’est bel et bien la première fois que le ministre décrié “xénophobe” Claude Guéant ira réceptionner un africain à l’aéroport.

Mahoudi Innocent,

Source: koaci.com/Infodabidjan

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.