Cibouton
Voeux de la FESCI pour 2012

Enfin l’année 2011, année d’épreuves et de souffrances pour toute la jeunesse ivoirienne, mais en particulier, pour la jeunesse estudiantine et scolaire, vient de s’évanouir au grand bonheur de tous.

En effet annoncée pour être l’année de la reprise économique, de la fin de la sale guerre à nous imposée par la France et ses alliés(nationaux et internationaux), parce qu’elle venait après les élections de Novembre 2010, elles même qualifiées d’élections de sortie de crise et donc à nous imposée par la même France et ses alliés, cette année 2011 restera, celle de tous les désespoirs, de tous les désastres et à jamais gravée comme une page noire dans toutes les mémoires, tous les anales d’histoire de la COTE D’IVOIRE, d’Afrique et du monde. Tout simplement parce que pour la première fois depuis la fin de la seconde guerre mondiale, depuis la chute du mur de Berlin en 1989, les grandes puissances avec leurs suppos africains coalisaient pour lever une armée d’occupation pour causer morts, viols, destructions de biens privés et publics, en un mot la désolation sur un territoire sensé être indépendant c’est-à-dire la COTE D’IVOIRE avec pour seul objectif d’y installer un dirigeant à leur solde. OH, quelle année fut cette année là! Humiliante, pénible, révoltante, injuste, hallucinante, étonnante… Disais-je donc, enfin, au revoir 2011. A DIEU et ne soit jamais réédité dans l’histoire du monde moderne.

 

Alors, bonjour 2012, année de tous les défis et de tous les espoirs. Défi de l’acquisition de l’indépendance totale et définitive de notre pays et de notre continent, défi de la mise à mort brutale de l’impérialisme occidental, défi de la réalisation de l’union Africaine telle que conçue par Feu le guide Libyen, ce digne fils d’Afrique assassiné lâchement. Aussi année d’espoirs, espoir de voir la fin du contentieux électoral déclenché après le second tour des élections présidentielles de 2010, à travers la lumière sur les résultats. Espoir de la mise à nu du complot international dont à été victime la COTE D’IVOIRE avec à sa tête son président, le président LAURENT GBAGBO. Espoir de voir l’amélioration des conditions de vie de tous les peuples d’Afrique à travers une exploitation et redistribution juste et équitable de leurs ressources naturelles.
Camarades étudiants(es), camarades élèves, combattants de la liberté pour une AFRIQUE digne et indépendante, la Coordination Fesci en Exil(COFEX) ,voudrait demander votre clémence car contrairement à l’habitude à nous léguée par les colons que le père de la négritude à qualifié de singeries à juste titre, qui consiste à traduire tout ses désirs et espoirs fondés en une nouvelle année par un simple vœu aussi pieu soit-il, elle voudrait saisir l’opportunité de cette nouvelle année qui vient de naitre pour faire comprendre à tous que toutes nos espérances en cette année ne peuvent se limiter en un simple vœu mais plutôt en un calendrier d’actions concrètes qui aboutira surement à la réalisation de celles-ci. Ainsi donc, la COFEX, se permet de s’adresser aux entités suivantes :
1- Tous les responsables politiques mais surtout à ceux de l’opposition
2- Aux jeunes de COTE D’IVOIRE plus précisément aux élèves et étudiants(es)
AUX RESPONSABLES POLITIQUES MAIS SURTOUT A CEUX DE L’OPPOSITION
Conformément à l’article 2 de notre statut et règlements intérieurs(de la fesci),qui stipule que : « les élèves et étudiants(es) de COTE D’IVOIRE (fesci)se réservent le droit de se prononcer sur toutes les questions politiques d’intérêt national ou international », nous nous permettons de partager avec vous notre analyse suivie de notre position vis-à-vis de la situation sociopolitique actuelle de notre nation, car pour nous c’est ensemble main dans la main visant le même objectif, donc menant le même combat que nous parviendrons à sortir notre pays de cette impasse.
Les élèves et étudiants(es) de COTE D’IVOIRE constatent que depuis la fin du second tour des élections présidentielles de 2010 jusqu’à ce jour, les résultats de celles-ci n’ont pas encore été respectés du fait d’un camp dirigé par le président du RDR et candidat du RHDP dû à son refus de reconnaitre sa défaite. Cette situation a malheureusement entrainé notre pays dans une crise postélectorale qui a connu plusieurs soubresauts pour se terminer par un coup d’état sanglant le 11 Avril 2011 plongeant celui-ci dans un chao total. Malgré ce dénouement inimaginable dans ce monde d’aujourd’hui, force est de constater que ce contentieux électoral est loin d’être vidé car la lumière n’a pas encore été faite sur les résultats. Les élèves et étudiants(es) de COTE d’IVOIRE, ont réclamé, réclament, et réclameront la vérité des urnes seule solution définitive à cette sale guerre qui n’a fait que trop de victimes innocentes. C’est donc pour rester logique avec eux-mêmes qu’ils ont boycotté massivement la farce électorale dite élections législatives surtout que pour eux ce pouvoir n’a ni la légitimité ni la compétence pour un tel exercice tant que la preuve de leur victoire ne leur est pas donner à travers le recomptage des voix. Encore que s’appuyant sur la loi fondamentale ivoirienne c’est le camp du président LAURENT GBAGBO qui a remporté brillamment ces élections.
C’est donc là, l’occasion pour nous élèves et étudiants(es) de COTE D’IVOIRE de rappeler humblement aux différents responsables politiques mais surtout à ceux de l’opposition que la seule revendication valable dans laquelle se reconnaissent les élèves et étudiants(es) de ce pays est celle du recomptage des voix de l’élection présidentielle et non en une quelconque demande de reprise d’élections législatives car au risque de se répéter le régime en place n’en a pas les compétences et la légitimité.
Pour nous, la réconciliation nationale seule gage d’une stabilité certaine et donc d’un développement veritable de notre pays qui garantira l’amélioration de nos conditions de vie et d’études passe obligatoirement par cette étape car à ce jour encore une majorité écrasante des ivoiriens se sent exclue de tout débat dans ce sens avec son leader déporté, accusé de crimes qu’il aurait commis suite à « son entêtement à rester au pouvoir » alors qu’elle est sur de sa victoire.
Chers responsables, chers parents, chers ainés, chers camarades ,l’histoire de notre chère nation nous regarde tous et pour ce seul fait et surtout pour les générations futures, aucune intimidation, aucune menace, aucune compromission ne doit pouvoir nous amener à trahir ce peuple, à falsifier son histoire car ceci est une mission divine.
Armons nous donc de courage, de détermination et posons le seul problème dont la solution mettra un terme aux souffrances de ce peuple digne.
AUX JEUNES DE COTE D’IVOIRE PLUS PRECISEMENT AUX ELEVES ET ETUDIANTS(ES)
Le préambule de nos statuts et règlements intérieurs dit : « il ne peut y
avoir d’école nouvelle sans démocratie véritable ». Si cette phrase pouvait paraitre insensée pour certains il y a de cela quelques temps, aujourd’hui elle retrouve tout son sens pour ces derniers j’en suis certain car le constat est clair et édifiant. Le 11 Avril 2011, en perpétrant un coup d’état dans notre pays, la France et ses alliés mettaient fin brutalement à la démocratie en COTE D’IVOIRE. Automatiquement, non concomitamment, l’école ivoirienne volait en éclat (destruction des universités, pillages, vols, viols dans les résidences universitaires, assassinats, enlèvements d’élèves et étudiants et j’en passe). Ce tableau nous oblige à nous rendre à l’évidence. La politique à une influence directe et totale sur notre milieu, sur notre avenir, sur notre vie même en tant qu’élèves ou étudiants(es). Alors, que ceux qui, pour des raisons qu’ils devront eux-mêmes expliquer, ont tenté de nous faire croire que la politique ne devait pas nous intéresser, qu’il ne fallait pas que nous l’élite de ce pays nous nous intéressions à ce qui arrivait et continue d’arriver à notre chère nation se rendent compte que se message de distraction et sournois est caduque et dépassé.
Les élèves et étudiants(es) de ce pays sont et restent ceux qui ont payé le lourd tribu de cette sale guerre débutée en 2002 et qui continue encore.
Face à ce constat une seule interrogation se présente à nous : ALLONS NOUS ou DEVONS NOUS rester silencieux, inactifs, mains et pieds joints et laisser ces gens de peu de foi aller jusqu’au bout de leur plan sadique et satanique qui est de faire de notre génération une génération sacrifiée ? Incapable d’être au rendez-vous de la mondialisation, avec les jeunes des autres pays, car peu instruite et donc défavorisée.
Pour nous et vous surement, la réponse est non, non, et non. Jamais il ne sera dit et ne doit être dit que notre génération s’est rendu complice de son propre sacrifice sur l’autel des intérêts mesquins d’une poignée d’ivoiriens et d’ivoiriennes elle même asservie et aux ordres de parrains occidentaux sans vergognes.
Voici pourquoi camarades, l’heure de la révolte populaire a sonné. S’il est vrai que l’école nouvelle, garante d’un avenir meilleur et sure pour nous, à laquelle nous aspirons tous doit inévitablement passer par l’acquisition de la démocratie, elle-même confisquée et embrigadée par une minorité insignifiante dans le sens large du terme et surtout manipulée par l’occident, camarades élèves, camarades étudiants(es), l’heure est donc venue pour la jeunesse estudiantine et scolaire de COTE D’IVOIRE, comme cela l’a été dans l’histoire de toutes les grandes nations du monde, de nous lever comme un seul homme déchainée, mobilisée, déterminée devant l’adversité quelque soit ce qu’elle peut être pour dire : CA SUFFIT, ABBAT L’OPPRESSEUR
Camarades, le temps est arrivé pour nous, jeunes de COTE D’IVOIRE, élèves, étudiants(es), de toutes les ethnies, de tous les partis, de toutes les religions, ensemble, unis, d’écrire en lettre d’or le nom de notre génération, celle-là même qu’on a voulu sacrifier , dans l’histoire de la COTE D’IVOIRE mais aussi et surtout dans celles de l’AFRIQUE digne et libérée et du monde.
La bataille sera rude et pénible certainement, mais en ces moments là gardez en idée une seule phrase : « la liberté a un prix que nos oppresseurs ne sont toujours pas prêts à payer pour nous en priver !!! »
« 2012, année de victoire, de gloire, d’honneur, de réhabilitation, de la jeunesse ivoirienne et avec de tout le peuple ivoirien et africain ». Retenez bien cette phrase car elle restera pour l’éternité gravée dans tous les grands anales de libération des peuples opprimés et assujettis, j’en suis convaincu.
Ceci est le vœu que formule la COFEX en cette nouvelle année mais plus qu’un simple vœu, l’appel qui sauvera la nation ivoirienne et partant toute l’Afrique.
DIEU bénisse et délivre l’AFRIQUE
DIEU bénisse et délivre la COTE D’IVOIRE pour que vive
l’école ivoirienne
Le président KOUAME CHARLES
Dit LUMUMBA
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.