En mission de sécurisation à l’église catholique Saint Mathieu d’Anonkoua Kouté dans la commune d’Abobo, deux(2) éléments de la Police Nationale, en service au 32ième Arrondissement de la dite commune ont été sauvagement atteints par des balles assassines d’éléments FRCI.
Le S/Chef SAKRE Venance et le Sergent stagiaire COULIBALY Nata Kéléba en étant désignés ce soir du samedi 31 décembre 2011 pour sécuriser l’église catholique Saint Mathieu d’Anonkoua Kouté ignoraient qu’ils auraient des problèmes avec leurs «frères d’armes» des FRCI de la zone d’Abobo. Ce village, qui déjà a vécu des moments effroyables lors d’une descente meurtrière des miliciens de ouattara a à nouveau été le théâtre des agissements barbares des hommes de ce dernier.
En effet, suite à une altercation entre des éléments FRCI et les policiers commis à la surveillance de ce lieu de culte, les tueurs de Ouattara armés de kalachnikovs, vont ouvrir le feu sur des policiers non armés. Selon nos sources, ces quidams reconvertis en militaires de Dramane ont fait des dégâts. Le Sergent stagiaire COULIBALY Nata Kéléba est mortellement atteint à la tête et son Chef de dispositif SAKRE Venance, lui, s’en sort avec une jambe et un bras fracturés. Après leur forfait, ces bandits baptisés FRCI ont pris leurs jambes à leur coup pour se fondre dans la nature et laissé sur place les policiers agonisants à leur sort.

Accourus plutard après cette autre grabuge des assassins venus du nord, les éléments de la Police vont évacuer le blessé dans une clinique à Yopougon, dans quartier «la cité verte» pour recevoir les soins que nécessite son état de santé. Selon le diagnostic du médecin, son état est stationnaire. Quant à l’infortuné Sergent stagiaire COULIBALY Nata Kéléba qui a eu moins de chance que son chef et qui ne servira plus jamais son pays, son corps a été déposé à IVOSEP.
Notons que sur cette affaire, aucune autorité policière n’a bronché parce qu’elles continuent de dire que ce sont des éléments pro-Gbagbo qui à leurs yeux ne méritent pas une quelconque attention. Le sieur Hamed Bakayoko non plus, d’ordinaire si volubile n’a réagi pour condamner et faire arrêter ces bandits de FRCI afin qu’ils répondent de leurs actes.
C’est le lieu t’interpeller ces policiers et autres éléments des forces de défense et de sécurité, sur les dangers qu’ils courent lorsqu’on leur demande d’aller pour des missions de sécurisation sans armes pendant que les tueurs, bandits et miliciens de Ouattara sont armés jusqu’aux dents et les attendent à certains endroits pour leur régler des comptes.
Emliss Siffine
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.