Publicités
L’éditorial de Henry Agré: le PDCI a perdu la raison

L’éditorial de Henry Agré: le PDCI a perdu la raison

Toutes les bonnes volontés qui ont apporté une analyse pointue de la situation inconfortable que vit la Côte d’ivoire étaient jusqu’alors d’accord sur le fait suivant: en tant que personne morale, le PDCI est un parti politique foncièrement misonéiste. Désormais, l’allié préféré de la rébellion qui a endeuillé des milliers de familles ivoiriennes a ajouté à sa sclérose originelle un autre mal pernicieux, moins glorieux qui est la perte de la raison. Les législatives de la mascarade, de toutes les magouilles et du tribalisme ambiants n’avaient même pas encore livré leurs verdicts que, les cordes vocales des personnes physiques qui dirigent l’ancien parti unique de l’oecumène politique ivoirien sont entrées en ébullition. Alphonse Djédjé Mady et ses camarades de parti ont crié au loup tout en voyant en leurs alliés actuels des poches d’immoralité qui ont truqué les élections. Puis, ils s’en remettent maintenant à l’arbitrage du conseil constitutionnel dont ils ont pourtant combattu en meute, avec le RDR-rebelle, les prérogatives et les attributions en décembre de l’année dernière. C’était au soir du second tour d’une élection présidentielle durant laquelle les rebelles avaient parachevé leur chienlit commencée une dizaine d’années plus tôt. Visiblement, le réveil est brutal pour le parti qui n’a de démocratique que le nom. 
Dans sa massivité d’alliéné, le déraisonnable parti démocratique de Côte d’ivoire dont la section des jeunes est dirigée par Kouadio Konan Bertin (KKB), un père de famille qui a consommé ses quarante ans depuis longtemps, se fend presque d’admiration cette semaine pour le président Laurent Gbagbo, lui rend hommage involontairement en citant le fait qu’il a dénoncé bien avant tout le monde les agissements et les méthodes du RDR. Cependant, les méthodes et les agissements peu orthodoxes que dénoncent en ce moment KKB et ses « jeunes camarades » qui sont tous des quadragénaires voire, des quinquagénaires, ne sont pas nouveaux. Ils sont aussi vieux que l’âge légal de celui qui a été porté au pouvoir en Côte d’ivoire par les armes françaises. Seule la folie avérée aujourd’hui et le misonéisme initial dans lesquels sont imbriqués les statuts et le fonctionnement du PDCI n’ont pas permis à ses dirigeants de comprendre la portée nocive pour eux-mêmes de l’alliance qu’ils ont nouée sur le caveau de celui dont ils se réclament, en l’occurrence Félix Houphouët-Boigny. La folie, cette perte de discernement dont les raisons sont multiples a frappé en plein dans le micmac ivoirien. Ce n’est pas le sort qui a voulu que cette maladie élise domicile dans l’organisme du parti démocratique de Côte d’ivoire mais, l’appel que ses dirigeants lui ont lancé a facilité l’intrusion de la pathologie en son sein. Certainement, il sera presque impossible d’extirper ce mal qui a exténué plus d’un être humain du corps de la personne morale qu’est ce parti politique. Concernant les gesticulations de Alphonse Djédjé Mady qui se répand deci-delà dans les médias, affirmant naïvement que leurs alliés de la rébellion leur avaient promis la primature pour cette fin d’année, elles sont sûrement en train de sonner le glas de son parti. C’est un hallali qui va redistribuer les cartes du paysage politique de notre pays pour les années à venir. Le misonéisme aura disparu, ses tuteurs avec. La Côte d’ivoire s’en portera mieux.
 Henry Agré.
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :