Fesser ou ne pas fesser ? En lançant une grande campagne de sensibilisation sur ce thème il y a deux ans, le Conseil de l’Europe ne laissait aucun doute sur son objectif : faire voter à tous ses pays membres une loi interdisant la fessée. Derrière ce débat éducatif, c’est toute la question de la nature humaine qui est posée.
Un Italien en vacances en Suède a été arrêté, accusé de mauvais traitements et emprisonné 3 jours pour avoir giflé son fils de 12 ans qui faisait un caprice dans la rue.”
La Suède, un monde rose bonbon sans gifles ni fessées.”

Est-ce la violence de la société qui pervertit l’enfant ? L’État a-t-il pour mission de légiférer sur les méthodes éducatives des parents ? Ces questions, les Suédois y ont répondu en 1979, en votant l’interdiction de toute forme de punition corporelle sur les enfants. Aucune distinction ne pouvait plus être faite entre la vraie maltraitance et la bonne fessée des familles. Pour l’Europe entière, la Suède est alors devenue le pays pionnier en ce qui concerne les droits de l’enfant. Mais en quoi consiste ce fameux “modèle suédois” qui bannit la fessée de la sphère publique et privée ? Quelles politiques l’accompagnent ? Y a-t-il des dérives ? La Suède est-elle devenue le pays du bambin tout puissant ? Les Suédois sont-ils les parents parfaits que nous rêverions d’être ? La réalisatrice scrute la société suédoise avec un regard étonné.
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.