« J’ai appris avec consternation l’information selon laquelle le président ivoirien renversé Gbagbo a été transféré à la Cour pénale internationale (CPI), le mardi 29 novembre suite à un réquisitoire rapide, en contradiction avec les codes et procédures pertinentes et avec un mépris total pour les exigences de la paix en Côte d’Ivoire.


Ce transfert a suivi une procédure si expéditive qu’elle pouvait être légitimement décrite comme un enlèvement. Mes soupçons se sont accrus lorsque j’ai constaté que le procureur, qui affirme cibler six personnes en Côte d’Ivoire, insiste indûment sur Gbagbo, celui qui est le moins susceptible de s’échapper puisqu’il est déjà en détention. Cet empressement à inculper et à transférer Gbagbo, qui n’a pourtant pas fui lors du bombardement de son palais, comme un criminel de droit commun, défie la logique et la quête de la véritable réconciliation et d’une paix durable en Côte d’Ivoire. Après cinquante ans d’indépendance, l’Afrique devrait avoir l’expertise nécessaire pour rendre la justice qu’elle doit à ses propres citoyens et faire disparaître la justice d’importation.

Quel est ce type de poursuites qui se précipite pour traduire en justice la victime d’une attaque, et qui se montre si indulgente envers l’auteur de cette attaque ?

Personne ne cherche à échapper à la justice. Mais quand la justice baigne dans une mer d’humiliation et d’abus, régie par la haine de personnes qui s’autoproclament justes avec leur logique intenable, il est bon que la conscience humaine s’élève contre eux et pour le bien de tous. Nous ne resterons pas silencieux à ce sujet. Nous ne devons pas rester silencieux à ce sujet dans la mesure où nous sommes partie prenante de ce drame humain. »

dr Texte – Jerry Rawlings

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.