Laurent Gbagbo parmi ses géôliers à Korhogo.
Publié le mercredi 30 novembre 2011 | L’Inter – La nouvelle est tombée comme un couperet, et a fait le tour du monde comme une traînée de poudre. L`ex-président Laurent Gbagbo a été inculpé hier mardi 29 novembre par la Cour Pénale Internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l`humanité commis durant la crise post-électorale en Côte d`Ivoire. Le mandat d`arrêt international délivré depuis le 23 novembre 2011 par le Procureur de la CPI, le Magistrat argentin Luis Moreno-Ocampo, a été signifié en fin de matinée à l`ancien chef de l’État ivoirien hier à sa résidence surveillée de Korhogo, où il est assigné depuis sa chute le 11 avril 2011.
Ses conseils juridiques ont dénoncé la façon « cavalière » dont l`acte de justice internationale a été notifié à l`ex-numéro un ivoirien. « Prétextant une visite de vérification des conditions de détention du président Laurent Gbagbo, ce matin (hier mardi) à la résidence présidentielle de Korhogo, la Chambre d`accusation près la Cour d`Appel d`Abidjan, agissant par Commission rogatoire du Procureur Ocampo, a profité par lâcheté et par roublardise pour signifier un mandat d`arrêt international au président Laurent Gbagbo », a commenté toute révoltée Me Lucie Bourthoumieux, avocate au Barreau de Paris et assurant la défense du couple présidentiel ivoirien (Laurent et Simone Gbagbo), que nous avons joint hier en début d`après-midi au téléphone. Selon ses avocats présents sur les lieux, Laurent Gbagbo a refusé de signer l`acte d`inculpation délivré sous scellé par le Procureur général près la Cour d`Appel d`Abidjan, le juge Fofana Ibrahima. Les conseils juridiques de l`ex-chef de l’État ont bataillé pour obtenir un report de l`audience de notification du mandat d`arrêt international à leur « client », en vain.
Le Procureur général ayant opposé une fin de non-recevoir catégorique à leur requête. Par la suite, les choses vont s`accélérer. Car malgré ce refus d`apposer sa signature au bas du document de justice et les plaidoiries pendant plusieurs heures de ses avocats, Gbagbo sera «sorti de force » (terme employé par l`un de ses juristes) de son lieu de détention (l`ex-chef de l’État avait entre-temps été déplacé de la résidence présidentielle) et conduit à l`aéroport de Korhogo. Où un hélicoptère était déjà affrété pour son transfèrement à La Haye via Abidjan. Par ailleurs, de sources proches du Bureau du Procureur Ocampo, Laurent Gbagbo n`est pas seul sur la liste des personnalités ivoiriennes inculpées par la CPI pour crimes de guerre et crimes contre l`humanité. Même si les services du Magistrat le plus puissant du monde se sont refusé à divulguer le nombre et les noms des mis en cause, ils ont fait savoir que les mandats d`arrêt internationaux délivrés par la Cour Pénale Internationale seront notifiés individuellement aux concernés.
Anassé ANASSE
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.