le novembre 29, 2011 par Résistance 71

Au-delà du laconisme inhérent à ce genre de message que nous avons traduit ici depuis la chaîne de télévision anglophone d’état russe RT, qui jouit d’une liberté d’expression inconnue depuis des décennies sur nos chaînes occidentales propagandistes de l’idéologie néo-libérale, impérialiste et colonialiste; il convient d’analyser ce qui est dit même de manière anodine. Les messages anodins étant souvent les plus révélateurs.
D’abord le message est clair: Stop ! Halte à l’ingérence en Syrie par les forces impérialistes et surtout, halte à l’escalade militaire ne pouvant résulter qu’à un conflit armé à la sauce libyenne.

Ensuite, on nous explique ce que les Russes envoient sur place, la route qu’ils vont prendre et le pourquoi de la manœuvre. Au delà de l’effet « la croisière s’amuse » voulu, RT explique au passage la différence stratégique de conception des vaisseaux russes et américains, incitant le lecteur à lire entre les lignes: « ce n’est pas parce que notre volume est inférieur à celui des américains que nous sommes plus faibles, notre concept est différent… » Ceci permet également à tout à chacun d’évaluer les forces en présence, de signaler au passage que les avions qui seront testés le seront au profit de l’Inde, notant par là l’alliance stratégique indo-russe, et rappelant l’ombre du BRIC planant sur l’empire occidental. La multipolarité du monde est quelque chose à laquelle les impérialistes sont totalement allergiques.
Les Russes ont manifestement fait le choix d’un monde multipolaire et n’accepteront pas leur dissolution dans le grand marais fangeux du Nouvel Ordre Mondial planifié pour le reste du monde. Il devient de plus en plus évident aujourd’hui que la Russie a « sacrifié » le pion libyen sachant pertinemment le marasme auquel cela allait mener, et a regroupé ses forces diplomatiques et de persuasion pour défendre sa position sur la Syrie (la base de Tartous est un élément géostratégique que les Russes ne lâcheront pas). Aujourd’hui le scenario syrien de destruction se veut être identique à celui de la Libye, l’arrogance impérialiste de l’occident lui fait voir le monde avec des œillères très restrictives qui l’aveugle au point de ne plus voir les pièges sur le chemin.
Suivons l’évolution de la situation, mais notre avis est le suivant: l’empire s’est fait piéger sur « l’affaire syrienne ». Simultanément, comme nous l’avons relaté ici à deux reprises ( 1 et 2), la CIA a essuyé une claque majeure avec son réseau de contacts et d’agents démantelé au Liban, en Iran et en Syrie… Bien sûr, l’empire ne peut plus reculer et va continuer à fomenter sa « révolution colorée » en Syrie, infiltrer ses escadrons de la mort pour tuer de manière indiscriminée citoyens syriens et militaires dans l’espoir de susciter une « révolte » dans le pays. La Syrie n’est pas la Libye. Il n’y a pas de guerre tribale sur laquelle s’appuyer, l’empire essaie d’en créer une, mais le peuple syrien saura déjouer le piège.
De plus sans attaques et massacres de l’OTAN pour aider des « rebelles », la situation de l’opposition va empirer et pourrir sur pied. Sans les assassins de l’Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord, pas de solution armée possible. Les Russes empêchent maintenant tout développement militaire impérialiste contre la Syrie.
Nous sommes dans une situation de face à face qui peut rappeler un peu la crise des missiles de Cuba mais les rôles cette fois-ci sont totalement inversés. Dans le même temps la candidature officielle de Poutine pour les élections présidentielles de Mars 2012 vient d’être déposée, Medvedev a appelé à l’Union de la Russie derrière Poutine. L’homme qui a sauvé son pays des oligarques et du pillage en règle orchestré par Wall Street et la City de Londres après l’effondrement de l’URSS, héros du peuple russe (on peut penser ce que l’on veut du bonhomme, mais on ne peut nier qu’il a sauvé la Russie du pillage et de sa satellisation complète à l’empire anglo-américain…), va revenir très vraisemblablement aux affaires, çà va se danser tout autrement, on le voit déjà maintenant. Le rôle de Medvedev était de jouer dans le velours et amadouer l’empire, le rôle de Poutine sera celui de ramener en force la Russie sur l’échiquier géostratégique mondial. La parenthèse Medvedev a fait gagner du temps à la Russie et a forcé l’empire à plus se dévoiler quant à ses intentions. Plus personne n’est dupe maintenant, la Russie va reprendre un rôle dissident plus dominant.
Est-ce une bonne chose? C’est tout un débat. Notre position est anti-autoritaire et anti-étatique, mais le vieil adage qui dit que « faute de grives on mange des merles » semble approprié ici. Mettre un coup d’arrêt au Nouvel Ordre Mondial mondialiste fasciste est LA priorité, ensuite que les peuples en tirent les conséquences socio-politiques qui s’imposent et œuvrent pour le bien commun, restera le défi permanent.
Pour l’heure, la Russie semble s’imposer comme le garant de la paix, mais la précarité de la situation est extrême, l’empire est-il prêt à un affrontement planétaire ?
– Résistance 71 –
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.