Publicités
Triangulation vicieuce contre l’Iran

Triangulation vicieuce contre l’Iran

Par Salami Ismail
Ces derniers jours, il ya eu un intérêt vociférant en Israël, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni d’ attiser les flammes de l’ iranophobie ,de ce que les observateurs considèrent comme un signal politique au rouge à s’engager dans une guerre catastrophique au Moyen-Orient.
Le trio, que constitue ce triangle vicieux dans leurs efforts espiègles et  Iranophobics, ont manifestement tenu des réunions secrètes parmi les hauts responsables de  leur sécurité et ont formé un front uni contre l’Iran. Un rapport publié récemment par The Guardian a révélé que le chef de la Défense britannique le Major général David Richards  a visité Tel Aviv clandestinement pendant la semaine, et a tenu un certain nombre de réunions avec deshaut gradés militaires israéliens  et des responsables du renseignement et de les rassurer sur le soutien indéfectible de la Grande-Bretagne dans le cas d’une attaque contre les sites nucléaires iraniens. Suite à cela, les responsables britanniques ont révélé que le gouvernement américain a ruminer des plans accélérés d’ attaques ciblées sur les sites nucléaires du pays et que la Grande-Bretagne était prête à faire partie du plan pour une attaque possible. Chose intéressante, le Ministre  de la Défense israélienne Ehud Barak est arrivé à Londres mercredi pour s’entretenir avec son homologue britannique, avec l’Iran, bien sûr en haut de l’ordre du jour. L’importance de ces réunions est que la Grande-Bretagne en tant que responsable militaire n’avait pas visité Israël depuis une décennie. Ainsi, les réunions récentes indiquent la sécurité est de cimenter les liens militaires entre les deux pays. Ce n’est que récemment, qu’un responsable   militairesupérieur  américain  aborde un forum à Washington et déclaré que l’Iran était devenue la plus grande des  menaces pour les Etats-Unis. «La plus grande menace pour les Etats-Unis ,nos intérêts et  nos amis … est venue dans nos foyers et c’est l’Iran. » Coïncidence (comment faire?), le même jour (vendredi), le président israélien Shimon Peres a également déclaré quelque chose de quasiment  la même, en disant que l’option militaire pour empêcher l’Iran d’obtenir des « armes nucléaires » était plus proche. Interrogé par la deuxième chaîne de News: si les événements se dirigeaient vers une option militaire plutôt qu’une solution diplomatique, Pérès a répondu: «Je crois que oui, j’ estiment que les services de renseignement de tous ces pays est de regarder l’horloge tourné, alerte les dirigeants qu’il n’ya pas beaucoup de temps.  » À cet égard, le président français Nicolas Sarkozy, un petit pois dans la gousse, orné d’un G-20 au sommet des dirigeants du monde en France avec ses mots lapidaires, «le comportement de l’Iran et ce désir obsessionnel d’acquérir le nucléaire militaire (capacité) est en violation de toutes les règles internationales. … Si l’existence d’Israël est menacée, la France ne va pas rester les bras croisés.  » Le trio a intensifié sa rhétorique contre la République islamique d’Iran. La sagesse des menaces n’est pas un mot nouveau pour l’Iran et le pays est prêt pour le pire et son  ministre des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi a déclaré en marge d’une conférence de nouvelles dans la ville libyenne de Benghazi, « Les Etats-Unis ont malheureusement perdu leur prudence dans le  traitement des questions internationales. Il ne parle que de force. Ils ont perdu la rationalité, nous sommes prêt pour le pire, mais nous espérons qu’ils y penseront deux fois avant de se mettre sur une trajectoire de collision avec l’Iran « . Maintes et maintes fois, les Etats-Unis ont renouvelé leur rhétorique creuse contre la République islamique d’Iran, en répétant les mêmes allégations encore et encore et encore: que l’Iran poursuit un programme clandestin d’armement nucléaire, que l’Iran soutient le terrorisme dans la région; que l’Iran viole les droits humains; que si l’Iran acquiert la technologie nécessaire pour produire des armes nucléaires,qu’ il va créer la troisième Guerre mondiale.Les dernières allégations portées contre la République islamique devance  le rapport de la semaine prochaine de l’Agence internationale atomique,ces allégations sont que l’Iran a «construit un conteneur en acier  pour réaliser des tests avec des explosifs qui pourraient être utilisés dans des armes nucléaires», et que l’Iran a fait des modèles informatiques d’une ogive nucléaire et d’autres détails sur un travail secret non divulgué auparavant et  présumés de Téhéran sur les armes nucléaires. « allégations portées contre la République islamique pour permettre ainsi de mettre en place une attaque tous azimuts contre des pays avec pour objectif, le pillage de leurs ressources naturelles. Cependant, l’Iran ne va pas s’asseoir tranquillement et laisser faire les envahisseurs dans la paix. En août 2011, un haut commandant de l’IRGC le général de brigade Ali Shadmani a envisagé trois mesures efficaces pour contrer tout acte d’agression potentielle.
1 . Comme Israël est le jardin des Etats-Unis, l’Iran viendra troubler la paix. (L’absence de paix en Israël va certainement empêcher le repos aux Etats-Unis ) 
2. Il s’agirait de  prendre le plein contrôle du détroit d’Ormuz, la voie navigable où plus de 40 pour cent de tous les passages d’huile en bourse (donc une spirale ascendante du prix du pétrole et un niveau de confusion qui serait  un coup dur pour l’économie mondiale déjà dégradée.) 
3. Il s’agirait de surveiller de près toutes les bases militaires américaines en Afghanistan et en Irak. En cas d’attaque, l’Iran va paralyser les troupes stationnées dans ces bases et  les neutraliser et les stopper de toutes tentatives possibles.
Dans l’analyse finale on peut considérer que l’agenda caché des Etats-Unis  est la création de l’Iranophobie est de brandir le spectre d’une apocalypse nucléaire dans le monde, pour envahir le pays dans une alliance avec Israël et le Royaume-Uni et d’autres puissances néfastes et finalement mettre la main sur les ressources innombrables de l’Iran qui sont convoitées depuis si longtemps. Dans l’impie alliance Israël-américano-britannique, on ne peut dire avec certitude qui est la partie la plus responsable de ces actions provocatrices  anti-Iranienne, mais il semble que la queue israélienne  fasse remué le chien américano-britannique.
 – Salami Ismail est un auteur iranien et analyste politique. Un écrivain prolifique, il a écrit de nombreux livres et articles sur le Moyen-Orient. Ses articles ont été traduits en plusieurs langues. IS / HGH
*Au demeurant la déclaration de Simone Perez ce dimanche 6 novembre ne fait qu’infirmer le
contenu et l’analyse de cet article,une guerre semble inéluctable.On pourrait comprendre certaines peurs 
des occidentaux face à une potentielle menace nucléaire venant de l’Iran,mais si les informations que nous avons en notre possession concernant les activités de Mr Sarkozy et du guide Libyen s’avère justes,nous devons reconnaître vouer un certain scepticisme  à l’égard de l’honnêteté des occidentaux dans cette affaire 
 à lire ici on aura tout vu… tout entendu.
*Cellule44
           Philippe Ehua
Traduction sommaire avec les coquilles et fautes habituelles





Ahmadinejad s’adresse à l’ONU 2/2 (en français)

Le fameux discours du Président Iranien Ahmadinejad devant l’ONU pour défendre le nucléaire Iranien civil. Une dangereuse rumeur s’est propagée à travers le monde et elle pourrait bien avoir des conséquences catastrophiques. Si l’on en croit la légende, le Président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a menacé de détruire Israël, ou, pour reprendre la citation erronée : « Israël doit être rayé de la carte ». Contrairement à une certitude très répandue, une telle déclaration n’a jamais été faite. Qu’a donc réellement dit Ahmadinejad ? il a répété une citation de l’ayatollah Khomeini. Commençons par citer ses mots exacts en persan : « Imam ghoft een rezhim-e ishghalgar-e qods bayad az safheh-ye ruzgar mahv shavad. ». Littéralement en français : « Imam (Khomeini) ghoft (disait) een (ce) rezhim-e (régime) ishghalgar-e (occupant = qui occupe) qods (Jérusalem) bayad (doit) az safheh-ye ruzgar (de la page du temps) mahv shavad (disparaître de). » La question étant de comprendre : qu’est-ce que ce régime occupant israel. Pour Ahmadinejab, les Sionistes ne sont pas le peuple juif. Ahmadinejad veut parler du régime qui impose son point de vue en Israël et dans le monde judaïque en général, et qui se cache derrière le peuple juif, au détriment de celui-ci, le manipule pour parvenir à ses fins. C’est un sujet très sensible en occident, puisque nous ne faisons aucune différence entre le peuple juif d’Israël et les gens qui les gouvernent. Le peuple juif et son histoire ne sont qu’un prétexte pour ces manipulateurs.
je vous propose de bien ouvrir vos yeux, vos oreilles, et d’essayer de comprendre « l’autre » (l’Iran). Si vous écoutez ce discours en entier, vous constaterez qu’ahmadinejad n’a aucune haine envers les juifs, les américains, ou les occidentaux en général. Bien au contraire,il demande de prendre garde à ne pas être spolié de leur liberté. Propagande, me direz-vous ? peut-être… vous avez raison d’émettre vos doutes. Mais, pour être intellectuellement honnête, appliquons cette même suspicion aux informations dont on nous abreuve à longueur de journée, et comparons avec ce qui se passe réellement dans le monde… Deuxième point, petit rappel historique au sujet du programme nucléaire iranien, car nous avons la mémoire courte : Au début des années 1970, la France décide de s’engager avec la Belgique, l’Italie, l’Espagne et la Suède dans la construction d’une usine d’enrichissement d’uranium à fins civiles. C’est à Pierrelatte que l’usine doit voir le jour. Mais alors que le projet est lancé, la Suède se retire du jeu. À la recherche d’un nouveau partenaire, le consortium intègre l’Iran dans son projet. Le chah d’Iran Mohammad Reza Pahlavi, ami des Occidentaux, veut asseoir son pouvoir face aux tensions religieuses dans son pays et préparer l’après-pétrole. Le deal est conclu. Pour s’acquitter de son ticket d’entrée dans le « club nucléaire », l’Iran débourse un milliard de dollars au Commissariat à l’Energie Atomique. La Sofidif, société franco-iranienne pour l’enrichissement de l’uranium par diffusion gazeuse, est créée. La holding, détenue à 60 % par la France et 40 % par l’Iran, possède 25 % d’Eurodif. En retour, l’Iran recevra 10 % de la production d’uranium enrichi. Mais les atomes se décrochent. Inquiets de son pouvoir grandissant, sous l’impulsion américaine, les Occidentaux lâchent le chah. Renversé à distance par l’Ayatollah Khomeiny qui a trouvé exil dans la banlieue parisienne de Neauphle-le-Château ! Pourtant partie prenante dans l’arrivée des mollahs, pour le gouvernement français, plus question désormais d’aider une République islamique dans ses desseins nucléaires. « L’accès à une telle production permettrait à l’Iran, le cas échéant, non seulement de fabriquer des armements dans des quantités pratiquement illimitées, mais de rétrocéder légalement de l’uranium enrichi à des pays amis. Du point de vue des Français et des Américains, cela non plus n’était pas acceptable ». Le conflit s’enlise. D’actions en justice, il vire donc aux actions violentes. Si le remboursement du prêt d’un milliard de dollars trouve peu à peu une issue, sous la pression des médias qui diffusent quotidiennement la photo des otages, la question de l’actionnariat d’Eurodif demeure au coeur du contentieux. Après plusieurs autres rebondissements, un accord, dont certains points restent secrets, fut finalement signé en décembre 1991. L’Iran est rétablie en qualité d’actionnaire lui (re)donnant droit à prétendre à 10 % de l’uranium enrichi dans l’usine drômoise (!?)
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :