Libye – Un sniper cible 2 rebelles (5 novembre 2011)
Source :
ALGERIA ISP – Selon Zengtena, la cellule « Sakr El Awhed » de l’armée de la libération de la Libye ont exécuté à travers un sniper, 2 rebelles, ce matin à 4h35.

Libye – La cellule « El Mzarie » libèrent des prisonniers Kadhafistes de El Aziziya (5 novembre 2011)

Source :
ALGERIA ISP – Selon Zengtena, aujourd’hui à 3h du matin, les combattants de la cellule « El Mzarie » ont libéré des prisonniers loyalistes du camp militaire Oum El Koroune à El Aziziya.
Cette opération était en collaboration avec la cellule « Soukour Tadmir » qui s’est occupé de la couverture pour empêcher tout soutien de rebelles de l’extérieur.
Finalement cette cellule de Soukour Tadmir s’est attaqué au check-point au village de Saleh et a tué
5 rebelles ; 2 rebelles brulés dans leur pick-up.


Libye – Urgent Tripoli Affrontements au quartier Al Andalous entre les rebelles de Zenten et de Tripoli (5 novembre 2011)
Source :
ALGERIA ISP – Selon Zengtena, à Tripoli, de violents affrontements entre les rebelles de Tripoli et ceux de Zenten dans la zone touristique.
Des affrontements dans le quartier El Andalous entre les rebelles de Tripoli et Zenten. Plusieurs voitures des citoyens de Tripoli sont brulés suite aux échanges de feux avec des armes lourdes.



Libye – Tajoura tombe aux mains des pro-Kadhafi
Source : Allain Jules
L’effondrement du dispositif de Kadhafi serait imminent, qu’ils disaient. Non, il s’est effondré renchérissaient-ils. Mais, la surprise est arrivée hier à Tajoura après la prière de vendredi. Selon le témoignage de plusieurs habitants de Tripoli, car Tajoura est situé à 14 kilomètres mais fait partie du district de Tripoli, de violents affrontements ont eu lieu dans la ville, aux abords de la Mosquée Murad Agha .
Selon des témoins, les brigades de Kadhafi ont pris par surprise et débordées les renégats de Benghazi en reprenant la ville. Les forces de Kadhafi avaient été accusées d’avoir commis un véritable massacre lors de leur fuite en août dernier, en abattant plus de 130 personnes de cette banlieue selon les médias « meanstream »…Hier donc, ce sont plutôt les mêmes populations qui les ont aidé pour la reprise de la ville.
Aucun média n’ose en parler. Les avions de l’OTAN n’étant plus là pour bombarder, ces brigades veulent mettre le cap vers Tripoli. Nous en sauront un peu plus dans la journée. Apparemment donc, le top départ de la reconquête a, me semble-t-il, été donné par Seif Al-Islam.



Libye – Attentat contre des rebelles à Tadjoura à Tripoli

(4 novembre 2011)
Source : ALGERIA ISP
ALGERIA ISP / Selon Zengtena, une maison à Tadjoura servant de camp pour un bataillon de rebelles a été soufflée par 7 obus des RPG.
L’opération a été menée par les combattants de la cellule « Touyour Jariha » de l’armée de la libération de la Libye. Des morts chez les rebelles.
Les combattants de la cellule « Touyour Jariha » ont jeté des tracts sur la route à côté de la maison.
Les rebelles qui se rassemblaient d’habitudes dans des maisons réquisitionnées par force à Tadjoura ont quittés les lieux par peur de représailles.
Libye: Nouvelles de la résistance libyenne – [04-11-1011]
ILS REVIENNENT
Attaque contre les rebelles à Tadjourah à Tripoli
D’après les nouvelles de Zengtena, une maison de Tadjoura, servant de camp pour un bataillon de rebelles, a été soufflé par sept tirs de RPG. L’opération a été menée par des combattants de la cellule « Touyour Jarih » de l’armée de libération de la Libye. Dix morts parmi les rebelles.
Les combattants de la cellule « Touyour Jarih » ont jeté des tracts sur la route à côté de la maison. Les rebelles qui utilisaient la maison réquisitionée par la force à Tarouja pour y siéger, ont quitté les lieux par crainte de représailles.
Nouvelle opération de la cellule de la résistance libyenne « Touyour Jarih »
Hier matin, les combattants de la cellule « Touyour Jarih », de l’armée de libération de Libye, ont tués trois rebelles du bataillon « Rajbane ». Après l’opération, les combattants « Touyour Jarih » ont mis des posters de la Libye verte sur les voitures des rebelles. Avant hier, les combattants de la cellule « Touyour Jarih » ont tués un ‘colonel-pro-rebelle’ …
La persécution des noirs-africains à Darna
Une campagne d’arrestations d’africains se déroule dans la ville de Darna. Les « rebelles » les accusent de vendre des armes, mais la vérité est que les rats mènent une repression et une discrimination à l’encontre des noirs africains libyens. Ils ont tous en prison.
La rupture du barrage de Darna effraie la population
Une fuite d’eau sans précédent du barrage de Darna a provoqué une peur-panique parmi la population de la ville de Darna.
Nouvelles de Bani Walid
Selon les combattants de la résistance libyenne du bataillon Saraya Rayat soudé avec les « Moudjahidines de Warfala », deux rebelles Gariyenes ont été enlevés puis emmené chez les leurs à Bani Walid, où ont été jugés et condamnés à mort pour haute trahison.Les villes du sud de la Libye sont sous le drapeau vert
Selon la Résistance, les combattants de Jamahiriya (la Libye vert) ont pu libérer les villes du sud de la Libye, aprèsavoir capturé les traîtres, des agents de l’OTAN et du Qatar : Obary, Marzag, Ghate. À ce moment-là, les rebelles étaient en train de faire toutes les maisons dans la ville de Mezdi pour désarmer la population et prévenir la propagation de la libération de toutes les villes de la Libye. Les résistants libyens ont juré de libérer le pays, Dar Dar, Zenga Zenga. (maison par maison, rue par rue !) Amine.
Les rebelles ont volé toutes les marchandises de Syrte et… –
Pendant l’invasion de Sirte par les rebelles de Benghazi Misrata, ils sont entrés dans les maisons, les appartements, les magasins, les sociétés. Ils ont volé tout. Ces marchandises sont maintenant exposées au Souk de Benghazi au prix le plus bas. Il y a même des moutons !
Les Tuaregs ont libéré la ville de Chouiref
Les combattants Touaregs ont attaqué les rebelles dans la ville de Chouiref, au sud de la Libye. Ils ont libéré la ville après un balayage de rats. La ville est redevenue verte, la couleur de l’honneur de la Libye.
Edité par LVO, SOURCE : LIBYAN FREE PRESS– Jamahiriya News
140 mercenaires OTAN tués à l’aéroport de Tripoli
International (LVO) : Selon de nouveaux rapports, la Résistance libyenne a bien repris le contrôle de l’aéroport de Syrte. Les intenses combats incessants à l’aéroport de Tripoli ont fait 140 morts chez les mercenaires de l’OTAN, pour le moment…
Selon de nouveaux rapports Kadhafi aurait pu empêcher la crise économique grecque si la Grande Jamahiryia Arabe Libyenne n’avait pas été sauvagement agressée par la coalition des pays criminels de l’OTAN. Les personnes qui connaissent la réelle personalité de Mouammar Al-Kadhafi savent cette vérité évidente.
Les conseils populaires locaux refusent de désarmer à cause de l’insécurité persistante. Les violes, les pillages, les meurtres et assassinats gratuits se poursuivent dans l’anarchie la plus totale.
Les Mercenaires de l’OTAN interdits d’entrée dans le Fezzan
Un rapport de la jeunesse libérale de la Libye nous apprend que des mercenaires de l’OTAN se sont vus refuser l’entrée dans le Fezzan après qu’ils aient abandonné les villes du Sud pour rejoindre la mission de génocide à Syrte. Cela arrive au moment où les mercenaires de l’OTAN sont entrain de combattre les uns contre les autres dans les Territoires du Nord sous l’effet de l’alcool et de drogues.
La population dans les villes côtières occupées a été profondément terrorisée et traumatisée. Ces personnes indésirables sont maintenant forcées de rejoindre la résistance parce qu’elles ne voient aucune autre option. Les textos ont proliféré parmi les gens de Warfallah à Tripoli appelant à une réunion à la fin de l’occupation brutale de l’OTAN parce qu’il n’y plus aucune loi et ordre, des bandes armées pillent les maisons, arrêtent et exécutent même celui qui ne leur plait pas.
Il y a eu des affrontements intenses à l’hôpital de Tripoli lorsqu’une bande armée voulait exécuter un patient qui se trouvait à l’intérieur de l’établissement, ils étaient tous ivres et ont commencé à tirer à l’aide d’armes lourdes antiaériennes capables de percer à travers les murs.
Le business armé en Libye
Source : Réseau Voltaire
La « Libye nouvelle » est un miroir aux alouettes : de nombreux chefs d’entreprises s’y bousculent à la recherche de gros contrats. Cependant, l’instabilité actuelle rend extrêmement risqués les chantiers de reconstruction. Seuls le secteur pétrolier et l’approvisionnement alimentaire offrent des garanties dans la durée. Encore faut-il que les businessmen soient protégés… c’est là qu’entrent en scène les compagnies militaires privées.
L’Opération Protecteur Unifié terminée, tandis que l’OTAN « continue à surveiller la situation, prête à aider si nécessaire », la course vers l’or s’est ouverte en Libye même pour les entreprises occidentales mineures. Celles-ci se placent à côté des puissantes compagnies pétrolières et banques d’investissement étasuniennes et européennes, qui ont déjà occupé les positions clé.
La Farnesina (ministère des Affaires étrangères italien, NdT) s’est engagée à « faciliter la participation des petites et moyennes entreprises italiennes à la construction de la Libye libérée ». Mais auparavant déjà, était arrivée à Tripoli une délégation de 80 entreprises françaises, et le ministre de la Défense britannique Philip Hammond avait sollicité les entreprises de son pays à « faire leurs valises » pour courir en Libye.
De grosses affaires sont en vue, après que l’OTAN a démoli l’État libyen. Et puis il y a ce coffre-fort ouvert sur lequel mettre la main : au moins 170 milliards de dollars de fonds souverains « gelés », a quoi s’ajoutent les entrées de l’export pétrolier, qui peuvent atteindre les 30 milliards annuels.
La villa sécurisée de Sne Special Projects Ltd et Trango Ldt à Tripoli
Le contre-amiral James Rapp avait suscité la polémique au Royaume-Uni en organisant au nom de la Royal Navy le bicentenaire de la bataille de Trafalgar : il avait organisé un juteux business en vendant à des hommes d’affaire des billets pour participer à un cocktail avec la reine Elizabeth. Il a depuis créé Sne Special Projects Ltd, le partenaire indispensable dont vous avez besoin pour rester en vie, si vous voulez investir en Libye « libérée ».
Mais il y a un problème : le climat de tension qui rend dangereux les déplacements des entrepreneurs dans le pays. La première denrée précieuse à vendre en Libye est donc la « sécurité ». Dont s’occupe entre autres la compagnie militaire britannique Sne Special Projects Ltd : elle est dirigée par un ex parachutiste qui a travaillé comme contractant (mercenaire) en Israël, Irak, Afghanistan, Pakistan, Soudan et Nigeria, assisté par d’ex-officiers du renseignement militaire, des forces spéciales et des forces anti-émeutes et anti-terrorisme. La compagnie, qui précise qu’elle est présente à Benghazi, Misrata et Tripoli depuis mai 2011, a ouvert, dans une luxueuse villa de la capitale à 15 minutes de l’aéroport, une résidence pour VIP surveillée par des mercenaires britanniques et libyens super armés, à laquelle s’adjoint un centre d’affaires, toujours dans la capitale. Le tarif du « taxi » qui les transporte depuis l’aéroport est un peu cher, 800 dollars au lieu des 5 habituels. Mais le véhicule est un blindé lourd, relié par satellite à un centre opérationnel à Tripoli et à un autre en Grande-Bretagne, tous deux reliés en outre au système de surveillance OTAN.
Jason Woods, directeur exécutif de Sne Special Projects Ltd, est un ex-parachutiste reconverti dans la sécurisation des exploitations pétrolières.
En partenariat avec la société Trango Limited, compagnie spécialisée dans l’assistance à des entreprises dans des zones à haut risque, la Special Projects fournit, en particulier aux petites et moyennes entreprises du secteur énergétique, une gamme complète de services : informations de tout type (assorties de photos et vidéos), libre transit de personnes et matériels sous escorte aux frontières avec l’Égypte et la Tunisie, contacts interpersonnels au CNT pour conclure d’avantageuses affaires.
Des services analogues sont fournis par les compagnies étasuniennes Scn Resources Group et Security Contracting Network, ainsi que diverses autres récemment installées en Libye.
En bénéficient non seulement les entreprises occidentales, en piste pour s’accaparer les contrats les plus juteux avant que n’arrivent de nouveau les Chinois, mais aussi le Département d’État étasunien et autres ministères occidentaux, pour leurs opérations en Libye aussi bien directes que par le biais d’associations « à but non lucratif » payées par eux.
Le vide laissé par l’effondrement de l’État libyen, sous les coups de l’OTAN, se trouve ainsi comblé par un réseau souterrain d’intérêts et de pouvoirs. Et, en cas de réactions populaires dangereuses, il y a toujours le blindé de Special Projects qui permet de rejoindre rapidement l’aéroport.
Manlio Dinucci
Traduction
Marie-Ange Patrizio
Source
Il Manifesto (Italie)
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.