Getty Images

La passion qui entoure les élections législatives continue de faire des vagues. Surtout au sein du camp Ouattara et de ses satellites comme le « Lider ». Mireille Patricia Gnagne, membre fondateur de LIDER, a décidé de claquer la porte. Dans cette interview accordée au quotidien appartenant au parti politique d’Alassane Ouattara (Le Patriote), elle donne les raisons de son départ.

Le Patriote : Vous venez à peine de créer LIDER avec le Pr. Mamadou Koulibaly et vous décidez de démissionner. Pouvez-vous nous dire les raisons de cette démission ?
Patricia Gnagne : Ainsi va la vie. Il n’y a rien de définitif. Quand à un moment donné, on se rend compte que les raisons qui nous ont amené à créer un parti politique avec des personnes ne sont plus à l’ordre du jour dans ce parti, il est mieux de partir.
LP : Mais quelles sont les raisons de votre départ ?
PG : Lorsqu’on créait LIDER, on parlait de liberté, de démocratie pour la République et de paix. Quand on créait LIDER, il était question d’apporter un nouvel espoir aux Ivoiriens et de changer la façon de faire la politique. Mais je me rends compte que trois mois après, Mamadou Koulibaly qui reprochait au FPI certaines pratiques telles que la dictature de Gbagbo, est en train de reproduire ces mêmes pratiques à LIDER à peine trois mois après sa création.
LP : Que lui reprochez-vous ?
PG : Abus d’autorité et dictature.
LP : Donnez-nous un fait concret qui vous amène à l’accuser de ces pratiques ?
PG : Pour des raisons de convenances personnelles, le Pr. Mamadou Koulibaly retire mon nom de la liste des candidats aux élections législatives de façon abusive. LIDER n’a que trois mois. J’ai été dans l’implantation de LIDER dans la commune de Koumassi dont je suis militante et qui est la circonscription électorale du Pr. Koulibaly. Il se permet de retirer ma candidature sans explication objective. Donc, j’ai trouvé que pour le début d’un parti politique, cela promettait. Je préfère partir et apporter ce que je peux aux Ivoiriens. On n’est pas obligé de faire la politique pour apporter quelque chose à son pays.
LP : Est-ce que ce n’est pas parce que vous n’avez pas été retenue que vous agissez ainsi ?
PG : Je suis désolée. Le président Koulibaly ne voulait plus faire de la politique. Et je suis parmi les personnes qui l’ont incité à revenir au pays et à créer un parti politique. Pour ceux qui me connaissent, ils sauront que je peux être candidate indépendante. Ce n’est pas le problème. Ils savent que ce n’est pas pour un poste que je m’en vais. Tout ce que les gens doivent retirer est que je pars parce qu’il n’y a rien de changer à LIDER. C’est comme au FPI. Mamadou Koulibaly dit une chose. Mais il fait son contraire. Je pars et je dis bon vent à LIDER.
Réalisée par JCC
Source : Infodabidjan
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.