Publicités
Libye – Dis papa, c’est quoi la férocité blanche ?

Libye – Dis papa, c’est quoi la férocité blanche ?

Publié le2 novembre 2011 parAllain Jules
Il n’y a plus de doute possible, la panique qui s’empare des occidentaux avec l’annonce du futur référendum grecque sur sa dette, montre de façon imparable que le coefficient de dilatation de sa décadence et du désespoir social se posera encore plus avec acuité. Aux antipodes d’un film d’horreur hollywoodien, le scénario catastrophe et la perte évidente des élections par les prédateurs qui ont mené la Libye au chaos annonce, probablement, de prochaines guerres.

Des guerres de prédation sont menées en Afghanistan (anti-Al Qaïda), en Irak (anti armes de destruction massive), en Libye (anti Kadhafi), au Pakistan (anti Al Qaïda). Mais, en creusant, on constate avec amertume que ces guerres sont basées sur du mensonge. l’Occident, -il n’y a pas de génération spontanée-, s’est toujours appuyée sur la guerre pour exister, depuis la nuit des temps. Avant Hitler, il y a eu Rome, Athènes, ensuite les guerres mondiales et tutti quanti. Ce sont toujours les mêmes. Est-ce un hasard ?
L’Occidental, en gendarme illégal du monde, en se comportant à travers la terre entière, surtout en Afrique, comme des éléphants dans un magasin de porcelaine. Il sème la mort tout en s’arrogeant un droit non écrit donc forcément hors-la-loi. Il lance des cris d’orfraie mensongers, pour sévir. Cette sempiternelle et immémorielle barbarie, activité criminelle accompagnée de mythomanie abyssale, inique et désormais contestée.
La méthode idoine pour lui, c’est donc la force brute, avec sa cohorte de morts, notamment en Libye. Le terrain de jeu idéal du diable est toujours dans la politique et par conséquent, je parle de l’homme blanc politicien, et non des autres. Les incantations, les déclamations aussi absurdes que pathétiques du respect de la paix, des droits de l’homme, de la liberté et tutti quanti ne marchent que dans un seul sens. L’Afrique ne veut plus de ça. L’heure est venue à sa réhabilitation, à la prise de conscience des ses possibilités et de ses valeurs.
La cyclothymie sociétale occidentale ne saurait être guérie par des guerres de prédation contre l’Afrique sous des prétextes fallacieux. Nul ne peut s’arroger le droit d’attaquer un pays souverain, encore moins d’initier l’assassinat de son dirigeant, pire, imposer un changement de régime. Plus jamais ça !


Source : Allainjules
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :