Publicités
Tirs au camp Agban / 25 gendarmes arrêtés déférés, vendredi: Ange Kessy et Kouadio Simplice chez Séka Séka, hier

Tirs au camp Agban / 25 gendarmes arrêtés déférés, vendredi: Ange Kessy et Kouadio Simplice chez Séka Séka, hier

Commandant Séka Séka, ex-aide de camp de Simone Gbagbo.

Publié le vendredi 28 octobre 2011 | Soir Info – Le commissaire du gouvernement, Ange-Bernard Késsy Kouamé et Kouadio Koffi Simplice, procureur de la République, ont rendu visite, le jeudi 27 octobre 2011, au commandant Yapo Séka Anselme, l’ex-garde de corps de Simone Ehivet Gbagbo, dans sa cellule de détention. Arrêté le samedi 15 octobre à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny, alors qu’il était en transit pour la Guinée-Conakry, Séka Séka est, depuis, détenu en un lieu tenu secret. De source proche du dossier, hier, en milieu d’après-midi, « Séka Séka a reçu la visite des procureurs Ange Kessy et Simplice Kouadio ». On ne sait pas grand-chose de leurs échanges qui ont duré, selon notre source, « un peu plus de 45 minutes ». Il reste, cependant, que Séka Séka aurait dénoncé un ancien garde du corps d’Amani N’Guessan Michel comme étant de mèche avec lui dans la préparation d’une action contre la sûreté de l’Etat.

 Faisant valoir son strict droit de réserve, Ange Kessy que nous avons joint s’est plutôt « coupé la langue ». Néanmoins, notre source soutient qu’il s’agissait, pour ces deux procureurs, « de s’enquérir du niveau de l’évolution de l’enquête, mais aussi de se faire une idée des conditions de détention de l’ex-garde du corps de Simone Gbagbo ». « Ils ont voulu savoir si Séka Séka est bien traité et est détenu dans de bonne de conditions », nous a confié notre source sous anonymat. En ce qui concerne la procédure, les deux « procureurs ont déploré la lenteur qu’accuse l’enquête », ajoute notre interlocuteur. Ange Kessy et Simplice Kouadio Koffi ont instamment interpelé les enquêteurs sur la nécessité « d’aller vite et de boucler le dossier afin que Séka Séka soit déféré rapidement devant le tribunal militaire » en vue de répondre des faits de crimes de sang mis à sa charge. « L’enquête devait s’achever depuis longtemps. Qu’est ce qui explique cette lenteur », se sont-ils interrogé avec insistance, devant les officiers en charge du dossier, nous a rapporté notre source. Du lieu de détention de Séka Séka, Kouadio Koffi Simplice et Ange Kessy ont mis le cap sur le camp de gendarmerie d’Agban, où des gendarmes, proches du commandant Abéhi Jean-Noël, se sont illustrés la semaine dernière en tirant en l’air, à l’arme automatique pour, selon eux, « libérer la République ». L’enquête ouverte à cet effet a permis la mise aux arrêts « de 25 éléments ». Ils sont écroués depuis… Où en est la procédure ? La visite de ces procureurs visait, là aussi, à répondre à cette problématique. De sources proches du Camp Agban, Ange Kessy et Simplice Kouadio « sont venus se faire une opinion sur l’avancement de la procédure » ajoute notre source. Ils ont quitté le camp avec comme ferme instruction, que « la procédure s’accélère et que ces fauteurs de troubles soient déférés devant le Tribunal militaire, au plus tard le vendredi 4 novembre 2011 en vue de mettre définitivement fin à ce genre d’actes ». A cet effet, avons-nous appris, le procureur militaire s’apprête, selon une source proche du Tribunal militaire d’Abidjan (Tma), à convoquer les audiences correctionnelles avant la fin du mois de novembre « en vue de juger et d’infliger des sanctions exemplaires à toux ceux qui s’aventureraient dans de telles activités subversives ».
Armand B. DEPEYLA

Source : Ivoirebusiness
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :