Internet (LVO) : Le site internet Mathaba a publié, le 25-10-2011, un article nous informant que le Ténor-compositeur et activiste des droits humains universels, Joe Fallisi apparaît au tribunal le 27 Octobre et qu’il tiendra une conférence de presse le même jour à Rome.
Le Ténor-compositeur et activiste des droits humains universels, Joe Fallisi apparaît au tribunal le 27 Octobre

INVITATION CONFÉRENCE DE PRESSE
LE TENOR JOE FALLISI POURSUIT L’ÉTAT DE L’ITALIE POUR VIOLATION DE L’ARTICLE 11 DE LA CONSTITUTION DANS SA GUERRE CONTRE LA LIBYE
Conférence de presse Mardi 27 Octobre, 2011 à 11:30 (Emplacement: « Rachele » Hall, Hôtel Royal Santina Via Marsala 22, Rome)
Le Ténor italien Giuseppe (Joe) Fallisi va témoigner devant un tribunal de Rome le jeudi 27 Octobre 2011, assisté par Luc Tadolini, à la suite d’une plainte émise par lui contre l’État Italien concernant sa guerre contre la Libye, dans laquelle l’Italie a eut une grande influence. Formellement, la plainte est dirigée contre « X », mais il est clair qu’elle comprend tous les politiciens impliqués dans cet acte tragique et honteux (le président Giorgio Napolitano, le Premier ministre Silvio Berlusconi, les députés et les sénateurs dont le vote a conduit à l’implication de l’Italie dans la guerre, et même ceux qui ont contribué financièrement à la «mission»). Selon le plaignant, la guerre contre la Libye a ouvertement violé l’article 11 de la Constitution de notre pays [l’Italie], qui interdit l’implication dans la guerre.
L’article stipule:
L’Italie répudie la guerre comme un instrument d’agression contre la liberté des autres peuples et comme moyen de règlement des différends internationaux, mais permet, sur un pied d’égalité avec les autres Etats, les limitations de souveraineté nécessaires pour garantir la paix et la justice parmi les autres nations, il favorise et encourage les actions internationales qui sont prises à cette fin.
Selon Joe Fallisi, les possible « limitations de souveraineté » mentionnées à la fin du présent article ne contredisent pas la première phrase de l’article et ne sont donc pas de licence pour la guerre. Alors que ce que l’Italie a fait et fait encore en Libye, n’est rien d’autre que l’utilisation de « la guerre comme un instrument d’agression contre la liberté des autres personnes», surtout après que nous ayons décidé de contribuer avec nos avions aux bombardements du sol libyen – un pays contre lequel nous n’avons jamais rêvé de déclarer la guerre. Malheureusement, en plus de cela, l’Italie a violé le «Traité d’amitié, de partenariat et de coopération » entre la République d’Italie et la Jamahiriya populaire et socialiste libyenne qui a été signé il ya trois ans par Mouammar Kadhafi et le Premier ministre Silvio Berlusconi. Entre autres choses, le traité prévoit:
… Le respect de l’égalité souveraine des États, l’engagement de ne pas menacer et de ne pas utiliser la force contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de l’autre partie, ou prendre des mesures qui sont incompatibles avec la Charte des Nations Unies, l’engagement de non-ingérence dans les affaires intérieures et l’engagement à respecter les principes du droit international, l’engagement de ne pas utiliser et de ne pas permettre l’utilisation des territoires du parti pour tout acte d’hostilité contre l’autre, et l’engagement de trouver des résolutions pacifiques aux conflits .
Environ 200 000 Libyens [les soldats, y compris] sont morts jusqu’ici dans l’agression néo-coloniale dans laquelle l’Italie est malheureusement impliqué. Un pays prospère et pacifique a été bombardé et détruit à jamais sous le faux prétexte d’une «intervention humanitaire». Une petite minorité de fanatiques qui s’est avéré être des meurtriers, des racistes et des nettoyeurs ethniques ont reçu la «reconnaissance», même si elles avaient le soutien de personne. Nous [l’Italie] avons également contribué à la campagne d’assassinat contre l’ensemble du gouvernement libyen et récemment assisté à la torture alléguée et assassinat de Mouammar AL-Kadhafi et de son fils, Mutassim. Nous aurions du décidé, comme l’Allemagne, de ne pas participer à ces horreurs. Quiconque a fait le choix inverse doit maintenant être tenu pour responsable.
Source en anglais et italien : www.mathaba.net
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.