Dans cette deuxième vidéo ci-dessous, vous avez les témoignages de deux femmes violées à l’ouest et à Bouaké. Violée pendant plusieurs jours à l’ENSOA de Bouaké, la seconde jeune femme que vous voyez en image (ci-dessus) est aujourd’hui incapable d’enfanter et d’avoir des rapports sexuels avec son mari. Son appareil génital est complètement « détruit »… Un témoignage interdit aux âmes sensibles…

Ceux qui l’ont fait, sont les hommes de Soro Guillaume et de Alassane Dramane Ouattara : Les forces nouvelles, la rébellion armée du nord pro-ouattara, dirigée par Soro Guillaume qui en était le secrétaire générale.
Qui sont les commanditaires et les exécutants de ces tueries ? Pour qui et pourquoi ces massacres ont-ils été commis ? A ces questions, le chef de guerre, Koné Zakaria, avait donné une réponse sans équivoque lors d’un meeting en 2003 dans le nord du pays. « Celui qui vous dit que c’est pour IB qu’on a pris les armes, c’est faux. On a pris les armes pour Alassane Dramane Ouattara. C’est Alassane qui nous envoyait 25 millions de francs, chaque mois au Burkina Faso où nous étions en préparation », avait-il avoué.
Quant à Guillaume Soro Kigbafori, porte-parole de la rébellion armée et secrétaire général de ce mouvement, il ne peut pas aussi facilement dégager sa responsabilité. Elle est d’ailleurs bien établie. La preuve :
Il s’est lui-proclamé « chef suprême » des forces armées des forces nouvelles (Fafn), la rébellion armée du nord, « commandant » des Frci, créées les 17 mars 2011 en plein cœur des batailles de l’ouest (Duekoué, Touleupleu, Daloa) et d’Abidjan. Et enfin le « seul et vrai chef du commando invisible », selon propos de Adama Toungara, ministre du gouvernement Ouattara dirigé par Soro Guillaume lui-même.
A travers le dossier ivoirien, la Cpi joue sa crédibilité et son image fortement ternie en Afrique où la majorité de l’opinion publique accuse cette juridiction d’être instrumentalisée par les puissances occidentales au gré de leurs intérêts sur le continent. Et des régimes qu’ils soutiennent.
Faites passez le message, diffusez au maximum et acheminez à qui de droit.
A partir d’aujourd’hui, nous publierons chaque jour une preuve des crimes de sang du camp Ouattara, jusqu’à ce que justice soit rendue ; jusqu’à ce que la voix des sans-voix porte jusqu’aux extrémités du monde et que le sang des innocents versé par ces sanguinaires retrouve la paix par la justice.
Toute contribution dans ce sens sera la bienvenue. Vous pouvez nous faire parvenir toutes les preuves et témoignages que vous avez et qui pourront servir à l’éclatement de la vérité et la justice à l’adresse suivante :priscatruthway@yahoo.fr que nous nous chargerons de publier en plusieurs langues. Merci.
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.