« Les mercredi, jeudi et vendredi derniers, nous nous sommes réunis à la maison du parti (Pdci), et nous avons décidé de quitter le Rhdp, si le Rdr continue de ne pas venir aux réunions ». C’est sur un ton coléreux qu’un haut cadre du parti démocratique de Côte d’Ivoire, qui a souhaité garder l’anonymat, nous a joint hier dimanche 23 octobre 2011. Des propos qui traduisaient vraisemblablement un ras-le-bol. A l’entendre, le rassemblement des houphouétistes serait en ce moment grippé par une mésentente entre les deux ténors de cette coalition politique, à savoir le Pdci et le Rdr, sur la question des élections législatives de décembre 2011. Le parti d’Alassane Ouattara ne jouerait pas franc jeu avec celui de son aîné Henri Konan Bédié, sur la façon d’aborder ce scrutin, afin d’assurer une victoire à la coalition au pouvoir.

Selon notre interlocuteur d’hier, le Rhdp avait convenu de faire des réunions périodiques pour définir les différents angles d’attaque des élections législatives, notamment en ce qui concerne le choix des personnalités devant défendre les couleurs des partis du Rhdp. Le président du directoire de cette coalition, le professeur Alphonse Djédjé Mady, a lancé à cet effet, depuis le mois de mai 2011, une invitation à tous les partis politiques du Rassemblement des houphouétistes pour ces réunions périodiques. Tous ont répondu présent, souligne notre informateur, sauf le Rdr, qui a brillé par son absence jusqu’au 15 septembre 2011, où ce parti a participé à sa première réunion, avant de s’éclipser à nouveau.
A l’approche des législatives, et ne voyant pas leur allié le plus sûr à la table de discussion, Djédjé Mady a donné un coup de fil au ministre Amadou Soumahoro, le secrétaire général par intérim du Rdr, l’invitant à prendre part aux réunions. « Je n’ai pas le temps », aurait répondu le successeur de Henriette Diabaté au poste de SG du parti à la case. Une réponse qui a fait monter d’un cran la colère chez les barons du vieux parti. Qui perçoivent dans l’attitude de leur allié au pouvoir, une volonté de les rouler dans la farine. La réponse d’Amadou Soumahoro traduit-elle un boycott ou une réelle difficulté d’harmoniser les positions avec les alliés du Rhdp ? Il faut toutefois souligner que pour ces législatives 2011, selon le président Bédié qui en est le grand patron, « le Rhdp ira en rangs dispersés, mais pas opposés ».
Dans la stratégie, il s’agit de privilégier les partis de la coalition en fonction de leur zone d’influence et de partager les postes dans les zones jugées neutres. Ces principes de base devraient cependant faire l’objet de réunions pour définir le nombre de candidats à mettre dans la course au parlement, qui compte désormais 255 sièges. Pendant plus de trois mois, le Rdr a boycotté ces réunions, créant ainsi la suspicion au sein du Rhdp. Amadou Soumahoro, qui devrait prendre part à ces consultations, serait en ce moment, selon de bonnes sources, coincé par le choix des candidats du Rdr. Il doit gérer plus de 900 demandes de candidature, presque le double de la répartition qui aurait été convenue avec le Pdci (environ 400). Ce qui crée des difficultés de choix. Avec quels arguments allait-il alors se présenter à la maison du Pdci pour décider des postes de députés ?
Par ailleurs, le secrétaire général par intérim du Rdr devrait tenir compte des consignes du président Alassane Ouattara, à savoir qu’il faut privilégier les candidatures des secrétaires départementaux au détriment de certains gourous du Rdr. Or justement, de nombreux barons du parti des républicains font face à une fronde parce qu’ils sont opposés à des secrétaires départementaux. Autant d’épines que Amadou Soumahoro doit retirer de son pied pour aller à la réunion du Rhdp. L’affaire grippe donc la machine houphouétiste à un mois des législatives. Le haut cadre du Pdci qui nous a parlé hier pense qu’avec l’attitude du Rdr, « le projet de parti unifié et de gouvernement commun du Rhdp n’est qu’une vue de l’esprit ». Pour lui, le Rdr veut purement et simplement doubler le Pdci. Les deux têtes fortes de cette coalition devraient prendre le taureau par les cornes afin d’éviter l’implosion.
Hamadou ZIAO
SOurce: L’Inter
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.