Getty Images

Dans quelles conditions Mouammar Kadhafi est-il décédé? A peine la véracité de l’information sur sa mort a-t-elle été confirmée par les grandes puissances occidentales membres de la coalition de l’OTAN qui dirige les rebelles du CNT sur le terrain, que cette question se fait jour.
En effet, on a eu droit à une sorte de scénario de l’annonce de l’ex Guide libyen qui, rétrospectivement, semble avoir été minutieusement pensé pour brouiller les pistes.

Tout a commencé par l’annonce, par le CNT, de la capture, puis de la capture et de la mort, suite à ses blessures, de Kadhafi. La France, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, nations à la tête de la coalition occidentale ayant juré la perte du natif de Syrte, ont d’abord feint de ne rien en savoir. Le CNT ayant habitué l’opinion mondiale à des annonces plus fantaisistes les unes que les autres, l’heure devait donc être à la circonspection.
Mais les médias occidentaux, sans doute briefés par les «services» de leurs pays, ont très vite pris cette dernière annonce au sérieux. Pendant que leurs gouvernements gardaient le silence.
Comme à Abidjan avec Gbagbo, Paris a livré Kadhafi à ses ennemis
Pourquoi? Dans le storytelling rédigé à l’avance pour raconter la mort de Kadhafi, il fallait absolument pouvoir dire que son trépas est uniquement lié à la violence vengeresse, sauvage mais compréhensible après tout, de ses propres compatriotes. Visiblement, cette stratégie du récit n’a pas résisté à la rivalité des alliés occidentaux, chacun étant désireux de montrer à quel point sa participation à l’œuvre commune a été déterminante, dans la mesure où l’investissement guerrier de départ devra être rémunéré à la mesure du risque par les nouveaux maîtres du pays. Gérard Longuet, ministre français de la Défense, est donc sorti du bois. Il a avoué que c’est l’aviation française qui a stoppé le convoi dans lequel se trouvait Kadhafi.
Un convoi d’environ 80 véhicules. «Ils ont été stoppés dans leur progression mais non détruits par l’intervention de l’aviation française, en l’occurrence des Mirage, et ce sont des combattants au sol de Misrata qui ont intercepté une partie du convoi (…) Parmi les voitures détruites, ils ont sorti le colonel Kadhafi dont on pensait qu’il était blessé mais il était en fait mort», a-t-il ajouté. Il s’agit donc d’une opération conjointe dirigée par l’armée française.
Comme le 11 avril 2011 à Abidjan avec Gbagbo, l’armada hexagonale a fait le gros du boulot et livré Kadhafi à ses ennemis pour qu’ils se salissent les mains pour le grand profit de tous. Les mythes de l’Occidental humaniste et de l’Arabe (ou de l’Africain) sauvage et prompt à la vengeance bestiale ont été préservés.
Comme Samuel Doe au Liberia, dont le martyre a été filmé et diffusé, confirmant les préjugés sur la férocité nègre, Kadhafi a été déchiqueté sur la place publique.
Mais qui peut sérieusement croire que la France, qui avait localisé Kadhafi – sinon, pourquoi pilonnait-elle la colonne où il se trouvait – ne savait pas très clairement quand, où et comment il a été tué ? Mensonges, manipulations!
Pourquoi il fallait tuer Kadhafi
Les Occidentaux et le CNT ont donc eu la peau de Mouammar Kadhafi, et les bien-pensants semblent regretter le fait qu’il ne puisse désormais pas être jugé. Mais, comme Saddam Hussein, il fallait que Kadhafi meure.
Déjà pour ne pas incarner, dans les fers, la nostalgie d’une Libye souveraine et prospère, qui se développera forcément bientôt, vu que le chaos et l’appauvrissement de ce pays sont déjà programmés. Il fallait aussi que Kadhafi meure pour que l’on n’en parle plus, et pour éviter un procès au cours duquel il aurait été difficile d’éluder ses relations financières troubles avec un certain nombre de réseaux occidentaux – on pense forcément à Nicolas Sarkozy et à l’affaire Ziad Takkiédine, qui passe par Tripoli, ainsi qu’aux propos de Seif El-Islam Kadhafi affirmant que son père a financé la dernière campagne présidentielle du président français. Un procès de Kadhafi aurait également exposé certains «néo-démocrates» du CNT, qui ont à leur passif les pires dérives du régime Kadhafi, et dont la seule qualité est d’avoir habilement retourné leur veste quand le vent a tourné.
Jusqu’à quand la Libye sera-t-elle militairement occupée?
Maintenant que Kadhafi, contre qui il fallait «protéger les civils» de Benghazi n’est plus, l’OTAN va-t-elle quitter la Libye? Très improbable. Pourquoi abandonner la présence militaire directe, seul gage que les intérêts des Occidentaux seront préservés dans le cadre du « nouvel ordre politique » libyen? Il est plus que probable que, désormais, les vrais problèmes du CNT soient publiquement débattus dans le «monde libre»? Ses divisions profondes, la présence préoccupante d’islamistes dans ses rangs, la grande insécurité que la stratégie guerrière a créée à Tripoli, les violations des droits de l’Homme…
Désormais, il sera question, dans la stratégie du récit occidentale, de protéger les Libyens non de Kadhafi, mais de certains de leurs nouveaux dirigeants. La présence de l’OTAN se justifiera également par un souci de «sécurité globale» et de lutte contre le terrorisme. Après avoir installé le chaos en Libye, la coalition occidentale va expliquer au monde entier qu’elle y reste pour combattre le chaos. Mais les Libyens, dont le pays a été dévasté, paieront très cher le prix de leur amère «liberté».
Source: Le Nouveau Courrier

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.