Getty Images

C’est une loi statistique implacable et qui se vérifie indubitablement en toutes circonstances, théoriques et réelles.
Il ne s’applique pas par malédiction ou du fait d’une cause perdue, mais simplement à partir d’une règle, celle qui dit que «plus on tente le diable, plus il a de chances de nous avoir»! A force d’égo et d’inconscience, on finit par en être victime et cela n’a rien à voir avec la capacité de l’adversaire ou avec notre propre incapacité !

L’arrestation du commandant Séka Anselme répond simplement à cette loi et ne saurait être perçue autrement, à moins de vouloir se mentir et se suicider, pour abandonner un combat pour le moins et qui en vaut plus que la peine !
Au-delà, le cas de ce non-évènement est très révélateur de la mauvaise voie empruntée par notre pays, sous l’irresponsabilité de quelques personnes, uniquement quelques personnes, contre tous ! Ce qui a conduit à cette arrestation est exactement la même chose que l’on reproche au régime de Ouattara, à savoir l’égo et le sentiment d’infaillibilité dont nul être humain ne peut, heureusement se prévaloir, en tout cas, sauf si Dieu seul le lui concède ! Car en réalité, ce n’est pas la première fois que ce pauvre commandant fait ce parcours et jusqu’ici, rien ne lui était arrivé ! Il a jusqu’ici été capable de traverser le pays, de plusieurs manières, sans que le régime qui le recherchait ne s’en rende compte pour le «capturer» et en faire comme cela a été le cas durant tout ce dernier week-end, un trophée qui lui donne l’impression d’une capacité supérieure dans sa volonté de tuer la liberté et d’embastiller toutes personnes qui lui est opposée.
Le commandant Séka, en effet, a fait ce trajet plusieurs fois, depuis le mois de mai dernier, avec son avion notamment qui se posait pendantplusieurs fois à Abidjan pour une escale normale, dont il était bien informé et les sécurocrates du régime Ouattara-Soro ne s’en nullement aperçu ! Même le général Coulibaly, qui sortant ici de son rôle tout nouveau de Pca d’Aéria pour aller s’occuper personnellement de cette arrestation n’y a vu que du bleu depuis. Victime certainement d’une trahison, mais surtout de la loi statistique implacable qui dit que pour réaliser n’importe quoi, plus le nombre de tentatives est élevé, plus vos chances de réussir sont élevées.
Le nombre de tentatives est proportionnel aux chances de réalisation, aussi simpliste que cela puisse paraître. L’orgueil et l’égo son de bien mauvais conseillers et cette appréciation devrait être retenue par chacun des camps et en particulier, celui du régime !
La frénésie qu’a suscitée en leur sein l’arrestation d’un commandant, aussi courageux et déterminé à s’attaquer à leur régime, montre bien le manque de sérénité qui habite profondément ce pauvre régime en perdition. Car sinon, en quoi arrêter quelque chose que vous recherchiez avectant d’ardeur et de résolution, peut-il devenir un évènement d’une telle envergure ? Au moins qu’en réalité, tout l’aplomb et les discours faits autant pour menacer l’autre quand que pour rassurer le sien, cette arrestation est un total non-évènement et ne saurait être pris autrement ! Car, un régime qui est sûr de lui, qui clame avoir gagné, tant démocratiquement que militairement, un combat qu’il a en tout point perdu, ne perdrait pas son temps à exhiber ainsi une telle personne et cela, sans vouloir en rien réduire l’importance du commandant !
Au contraire, car tout le tintamarre fait autour de son arrestation n’aurait pas eu lieu ! Le commandant Séka était et reste un défenseur acharné, certes impétueux, mais loyal de la république et quoi qu’on lui reproche, cette vérité demeure ! C’est d’ailleurs ce qui a suscité toutes ces craintes et fantasmes que sa stature et sa loyauté sans faille ont engendrés ici et là, de part et d’autre et dans chaque camp !
Maintenant, entendons-nous bien: le commandant Séka était perçu par Abidjan comme un risque de coup d’Etat et celui-ci en avait une peur bleue, d’où toute cette médiatisation orchestrée autour d’un fait banal. Car, en réalité, sachant que lui et plusieurs autres sont recherchés, pour ces mêmes raisons et pour d’autres, quoi de plus normal, que ce régime arrive à suivre finalement les mouvements de ces personnes faisant l’objet de leurs craintes, pour finir par les arrêter, dans la mesure où, non seulement, avec les moyens de l’état, ils doivent pouvoir réaliser un taux de succès bien plus élevé que cette unique arrestation, mais d’autant plus, grâce à tous les soutiens qui les aident en ce sens ? Faut-il donc s’étonner que, quelqu’un qui a régulièrement testé leur dispositif sécuritaire soit finalement pris au piège d’une audacieuse bêtise plutôt que d’une stratégie destinée à se camoufler ou à attaquer le régime ? Autant, ceux qui espéraient le voir faire tomber ce régime, que ce régime qui le craignait tant, tous se fourvoient quant à l’importance de ce jeune commandant, devenu personnage public par sa fonction d’aide de camp de Mme Éhivet-Gbagbo.
Probablement qu’il a contribué à susciter ces craintes et fantasmes, en fait, cela dénotait autant de la grande fébrilité du régime que du désespoir dû à la gestion du pays par le régime Ouattara et Soro ! En réalité, autant les uns savent que, non seulement leur accession à la tête de la Côte d’Ivoire n’est pas conforme à l’expression du vrai suffrage des Ivoiriens et qu’en conséquence, ils se sentent obligés de conduire le pays «à la dur», autant les victimes de cette dictature espère et prie pour sa chute, quel qu’en soit le moyen !
Alors, se posent-ils désormais et à la suite de «cet évènement fabriqué» un certain nombre de questions que, de part et d’autre, il faut prendre sérieusement en compte ! S’il y a une crainte d’un coup d’Etat et qu’en face, l’espoir du même évènement est aussi fort, cela n’est-il finalement pas dû à la manière dont ce régime se comporte et son incapacité à assurer la sécurité des Ivoiriens, de tous les Ivoiriens sans aucune exclusive ? Si cette perspective partagée est si vivace dans chaque camp, n’est-ce pas finalement la pure et simple contradiction des affirmations du régime quant à sa volonté de faire la justice, la paix et la réconciliation ?
Si toujours pour cette même raison, les uns ne font pas confiance aux autres, qui eux-mêmes vivent dans la crainte des uns, n’est-il pas temps de se poser de part et d’autres et d’engager un dialogue plus judicieux sur la sortie de la crise et sur la nécessité d’aplanir les récriminations respectives, pour ne voir que l’intérêt supérieur de la Côte d’Ivoire, notre pays, notre nation ? Finalement, autour de ces quelques questions non-exhaustives, n’est-ce pas en réalité le fait d’une dictature qui est mise en évidence, d’une division structurelle plus profonde qui est posée, d’un total manque de confiance entre les Ivoiriens qui doit en définitive interpeller ?
Si les uns craignent un coup d’Etat, c’est bien que la manière de conduire le pays n’est pas propice à une assurance pour les autres de se sentir en sécurité et en pays dans le pays. Et si les autres espèrent un coup d’Etat, c’est bien que le régime adopte une posture fondamentalement belliqueuse et d’exclusion qui les pousse à être aussi désespérer !
Dans les deux cas, rien nul ne peut présager de l’épilogue, à moins d’être divin ! Alors, autant ce qui s’enorgueillissent d’avoir tué les velléités des uns et ceux qui désespèrent d’avoir atteint la fin de leurs espoirs, doivent chacun bien réfléchir, réévaluer leurs actes et propos, leurs posture et intentions, afin de créer rapidement les conditions et le cadre d’un apaisement concret et d’un espoir serein ! Sinon, nous y perdrons tous et cela ne sera que bien mérité, malheureusement pour la Côte d’Ivoire ! Le manque de bon sens des uns et le désespoir des autres ne peuvent être autorisés à continuer de prospérer, car, à moins que l’essence du combat des uns et des autres soit uniquement personnelle et sans aucun intérêt pour l’ensemble des Ivoiriens et leurs aspirations profondes, l’ensemble des parties à tout faux ! Et si les uns comme les autres sont incapables de se rendre compte enfin de ces sentiments vénéneux qu’ils propagent au sein des populations ivoiriennes, alors, tous, sans aucune différence, doivent être balayés de la scène politique nationale, pour laisser enfin la place à des Ivoiriens censés et plus soucieux des attentes de nos populations, que d’intérêts qui portent préjudices indélébiles à notre société et notre pays ! Il ne s’agit donc ici, ni de se triomphalisme indécent, ni de désespoir suicidaire à considérer, mais bien du message que porte, visiblement en tout cas pour les personnes soucieuses pour la Côte d’Ivoire, mais de sagesse et de mesure et surtout, de remise en cause ! Une remise en cause des principes ou fondements qui conduisent à la dureté des uns, mais aussi une remise en cause des raisons du désespoir des autres ! Cela fait maintenant près de 8 mois que ce régime est en place, et si avec ce temps, Ouattara n’est pas encore arrivé à stabiliser le pays, mettre en place un cadre de justice objective, un arrêt de la stigmatisation des partisans de Laurent Gbagbo, c’est qu’il n’en est pas capable et qu’il n’est pas à sa place ! Cela, il ne peut le reprocher à personne d’autre que lui-même tout son entourage et ses partisan. La Côte d’Ivoire ne peut appartenir à un seul groupe, fusse-t-il le groupe le plus important qu’un point de vue ou d’un autre, ce qui n’est même pas le cas, en l’espèce ! La Côte d’Ivoire ne peut vivre en acceptant de voir une large partie de ses enfants meurtris, exclus, isolés et traqués pour des raisons généralement fallacieuses et pour des égos sans limites ! Cela est inacceptable, même si cela ne doit pas conduire au désespoir !
Non, ceux d’entre nous qui continuent d’être les victimes de Ouattara et de son régime, nous ne devons pas désespérer, au point de verser dans des actes suicidaires, car sinon, nous l’aiderions à justifier encore plus sa forfaiture et donnerons raisons à tous ces partisans qui ne prévalent que par la force et l’insulte, pour exister !
Enfin, à la l’attention du président Charles K. banny, premier responsable de la réconciliation, ici se pose en vérité, à lui une exigence urgente et impérieuse : comment faire en sorte de détendre l’environnement, l’atmosphère et apaiser le regards que les uns et les autres se portent pour rapidement assoir les bases d’une réconciliation réussie, d’une réconciliation qui engage véritablement les Ivoiriens et tous les Ivoiriens sans aucune exclusive, car autant nous sommes tous parties prenantes de cet objectif, autant nous sommes tous responsables des raisons qui ont conduits le pays à cet état délabrement fétide ! M. le président, sans vouloir vous imposer une responsabilité qui ne peut être la vôtre uniquement, il est devenu impérieux d’user de la crédibilité accrue que cette responsabilité vous donne, pour imposer le cadre qui garantisse le mieux la réalisation des objectifs nobles qui sont assignés à la Commission vous présidez !
Car, c’est à cette condition uniquement que de part et d’autre, la méfiance baissera, le désespoir s’estompera et que la Côte d’Ivoire aura la chance de se retrouver telle qu’en elle-même, souriante, sûre d’elle et confiante en ces tous enfants, ouverte et accueillante pour les autres et en paix avec elle-même et tous ses enfants et habitants ! Arrêtons de nous faire peur et de nous effrayer, d’inspirer le désespoir et le désarroi inutiles de certains de ces enfants parmi les plus méritants!
Aboubacar Fofana,
Politologue ivoirien vivant aux Etats-unis
——————————————————————————
La libération du Président Gbagbo exigée
Dieu permet que le malheur arrive au juste mais il l’en délivre toujours déclare la parole de Dieu. En ces moments difficiles que traverse le peuple de Côte d’Ivoire, je voudrais partager avec tous ceux qui habitent ce pays sans aucune distinction cette foi inébranlable que j’ai en l’Éternel des armées.
Depuis le 11 avril 2011, Dieu a confirmé son choix en la personne de Laurent Gbagbo comme celui qu’il a choisi pour présider aux destinées de cette nation. Laurent Gbagbo est le choix de Dieu etAlassane Ouattara est ce qu’il a permis pour faire triompher sa gloire. Cette arrestation humiliante et violente de son serviteur ce jour n’était rien d’autre que l’accomplissement de sa parole qui dit que le vrai berger est celui qui donne sa vie pour ses brebis. Alors qu’il avait reçu des propositions alléchantes pour vivre un asile doré dans un autre pays, il a choisi de donner sa vie afin que son peuple ait la vie.
Ivoirien, Ivoirienne, les vainqueurs d’aujourd’hui sont dans un triomphalisme accompagné de meurtres, d’exactions et d’humiliations, sèche tes larmes, domine ta douleur, fléchis genoux devant celui qui a crée les cieux et la terre et confie lui le sort de ta nation. Fais monter vers lui tes pleurs et tes lamentations.
C’est en ce moment là qu’il enverra un Moïse vers toi afin de te faire traverser la mer rouge malgré les six cents chars de Pharaon à ta trousse. Comme Job, tu auras le double de ce que tu as perdu. Crois tu que l’apparition de tous ces signes pendant la bataille d’Abidjan est en vain.
L’ennemi sait que le combat est spirituel alors, il veut briser ta foi afin que tu renonces à la prière. Dans cette période de douleur et de peine où les esclaves sont a chevaux et les Princes à pieds, que la vengeance ne soit point ton partage. Côte d’Ivoire, ton Dieu avec qui tu as fait alliance guérira ton infirmité et tu marcheras.
C’est la réputation de Goliath qui a révélé David à tout Israël. Ivoiriennes, Ivoiriens demandons pardon pour notre pays et pour chacun de nous. Nous avons à un moment donné directement ou indirectement péché en utilisant les richesses et les enfants de ce pays pour semer la mort et la désolation au Libéria, en Sierra Leone, au Nigéria (biafra), en Angola (soutien à la rébellion de Savimbi), au Burkina Faso (assassinat de Thomas Sankara) et en Afrique du Sud à travers notre soutien au système de l’apartheid pour servir les mêmes qui nous attaquent aujourd’hui. Le Président Laurent Gbagbo, panafricaniste, a engagé le combat contre tous ces enfants d’Afrique qui servent les causes qui détruisent notre continent.
Il l’a démontré en retirant le soutien de notre pays à la rébellion Angolaise, en apportant son parrainage dans le règlement pacifique du contentieux électoral entre Georges Weah et la Présidente Sir Ellen Johnson et il a reçu au nom de l’Afrique digne l’équipe nationale du Ghana pour leur dire merci pour notre continent.
Il demande tout simplement que l’Afrique soit respectée et que sa part dans le partage de ses propres richesses soit augmentée. Prions tous pour la Libération du Président Laurent Gbagbo et de tous les prisonniers politiques du vivre ensemble. Côte d’Ivoire, la montagne que tu peines à gravir en ce moment, est cette même montagne qui va te révéler au monde entier. Nul ne parlera dans ce monde de lutte d’émancipation sans se référer à ton juste combat. Ton miracle aux yeux des hommes est a portée de main. N’écoute plus les bruits des chars de Pharaon mais regarde plutôt à ton Dieu qui marche sereinement et victorieusement devant toi. Il est plus près de toi que tes vêtements que tu portes.
Le temps n’est plus à la peur et à la crainte mais plutôt à la manifestation d’une foi audacieuse en celui qui a pour armée la terre, les eaux, la tempête, la foudre, l’éclaire, le tonnerre, le tremblement de terre, les Hommes et j’en passe. Il y a eu résurrection parce que Judas a existé. Que ceux qui ont des oreilles entendent l’avertissement du très haut comme au temps de noé. Dieu bénisse la Côte d’Ivoire, l’Afrique et tous leurs Enfants.
Bamba Mamadou
Président du «Cri de la Liberté»
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.