Le gouvernement d’Alassane Ouattara a inculpé 118 personnalités de l’ancien régime, Laurent et Simone Gbagbo inclus, mais strictement personne dans son propre camp. Pourtant, le massacre de Duékoué, perpétré le 29 mars par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) pro-Ouattara et leurs alliés dozos, des chasseurs traditionnels, représente l’une des plus graves violations des droits de l’homme commises durant les cinq mois de crise post-électorale.

A Duékoué, les survivants ou les familles des victimes «viventencore aujourd’hui dans un camp humanitaire installé à la sortie de laville, et ont trop peur ou sont dans l’impossibilité de rentrer chezeux», dénonce Human Rights Watch (HRW)

Les noms des responsables
Cette organisation américaine de défense des droits de l’homme, dansun rapport publié le 6 octobre et intitulé «Ils les ont tués comme side rien n’était», fait l’inventaire des crimes de guerre et crimescontre l’humanité commis de novembre 2010 à juin 2011. Mâchant letravail de la CPI (Cour pénale internationale), elle désigne aussi descoupables. Douze responsables militaires et politiques sont pointés dudoigt.
Huit de ces hommes appartiennent au camp Gbagbo et quatre au campOuattara. Parmi eux, le capitaine Eddie Médi, actuel commandant desFRCI à Bloléquin, chargé de mener l’offensive de mars de Toulépleu àGuiglo, dans l’ouest du pays. Tout au long de son passage, des civilsguérés ont été tués, des villages incendiés et des femmes violées.Egalement désigné, le commandat Fofana Losséni, alias «Loss», supérieurhiérarchique d’Eddie Médi, responsable des soldats ayant massacré descivils à Duékoué le 29 mars. Quant au commandant Ousmane Coulibaly,alias «Ben Laden», il aurait été responsable d’exactions dès larébellion nordiste de 2002-2003, dans l’ouest du pays.
Selon HRW, il est impliqué dans des actes de torture et des exécutions sommaires dans le secteur Koweit de Yopougon, (…) Lire la suite sur Slate.fr
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.