Publicités
J’AI FAIT LE REVE D’UNE GRANDE COTE D’IVOIRE ET D’UN GRAND PRESIDENT

J’AI FAIT LE REVE D’UNE GRANDE COTE D’IVOIRE ET D’UN GRAND PRESIDENT

Les turpitudes de la vie politique ivoirienne de cette dernière décennie auront réussi le tour de force de nous plonger, nous, Ivoiriens bons vivants pleins d’humour, dans une mélancolie, une torpeur et une léthargie d’après-guerre qui nous consument lentement mais sûrement. Au point de nous donner la nostalgie de ses beaux jours du temps passé où il faisait bon vivre en Côte d’Ivoire (même en temps de crise) et où notre pays faisait l’objet de toutes les envies.

Sortie tout droit d’un cauchemar, la réalité actuelle sur cette belle terre éburnéenne n’incline guère plus à la joie, à la sérénité et à l’espoir d’une cohésion sociale sans hypocrisie. Les sourires et les regards ne sont plus francs, les belles amitiés d’il y a quelques temps se retrouvent empruntées dans leurs nouveaux épanchements ; même les liens familiaux en sont arrivés à se distendre, la jovialité s’est figée dans du plâtre et n’est plus que sa propre ombre et les cœurs, plus que jamais amers. La prise de parole libre et publique devient un exercice d’un péril certain. Chaque mot doit être pesé, chaque pas, mesuré. Pour chaque « dérapage », vous pouvez en répondre de votre vie ou, au meilleur des cas, de votre journal. CNP oblige !
La sécurité ? S’en remettre à la grâce de DIEU. Car ceux dont elle constitue la principale attribution en sont devenus la principale menace. On ne sait par quelle prestidigitation abracadabrantesque. En Côte d’Ivoire, désormais, l’insécurité est, à titre principal, le fait des FRCI, nos bien-aimés « sauveurs ». Peut-on envisager pire tableau ? L’actualité nous renseigne largement sur cette réalité désormais toute ivoirienne. Les tueries de Ziriglo, dans la Sous-préfecture de Taï, menées par les FRCI, en expédition punitive contre une population sans défense et excédée, qui a protesté contre le fait d’être régulièrement l’objet du racket, des injustices, des exactions et de l’insécurité entretenus par les nouveaux occupants de leur village, en est un exemple patent. A titre de parole de consolation et de commisération, le ministre délégué à la défense Paul Koffi Koffi, n’a rien trouvé d’autre à leur dire que ces propos totalement irréels : « Nous enverrons plus de FRCI pour assurer votre sécurité. Ils vont s’installer ici pour longtemps. Que vous le vouliez ou pas, vous êtes obligés de les accepter. Celui qui ne veut pas des FRCI, qu’il change de pays et aille vivre ailleurs ». Paroles d’un ministre de la République ! Rien qui soit plus désolant.
Lourd tribut que le prix que nous payons à la politique, dans ce pays ! Pour aboutir, au final, à une réconciliation à la baïonnette, en marche et cadence militaires.
Mais nous ne nous résignons pas à cette sombre peinture de notre patrie et souhaitons, pour l’heure (seulement pour l’heure), ne pas nous afficher de façon définitive comme ivoiro-dépressif pratiquant. Nous avons, à l’instar du combattant des droits civiques, l’afro-américain Martin Luther King Jr – auteur du célèbre discours « I have a dream » délivré sur les marches du Lincoln Memorial, à Washington D.C, le 28 octobre 1963, dans lequel il manifeste sa volonté et son espoir de connaître une Amérique fraternelle – fait le rêve d’une grande Côte d’Ivoire et – malgré tout – d’un grand président.
Une grande Côte d’Ivoire où l’amour sincère reprenait le dessus sur la haine et la méfiance morbide, où le pardon faisait place à la rancœur et au sentiment de vengeance ; où le militant RHDP et le militant LMP marchaient bras dessus-dessous en s’esclaffant d’un rire bon enfant, se serraient les coudes pour désherber, repeindre, restaurer ensemble toutes les infrastructures et services pillés et incendiés du pays ; où tous les fils et filles du pays, dans un seul et même élan fraternel, balayaient les rues de nos villes au sein d’associations de quartier, sans attendre d’être rémunérés ou de bénéficier d’une quelconque reconnaissance ou distinction sociale ; où les femmes, les hommes et les jeunes réalisaient des ouvrages d’intérêt public, conduisaient des actions de développement communautaire, menaient des opérations de propreté dans nos hôpitaux et maternités, avec à leur tête les hommes de DIEU, les chefs de partis locaux et nos hommes en armes.
J’ai fait un rêve où les Ivoiriens s’étaient vraiment et totalement pardonnés, non pas sur ordre, par communiqué officiel, décret présidentiel ou annonce de presse ; où ils bénissaient et priaient pour ceux qui avaient été leurs ennemis, donnaient à boire et à manger à ceux qui s’étaient révélés être leurs bourreaux, portaient leurs enfants sur leurs épaules et les chérissaient, compatissaient sincèrement à leurs douleurs et détresses. Ne se reconnaissant désormais qu’en un seul et unique peuple. Indivisible et bienheureux. J’ai rêvé d’un peuple qui a fait sa catharsis et qui a été conquis par l’amour.
Oui, j’ai fait un rêve où l’ethnie n’était plus une référence politique ou religieuse mais simplement une information indicative pour les statistiques de l’administration. J’ai fait un rêve où les journaux ivoiriens faisaient vraiment de l’information et avaient cessé d’être les caisses de résonnance des obédiences politiques et les courroies de transmission de la haine ambiante, dans une guerre de chiffonniers dépenaillés.
J’ai fait un rêve où tous les Ivoiriens et les hautes autorités de l’Etat en exil étaient rentrés en chantant, la tige de fleur au coin de la bouche, accueillis et célébrés chez eux par les militants LMP et RHDP de leur quartier, en totale symbiose, même si de ligne politique différente ; où les ex-FDS de retour au pays ont été reçus par un comité d’accueil présidé par les ex-FAFN, à une cérémonie au cours de laquelle ils ont fait la promesse sincère de ne jamais plus offrir aux Ivoiriens ce spectacle désolant d’affrontements et de guerre fratricides.
J’ai fait le rêve de la naissance d’une vraie nation ivoirienne plus que jamais fraternelle, prospère et unie, avec une économie amorçant une émergence fulgurante, le travail pour devise réaffirmé, la droiture et la justice pour socle, la vérité et la crainte de DIEU pour fondement moral et spirituel.
Mais j’ai aussi fait le rêve que cette nouvelle Côte d’Ivoire est née sous l’impulsion d’un grand président, unificateur, rassembleur, magnanime, repentant, modeste, initiateur d’une réconciliation vraie, pas celle des vainqueurs en cours en ce moment, mais celle fondée sur l’amour, le pardon, la compassion et la vérité. Un grand président qui a libéré Laurent Gbagbo, son épouse Simone, son fils Michel et tous ses partisans et collaborateurs croupissant dans les geôles ivoiriennes. Un grand homme d’Etat qui a remis à tous leurs fautes et crimes, y compris ceux humblement reconnues de ses propres affidés, dans une amnistie générale à la sud-africaine. Ce geste majeur de miséricorde l’a grandi encore plus, l’a fait aimer même par ses pires détracteurs et a ramené la consolation, la joie de vivre et le bonheur dans le cœur meurtri de chaque ivoirien.
Ce grand homme a pansé les plaies du peuple, a mis du baume au cœur des affligés, a consolé les veuves et les orphelins de la crise ivoirienne issue de tous les bords et de toutes les conditions par des paroles appropriées et des actes de grande munificence, a rassuré tous ceux que ses actes antérieurs avaient terrifié ou apeuré, qui se sont terrés, qui n’osaient plus se montrer, et a secouru le malheureux et le pauvre, en leur accordant la priorité de toutes ses actions.
Oui, j’ai fait le rêve qu’Alassane Ouattara a su rassembler à nouveau tous les Ivoiriens, leur a redonné la joie de servir leur pays et d’en être ressortissant, a formé un nouveau gouvernement en prenant conseil auprès des présidents Gbagbo et Bédié, dans une union sacrée de salut national pour la Côte d’Ivoire qu’ils jurent tous d’aimer et de chérir. Après avoir, chacun en ce qui le concerne, fait amende honorable auprès du peuple ivoirien déchiré pour le mal qu’il lui a personnellement fait, en reconnaissant sa part objective dans la déflagration nationale. Parce que tout pardon et toute absolution part de la repentance.
Ensuite, dans un brassage ethnique, politique, religieux et régionaliste achevé, ils ont procédé ensemble, sous la signature du chef de l’Etat, à la nomination dans les institutions et services du pays de valeurs sûres dont cette nation regorge en termes de compétence, de qualification et d’excellence. En prenant l’engagement formel et formalisé de veiller à une alternance systématique et tournante à la tête de l’Etat, tous les quinquennats, entres les formations politiques les plus significatives du pays. Toutes choses qui auront eu le mérite incommensurable de solder définitivement 10 années de crise ivoirienne et de taire, ad vitam aeternam, toutes les rancœurs qu’a cristallisées la crise postélectorale.
Merveilleux, ce rêve, non ? Mais malheureusement, ce n’est qu’un rêve. Certainement, totalement fou. Pourra-t-il malgré tout, un de ces prochains matins, devenir réalité et faire émerger cette nouvelle nation que nous appelons de tous nos vœux ? Fasse le Créateur que cette prière soit entendue en haut ! Comme disent les anglophones : « Dream can come true » ! A moins qu’à défaut d’accéder à la grandeur, nous ne nous satisfassions tous de notre triste petitesse et de nos médiocrités individuelles.
Que DIEU bénisse la Côte d’Ivoire !
DINDE Fernand AGBO
In le quotidien ivoirien « Le Nouveau Courrier » N° 329 du jeudi 29 septembre 2011.
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :