Pour avoir été un moment ou un autre proche du Président Laurent Gbagbo, certains agents de la Sotra sont traqués et chassés de l’entreprise. Les plus chanceux y demeurent, mais sont mis à l’écart dans les instances de décisions. Ou simplement, réduits au silence. Comme c’est le cas actuellement avec M. Yapi Armand, Secrétaire général de la SOTRA.

Getty Images

Selon des sources introduites, ce dernier ayant assumé l’intérim de l’ex-Dg, Attey Philippe et confirmé par la suite au poste de Directeur Général de la Sotra dans les derniers instants du régime de Laurent Gbagbo, n’est plus associé aux grandes décisions qui engagent la vie de l’entreprise. De nombreux cadres vivent également au quotidien, des moments difficiles.

Cette situation invivable est durement ressentie par beaucoup d’employés qui, pour éviter des atteintes à leur intégrité physique, ont dû d’eux–mêmes, rendre leur démission. Dans une atmosphère de suspicion généralisée, de nombreux employés-chauffeurs de direction ont été remerciés et remplacés par des manœuvres, a-t-on appris auprès de certains contacts.
«Travailler à la Sotra aujourd’hui, ne procure aucun plaisir tant l’environnement est délétère. Et les suspicions généralisées», affirme médusé, l’un d’eux. Un autre plus agacé, comprend difficilement la vague opération de licenciement des agents qui- ayant demandé une mise en disponibilité, ont fait partie de l’équipe du cabinet de Attey Philippe, nommé par ailleurs, Ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé.
«Le Directeur des ressources humaines, le Directeur de l’information et d’autres cadres qui ont suivi le Dg Attey au ministère, ont été renvoyés au motif qu’ils ont abandonné leurs postes pour se retrouver dans un ministère illégitime. Je suis sidéré d’entendre de tels raisonnements de la part de ceux qui dirigent l’entreprise. De quels instruments se prévalent-ils pour juger de l’illégitimité du Ministère occupé par M. Attey? Ils ont transposé leur vision politique à la Sotra. C’est aberrant ! ». Visiblement excédé par les mesures d’injustices qui ont cours au sein de cette entreprise, autrefois fierté nationale, notre contact révèle que récemment, trois employés à la Daaf, ont été ‘’virés’’. «Il ont été renvoyés pour avoir ordonné le remboursement des frais médicaux de l’ancien Dg. Ces remboursements étaient tout à fait normaux puisque l’ex- Dg, avant d’être nommé ministre, était toujours prélevé au niveau de l’Assurance maladie. La Direction générale ne l’a pas vu d’un bon œil, elle a donc donné l’ordre d’établir des lettres de licenciement de ces agents », a-t-il fait savoir.
Source: Kouakou Atta – Le Quotidien
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.