Camp de  réfugiés au Ghana
La présence d’exilés ivoiriens au Ghana n’est pas n’est pas faite pour rassurer le camp Ouattara. Il ne se passe plus de jour sans que les nouveaux dirigeants, par personnes interposées, n’accusent le voisin ghanéen de soutenir des projets de déstabilisation de la Côte d’Ivoire. Le prétexte est ainsi trouvé pour préparer les esprits à la chasse aux Ghanéens.
Les relations entre le Ghana et la Côte d’Ivoire, au-delà des apparences, ne sont pas au beau fixe. Du fait de la frilosité des sous-fifres du régime Ouattara, qui reprochent aux autorités ghanéennes, particulièrement le président John Atta Mills, de laisser libres de tout mouvement les partisans du président Gbagbo qui ont trouvé l’asile dans son pays. Ce qui a manifestement jeté le trouble dans l’esprit des tenants du pouvoir, c’est la récente réunion du Fpi à Accra appréhendée comme une action subversive. La situation est d’autant plus préoccupante que, si l’on n’y prend garde, des ressortissants ghanéens que les accusations répétées exposent à la vindicte populaire pourraient être expulsés de la Côte d’Ivoire, à en croire le professeur Vacaba Touré, vice-président du Pdci-Rda, qui se lâche sans retenue.
«Plus de 100 mille compatriotes d’Atta Mills vivent en Côte d’Ivoire et entretiennent d’excellents rapports avec leurs frères ivoiriens. (…) On a encore en mémoire les énormes difficultés du gouvernement ghanéen lorsque seulement 10 mille ressortissants sont retournés dans leur pays, fuyant la guerre en Côte d’Ivoire.

Qu’en serait-il avec 4 à 5 fois plus de candidats au retour du pays ?», menace le membre du bureau politique du Pdci-Rda qui ne cache pas ses appréhensions. Pour lui, la récente rencontre du parti de Laurent Gbagbo à Accra «a consacré la ligne dure du Fpi, celle des extrémistes, des jusqu’au-boutistes, des faucons du parti, de ceux qui veulent brûler la Côte d’Ivoire». Un chantage honteux et une dérive – d’un Houphouetiste pyromane – qui pourraient avoir des conséquences incommensurables si les relations entre les deux pays venaient à se dégrader effectivement. Le message est bien passé auprès des militants du Rhdp.
Légèreretés et affirmations gratuites irresponsables
Par ailleurs, il faut s’étonner de la légèreté avec laquelle le Pr. Vakaba diffame le président ghanéen John Atta Mills qui, révèle-t-il, serait en deal avec le président Gbagbo. De l’avis du proche collaborateur de Bédié, le Ghana manoeuvre pour empêcher la fin définitive de la crise ivoirienne qui profiterait énormément à son pays. A travers non seulement le trafic illicite du cacao ivoirien, mais aussi des accords secrets au sujet de la dette due à la Côte d’Ivoire au titre de la fourniture d’électricité qui aurait été purement et simplement effacé.
De pures affabulations que ‘‘l’éminent’’ professeur aurait pu éviter s’il avait pris le soin de s’adresser au ministère du Pétrole, des Mines et de l’Energie, pour savoir la vérité sur la question. Concernant le trafic du cacao, on se demande pourquoi depuis 2002 que la filière burkinabé s’est mise en place, le vice-président du Pdci n’a jamais bronché. Aujourd’hui encore, le cacao continue pourtant de fuir vers le Burkina sans que cela ne le dérange. Quand il prête à John Atta Mills d’avoir aidé le président Gbagbo à violer l’embargo sur les armes, l’on comprend aisément que son intention c’est de l’exposer, et le livrer au réseau des chefs d’Etat occidentaux anti-Gbagbo, notamment Nicolas Sarkozy et Barack Obama, qui cherchent une autre destination où envoyer leurs hommes après la Libye de Kadhafi.
Sans un début de preuve, le professeur Vakaba prête aux exilés d’avoir, au cours de la rencontre d’Accra, travaillé à «la mise sur pied d’un gouvernement ivoirien en exil». Un crime de lèse-majesté. Il n’en fallait pas plus donc pour qu’il voie derrière les pro-Gbagbo, «ces hommes qui ne cachent pas leur intention de combattre jusqu’au bout le nouveau régime en place» la main du président ghanéen dont «les intentions affirmées» trancheraient avec «la réalité». Sur la base de ces allégations sans fondement, le professeur Touré Vakaba, l’houphouétiste en mission commandée, ira de toutes les dérives. D’un, il adresse des menaces au chef de l’Etat du Ghana à qui il fait injonction de museler les pro-Gbagbo et de les jeter en prison, comme le fait Ouattara en Côte d’Ivoire, à défaut de les expulser à destination de leur pays d’origine. En un mot, de les livrer au régime Ouattara qui a déjà lancé des mandats d’arrêt et commissions rogatoires contre la plupart d’entre eux.
Emmanuel Akani
Source: Le Nouveau Courrier
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.