L’aventure ambiguë du mollah de la Maison blanche Barack Obama, de l’Émir du 10 Downing street David Cameron et de l’Imam de la mosquée de l’Elysée Nicolas Sarkozy, semble bénéficier aux femmes Libyennes. Leur action a été de redorer, au nom d’Allah, le blason de l’Islam radical que lui même n’a jamais prôné. 

Il y avait tout d’abord le mensonge selon lequel Mouammar Kadhafi, le leader libyen, « voulait » protéger les populations civiles. Or la réalité révèle qu’il voulait les massacrer. Hélas pour lui, l’OTAN est allé au-delà de ses espérance, en massacrant à ce jour, plus de 60 000 civils. Excusez du peu. Je sais, je vous perd un peu. C’est volontaire.
Avec la déclaration du chef islamiste et des renégats de Benghazi -vous noterez que nous le disons, ici, depuis des lustres-, selon laquelle, la loi islamique prime sur tout: « Nous devons instaurer un Etat de droit et de prospérité dans lequel la charia est la principale source réglementaire ». Il a rajouté: « Nous n’accepterons aucune idéologie extrémiste de droite ou de gauche. Nous sommes un peuple musulman, à l’islam modéré et nous allons rester sur cette voie ».
Quand on sait, un tant soi peu ce que veut dire charia, c’est à dire le droit musulman, on va bien rigoler avec les donneurs de leçons qui ont voulu, encore une fois, transposer la démocratie. La Libye, un pays tribal et musulman, le CNT qui a en son sein de nombreux islamistes, ne peut que passer par là pour s’imposer. Ainsi, puisque la charia englobe les sévices corporels, les amputations en cas de vol, la lapidation, sans oublier la peine de mort, l’ONU, ce machin, s’inquiète.
Le CNT n’a en son sein qu’une seule femme, universitaire issue de Benghazi. Le calvaire des femmes va commencer, entre voile, burqa et tutti quanti. Ah, on se souvient de la fameuse affaire Sakineh, utilisée par Botul pour chercher à déstabiliser le régime iranien.
Longue vie au Mollah Obama, à l’Émir Cameron, et à l’Iman Sarkozy !
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.