La Chronique de Hassane Magued
La Révolution Permanente N°0082/09/11

Ce n’est qu’une question de temps. Compaoré le sait. Les dignes fils de la Côte d’Ivoire le savent. Il y aura une explication d’homme à homme entre ces deux pays. Et la Côte d’Ivoire libre et restaurée entend s’en donner les moyens. La raison, la voici.

L’ingratitude du Burkina Faso

Jamais de mémoire d’homme, une ingratitude comme celle du Burkina Faso envers la Côte d’Ivoire n’a existé. Ce pays ne vit que grâce à la Côte d’Ivoire qui lui offre gracieusement ses Ports dont celui d’Abidjan qui reste un Port gros porteurs avec des infrastructures ultramodernes. Les marchandises en partance pour Ouagadougou passent en franchise douanière dans les deux Ports ivoiriens.

Pour avoir travaillé dans les plantations d’Houphouët, tous les Burkinabés du gros village de Garango dans le département de Bouaflé ont été naturalisés.

La Côte d’Ivoire accueille sur son sol, plus de 3 millions de Burkinabés dont plus de 90% ont été accueillis dans les régions de l’Ouest de la Côte d’Ivoire dont les originaires (Bétés, Guérés, Gouros, Didas, etc.) leur ont offert parfois contre une bouteille symbolique de boisson alcoolisée, des superficies variant entre 10 et 50 hectares de terrains pour cultiver qui du cacaoyer, qui du caféier.

Dans le cadre de l’UEMOA, la Côte d’Ivoire autorise le transfert de fonds vers le Burkina Faso sans aucune restriction.

La diaspora burkinabée en Côte d’Ivoire représente à n’en point douter, plus de 60% de la force économique de ce pays.

Et c’est ce Burkina Faso, à qui la Côte d’Ivoire aura tout donné, qui a organisé la razzia de ce beau pays dont tous ses ressortissants rêvent d’en détenir la Nationalité.

Pour rappel, et selon les dires d’Ibrahim Coulibaly alias IB avant sa mort, c’est le “grand frère Blaise”, qui a logé, nourri, fait former et armer la rébellion qui a endeuillé et continue d’endeuiller la Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, il compte environ 5 000 soldats déguisés en militaires de l’ONUCI, de la Garde Républicaine et de la CRS (Compagnie Républicaine de Sécurité) de Côte d’Ivoire, pour assurer la sécurité du frère burkinabé Dramane Ouattara.

Mieux, avec la complicité de Burkinabés d’origine, naturalisés ou se faisant passer pour des Ivoiriens et dirigeant la rébellion ivoirienne de 2002 à ce jour, j’ai nommé les sieurs Dramane Ouattara et Zakaria Koné, le Burkina Faso, devant le silence coupable de ses commanditaires blancs, est devenu au plan international, Exportateur de Café et de Cacao grâce au trafic illicite organisé vers ce pays par les ressortissants burkinabés cultivant ces produits en Côte d’Ivoire et utilisant les canaux illicites créés par Zakaria et son patron Ouattara.

Mais un affront, ça se lave

Je ne connais ni le jour, ni l’année, mais j’ai une certitude : il y aura une explication d’homme à homme entre ce pays désormais ennemi et la Côte d’Ivoire. Quand ce moment viendra, que personne ne parle de xénophobie. Car ce n’est point de cela qu’il s’agira. Tout simplement, il s’agira de laver un affront et de demander réparation du tort fait à la paisible Côte d’Ivoire, agressée sauvagement par un petit pays traité en ami mais qui a délibérément décidé sur demande de la France, d’organiser la déstabilisation et le pillage de la Côte d’Ivoire son bienfaiteur.

Pour l’histoire, je tiens à insister qu’il ne s’agira pas de xénophobie. Mais d’une explication d’homme à homme, entre deux pays devenus ennemis par suite d’agressions perpétrées par l’un contre l’autre.

Jamais une aiguille sortie de la Côte d’Ivoire lors de l’agression burkinabée de 2002 à ce jour, ne sera laissée dans ce pays. Tous les biens volés et gardés dans ce pays qui est devenu le plus gros receleur de biens volés en Côte d’Ivoire seront répertoriés, ramenés ou détruits.

Ce n’est qu’une question de temps. Qui vivra verra !

A très bientôt.

Hassane Magued

Source : cotedivoire
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.