Publicités
Radiodiffusion télévision ivoirienne (Rti) : Aïcha Koné censurée

Radiodiffusion télévision ivoirienne (Rti) : Aïcha Koné censurée


© Abidjan.net par Prisca
Musique – La 3e édition du Festival des musiques urbaines d`Anoumabo (Femua), a fermé ses portes
Abidjan, Marcory. Du 4 au 6 juin 2010, des milliers de mélomanes ont vibré au son des mélodies à la faveur du FEMUA organisé par le groupe “Magic System”. Photo: Aïcha Koné

Elle est encore sous le choc. Aicha Koné vient d’apprendre que le clip-vidéo de son nouveau single intitulé « Kotchilo wé démin » proposé à la direction de RTI-Music pour diffusion, il y a une dizaine de jours, ne sera jamais diffusé. Ainsi en a décidé, selon nos sources, la Maison bleue, à Cocody. « Son élément a été jugé irrecevable par les patrons. Ce n’est pas parce qu’il n’est pas bon mais ils disent qu’ils n’en veulent pas. Et comme, elle ne peut plus espérer, dites-lui, de ne pas se fatiguer ; qu’elle vienne récupérer l’argent qu’elle avait fourni pour la diffusion. C’est comme ça », confient-elles. L’artiste trouve cela bouleversant. Tout comme l’existence d’une machine de censure à la Rti sous le nouveau régime ivoirien. Et pourtant, dans ce titre enregistré en Guinée où elle a trouvé refuge, fuyant les menaces que les forces pro-Ouattara faisaient peser sur elle à Abidjan, au lendemain du renversement du Président Laurent Gbagbo, la diva de la musique ivoirienne ne voile rien. Aïcha Koné implore, en effet, Dieu, en sénoufo (sa langue maternelle) et en français, afin qu’il aide la Côte d’Ivoire à tourner définitivement la page de la guerre à travers la Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr) qui exhorte chaque Ivoirien à jouer sapartition, si l’on s’en tient à ce que ce projet tant cher (hum) au nouveau régime soit une réussite pour la paix et la cohésion sociale dans le pays.

Alors, que reproche-t-on dans ce contexte à Aïcha Koné ? D’avoir mis son patriotisme au service de Laurent Gbagbo qu’elle soutient en toute sagesse, ce que ne font guère pour Alassane Ouattara, les Affou Kéïta, N’Guess Bonsens et autres qui y vont en pièces jointes depuis la période de campagne de la présidentielle ivoirienne ? Certes la raison n’est pas officielle, parce que personne n’osera l’évoquer clairement, même sur cette chaine qui a vu naître la chanteuse et qu’elle a aidé à grandir à son tour. Mais elle est toute trouvée. Il faut museler tous les leaders d’opinion qui ont des liens avec Laurent Gbagbo. Encore que là, il ne s’agit pas d’un meeting de Séplou ou du « Général » Blé Goudé auquel la diva de la musique ivoirienne veut prêter sa voix. Il faut plutôt y voir une simple tentative d’élan de patriotisme pour sauver la dignité de la Côte d’Ivoire. Oui, peut-on lui reprocher de se targuer d’avoir une dignité pour une démocratie dont  Barack Obama a fait hélas rêver toute la race noire- et  dont Nicolas Sarkozy  et son cocorico dérangeant sont en train de construire en Côte d’Ivoire et  dans l’ouest, dans Abidjan et dans les prisons du Nord.

Allons-y comprendre ce qui se prépare déjà dans cette télévision, loin de donner, à travers l’exclusion des pro-Gbagbo, tous les signaux d’un appareil étatique à leurs services. Que sont-ils devenus les donneurs volubiles de leçons d’hier qui faisaient croire que la télévision ivoirienne était devenue un instrument de propagande de Gbagbo ? Qu’en font-ils aujourd’hui, pour qui le font-ils et avec quoi le font-ils.

La critique est facile. C’est à l’épreuve de la réalité qu’il faut apprécier la vérité  et comprendre les limites d’une idéologie et ses contradictions: ou l’oppression et les exécutions sommaires sont devenus les poisons d’un four crématoire.

Schadé Adédé
schadeci@yahoo.fr

Source :news.abidjan

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :