Publicités
Immigrés ivoiriens à Tripoli: "Les rebelles entrent dans nos maisons pour saccager tout et nous battre"

Immigrés ivoiriens à Tripoli: "Les rebelles entrent dans nos maisons pour saccager tout et nous battre"

Lorsque les rebelles voir un homme noir, ils attaquent et l’insulte

 les immigrés africains Sub-sahariens vivant dans la capitale libyenne souffrent grandement de l’arrivée des rebelles.Un immigrant de la Côte d’Ivoire a déclaré que les rebelles attaquent chaque personne de race noire qu’ils rencontrent, parce qu’ils pensent qu’ils sont des “mercenaires” travaillant pour Kadhafi.

Depuis le début du conflit libyen, il ya eu des rapports de violence contre les noirs immigrés africains en Libye, mais leur situation est devenue critique depuis que les forces rebelles ont envahi Tripoli. L’UNHRC, agence pour les réfugiés de l’ONU, a exprimé sa préoccupation sur les menaces et les violences physiques dont les immigrés africains sont désormais régulièrement la cible. Comme les  rebelles passent au peigne fin la capitale à la recherche de partisans de Kadhafi, les Africains noirs sont devenus de plus en plus vulnérables en raison de leur visibilité.
“Quand ils voient un homme noir, ils l’attaquent”
Sakia (un  nom d’emprunt) est un cadre , citoyen ivoirien à Tripoli. Il est venu en Libye il ya trois ans et a travaillé dans une usine de soude où il a gagné de l’argent à envoyer à la maison familiale.
«Depuis l’entrée des rebelles dans Tripoli, je me suis barricadé chez moi avec deux autres amis africains”, at-il dit. “Un ami est originaire du Ghana, l’autre du Togo Dans mon quartier il ya des Guinéens, des Maliens, Libériens et Nigérians:. Tous sont cachés dans leurs maisons et ne sortiront pas Nos ambassades ne réponde pas  au téléphone, et nous ne savons que faire, ni vers qui nous tourner pour obtenir de l’aide.
Dans  les quatre derniers jours, nous sommes seulement allé dehors brièvement pour aller chercher de la nourriture. Il ya des barrages routiers partout, avec des jeunes armés postés à chaque coin de rue. Dans l’après-midi cela se calme, si la situation semble moins risquée, alors  nous allons essayer d’aller acheter de la nourriture et revenaont en courant à la maison. Il est extrêmement dangereux pour nous Africains de rester dehors trop longtemps, à cause de notre couleur de peau. Lorsque les rebelles vodepuisye un homme noir, ils l’ attaquent et  l’insultent. Le frère d’un de mes amis a été emmené dans un pick-up il ya quelques jours et n’a pas été revu depuis. Ils pensent que nous sommes des “mercenaires”. “
«Ils entrent dans nos maisons pour tout saccager et nous battre”
“Je ne suis pas sorti depuis trois jours, et nous n’avons que cinq biscuits à partager entre nous trois. Il n’ya plus d’eau courante. Heureusement, certains voisins nous ont apporté de l’eau d’un puit proche. Ils sont libyens, mais ils sont un couple âgé, et je suis sûr qu’ils ne vont pas nous trahir En fait, ils nous ont avertis de ne pas aller à l’extérieur et de ne pas ouvrir la porte si quelqu’un  frappe. Certains de mes amis sénégalais m’ont dit qu’il y a quelques jours des inconnus ont frappés à leur porte et ont  demandés à entrer, ils recherchaient soit disant des armes. A la fin, ils ont battus mes amis et saccagé leur appartement. Nous ne savons pas si ces hommes sont des rebelles ou des voyous. Ils portent tous des armes et portent les couleurs des rebelles. “
«Quand« Mister »aura disparu, vous verrez, nous allons tous vous tuer”
«Depuis le début du conflit, nous les Africains de l’Ouest nous avons étés victimes d’attaques physiques et verbales.J’ai été physiquement agressé par trois jeunes Libyens lorsque je travaillais encore à l’usine, certains de mes collègues me disaient:.. ‘Quand «Mister»  [ faisant référence à Kadhafi] aura disparu, vous verrez, nous allons tous vous tuer ». Alors, naturellement, quand les rebelles se rapprochaient de Tripoli, nous étions terrifiés. Nous avons déchiré nos cartes d’identité et nos photos de famille afin que l’on ne puisse remonter à nos pays d’origines. Avant l’arrivée des rebelles, des diplomates africains nous ont assurés qu’ils négociaient avec les représentants de nos  gouvernements afin  de nous évacuer. Mais les discussions ont dus s’effondrer “
“J’ai entendu dire que le bateau de l’Organisation internationale pour les migrations est venu à Tripoli pour évacuer les étrangers. Mais traverser Tripoli pour nous rendre au port est inimaginable pour nous aujourd’hui. Nous n’arriverions jamais vivant. Nous aurions besoin de l’aide d’une ONG pour traverser la ville en bus avec un  haut-parleurs pour faire connaître leur présence. “
Source : mathaba
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :