* Aminata Dramane Traoré

« Ce qui se passe en Libye est un grand moment d’humiliation pour l’Afrique »
Quelles sont vos impressions par rapport à ce qui se passe en Libye ?
Je constate une ingérence de plus en plus décomplexée des puissances occidentales dans ce qu’ils appellent la démocratisation dans les pays de la périphérie dominée. Jusqu’ici, il y allait de manière beaucoup plus sournoise. En Libye, l’armée la plus puissante du monde s’attaque à un pays au nom de la démocratie pour mieux masquer sa convoitise des ressources nécessaires pour son fonctionnement. La décrédibilisation de la démocratie est en cours que ce soit en Côte d’Ivoire ou en Libye. Nicolas Sarkozy a voulu en découdre avec Kadhafi, à qui il a déroulé le tapis rouge. C’est comme si Sarkozy voulait dire à Kadhafi, si tu n’achète pas mes rafales, je vais les utiliser pour t’exterminer. Quelle leçon de démocratie les tenants de ce système ont donné ? Est-ce que les peuples européens sont plus satisfaits de leurs dirigeants que les arabes et les africains ? Le monde occidental est confronté à la question de la relance de son économie. Il ne peut s’en sortir que par des guerres de convoitises des richesses des pays du tiers monde. Ils veulent imposer à l’humanité toute entière leur démocratie libérale qui n’a cure des peuples. Ils prétendent vouloir faire tomber toutes les dictatures, alors qu’il n’y a pas pire dictature que leur système. Ce qui se passe en Libye est un grand moment d’humiliation pour l’Afrique. J’y vois moins la main du CNT que celle des puissances occidentales à travers l’OTAN. Si la démocratie existe, elle est introuvable pour les peuples dominés.
Quelles seront les conséquences pour le Mali ?
Le Mali va devoir gérer les conséquences de l’implosion de la Libye sur le plan de la contribution de ses migrants dans le développement du pays. A mon sens, cela est plus important que l’aide de la Libye au Mali qui n’est pas redistribuée. Avec cette crise, le Mali est aujourd’hui pris en sandwich entre la Côte d’Ivoire et la Libye. Le pays est aujourd’hui victime de la prolifération des armes. Cela va certainement alimenter des réseaux dangereux. Par ailleurs, il faut craindre la confusion entre les migrants et les mercenaires qui risquent d’être très fatale pour nos ressortissants.
* Hamadoun Traoré, Secrétaire général de la coordination de l’Association des élèves et étudiants du Mali (Aeem)
Je pense que l’Organisation du traité de l’atlantique nord (Otan) ne devrait pas s’immiscer dans le problème Libyen jusqu’à destituer un chef d’Etat. C’est eux qui parlent de démocratie. Mais ils soutiennent et donnent des armements à des rebelles pour renverser un régime. Est-ce cela la démocratie ? Non, c’est un crime contre l’humanité. Pourquoi ils ne bombardent pas alors la Syrie ? Donc, c’est la politique deux poids deux mesures que la Libye est en train de subir. 
* Abdou Mallé, secrétaire général du Bureau exécutif national du Syndicat national des enseignants du supérieur (BEN- SNESUP)
Le moins que l’on puisse, c’est de demander à Dieu le tout puissant, en ce mois béni de carême, de sauver les populations innocentes dans cette crise. Que Dieu protège l’Afrique et que les Africains ouvrent bien leurs yeux.
* Dr Oumar Mariko
« Se mettre debout contre cette recolonisation de l’Afrique »
Quelles sont vos impressions par rapport à ce qui se passe actuellement en Libye ?
Dr Oumar Mariko : J’ai un sentiment de révolte devant la forfaiture et le mépris avec lequel l’OTAN traite les peuples africains. J’ai un sentiment d’indignation face à l’irresponsabilité des chefs d’Etat africains et face au manque de mobilisation de toutes les gauches à travers le monde. Il est temps de se mettre débout pour mettre fin à cette stratégie de recolonisation de l’Afrique par la France soutenue par la communauté de l’OTAN. Ils ont vaincu la Côte d’Ivoire, ils veulent écraser la Lybie. Ils menacent le Sénégal par la nomination à la tête des forces armées françaises stationnées dans ce pays d’un génocidaire rwandais. Ils constituent une menace pour le Mali. Ils y sont présents sous le prétexte de la lutte contre Al Qaida et la drogue. L’Europe règle ses crises financières sur le dos, dans le sang et les pleurs des peuples africains. Cela est inadmissible, intolérable pour tout panafricaniste.
Quelles seront les conséquences pour le Mali ?
Les conséquences de ce qui se passe en Libye sont multiples pour notre pays. La première conséquence sera l’assassinat de nos ressortissants qui sont en Libye. La deuxième conséquence sera la mise en chômage de milliers de Maliens qui travaillent en Libye. La troisième conséquence possible est la déstabilisation de tout le nord du Mali, avec le développement des forces rétrogrades, antidémocratiques et meurtrières. La quatrième conséquence est la dictée au Mali des hommes qui font l’affaire de la France à travers des élections truquées. 
* Mountaga Dembélé, secrétaire général de l’Atvr : ‘’ Je suis pour les frappes de l’Otan ‘’
Personnellement, je suis pour l’Otan. Kadhafi, selon mes enquêtes, est à la base de la rébellion du Nord-Mali. Il sait que le nord de notre pays n’est pas développé, or, il a des moyens, il a de l’argent. Il a déposé des milliards en Union soviétique, il a ses comptes en Europe, au lieu d’investir en Afrique. Les gens l’apprécient ici, mais c’est mal le connaître. Concernant les impacts sur notre pays, le gouvernement malien n’a jamais fait cas de ça. Il n’y a pas eu d’action de soutien de Kadhafi. Ils sont restés muets. Seule la société civile, certainement des Maliens bénéficiaires des avantages de Kadhaffi ont posé des actes, mais le président Att ne s’est jamais exprimé sur ce sujet. Les pays africains sont divisés. Donc l’Afrique ne saurait s’unir pour soutenir Kadhafi.
* Moriba Kéita, président du groupe parlementaire Rpm : ‘’La voix de Kadhaffi serait irremplaçable en Afrique ‘’
Nous assistons pratiquement à l’effondrement du régime de Mouammar Kadhaffi sous les coups de la rébellion et de l’Otan. Personnellement, cela m’effraie un peu, dans la mesure où ce sont les pays occidentaux qui se sont coalisés pour le faire chuter. Concernant les implications pour le Mali, il faudrait attendre pour voir, au cas où la rébellion s’installerait en Libye et constater la politique entreprise par les rebelles. Si elle ne s’inscrit pas dans une logique africaine, la Libye travaillerait toujours avec le Mali. Par contre si elle ne s ‘inscrit pas dans cette logique, la Libye n’étant pas frontalière de notre pays, le Mali ne bénéficierait pas des relations privilégiées que nous avions avec Kadhaffi. C’est un saut vers l’inconnu, on ne saurait donc pas présager de l’avenir des relations futures. Toutefois, si Kadhaffi disparaissait, l’Afrique va perdre un porte voix dans la construction de l’unité africaine. Il faut reconnaître que Kadhaffi a été le champion de la création de l’union africaine. Il s’est battu corps et âme pour que l’union africaine puisse voir le jour et que l’Afrique puisse se soustraire du joug de la domination étrangère. La voix de Kadhaffi serait irremplaçable, au niveau du continent africain.
* Yaya Haïdara, président du groupe parlementaire Cnid-Fyt : ‘’Complot international ‘’
Les derniers développements en Libye sont tristes, car je vois la souveraineté d’un Etat violé par ceux qui sont censés la respecter, par ceux qui ont toujours clamé défendre la démocratie. Cela ne veut pas dire que je ne comprends pas les désirs de tous les peuples et leur aspiration à la démocratie et la liberté. Mais je fais la différence entre une agression et une révolution. Le cas de la Libye est un complot international contre un Etat souverain. Ce qui m’inquiète, c’est que l’objectif a été simplement d’abattre le régime libyen sans tenir compte des conséquences. Des armes de toutes sortes ont été parachutées de partout, entre les mains de tous, y compris les malfrats. Ça va inévitablement avoir des répercussions dans la stabilité de notre pays que nous contrôlons difficilement. Au niveau continental, cela doit donner une leçon à l’Afrique qui n’a pas parlé d’une seule voix pour condamner fermement et avec les mots qu’il faut, cette agression. L‘Afrique doit se ressaisir. Nous avons certes besoin de l’occident pour nos projets de développement, mais nous n’avons pas le droit de capituler face à l’injustice.
* Issac Sow, Secrétaire général de la SEMOS.
Ce qui m’a énervé dans le problème de la Lybie, c’est le fait que tous ces présidents européens qui sont en train de combattre Kadhafi, tous savaient qui était Kadhafi. Ils ont tous reçu Kadhafi chez eux avec tous les honneurs, avec rang d’un président de la république. A mes yeux, c’est inadmissible que ces présidents combattent Kadhafi soit disant qu’il est terroriste. Pour moi, on veut noyer le poisson dans l’eau en disant que Kadhafi veut exterminer le peuple de Benghazi. Si on se réfère aux mouvements populaires (Mali, Egypte, Tunisie), aucun de ses mouvements n’a pris l’arme contre l’Etat. Tous ces mouvements ont renversé sans recourir aux armes. Je pense que Sarkozy veut soigner son image. Je déplore le silence de tous les chefs d’Etats Africains par rapport à tout ce que Kadhafi a fait pour l’Afrique.
* Ibrahim Touré : membre du bureau exécutif de l’UNTM.
Je ne parle pas en tant que membre du bureau exécutif de l’UNTM. Personnellement, je pense que c’est le peuple libyen qui sera le premier à regretter le départ de Kadhafi. Concernant les conséquences, elles sont lourdes pour l’Afrique. Peut-on encore trouver un autre mécène pouvant agir pour l’Afrique comme Kadhafi ? Mais, en tant que régime politique, je n’ai jamais été d’accord avec sa façon de diriger. Il faut rappeler qu’il est lui-même venu par les armes. Et, un adage dit que quiconque règne par les armes périra par les armes.
Amadou Oumar Diaw : ex-secrétaire général du PMU-Mali.
Je suis ulcéré. Je ne comprends pas le comportement de l’Union Africaine. Chaque chef d’Etat doit se sentir interpelé. Nous n’avons plus de chefs d’Etat de la trempe de Nelson Mandela, Jerry John Rawlings, Alpha Omar Konaré. Si ceux-ci étaient là, nous n’allions pas être à ce niveau. Ils allaient s’opposer à toute intervention depuis le départ. Pour moi, Kadhafi n’a pas tué comme ce qui se fait en Syrie. Selon les informations, tout ce que Kadhafi a fait pour le Mali en termes de réalisations (100.000 ha à l’office du Niger) risquera d’être des pertes, car ces financements ne sont pas encore terminés. Tous les maliens n’oublieront jamais que c’est Kadhafi qui nous a donné la télévision quand la France ne faisait que nous tourner en rond. Toute l’Afrique sentira un jour ou l’autre le départ de Kadhafi.
* Boubacar Cissé, vendeur de chaussures au grand marché
Kadhafi est un panafricaniste avec des idées qui dérangeaient les occidentaux. Ils veulent sa tête pour se partager les richesses de la Libye. Pourquoi avoir attendu tout ce temps pour faire partir Kadhafi ? Ils en veulent à l’Afrique, Kadhafi est porteur de beaucoup de projets africains. Qu’est ce qu’il n’a pas fait pour le mali ? Il nous a beaucoup aidés.
* Abdoulaye Camara commerçant au grand marché de Bamako
Le tort de Kadhafi est d’être un leader qui avait une vision pour l’Afrique. Il aidait les pays pauvres (Mali, Burkina Faso, Sénégal, Tchad…) sans contrepartie. Il a construit des mosquées un peu partout au mali, il a beaucoup investit pour le développement et l’union des pays d’Afrique. C`est malheureux pour l`Afrique de se voire encore victime des jeux des occidentaux assister par certains chef d`états africains et les traitres libyens. Tout ça parce que cet homme voulait une Afrique unie et solide. Et maintenant les occidentaux vont exiger d’être remercier en retour et exiger leur part de la reconstruction de la Libye et en pétrole.
*A.K cadre dans une banque libyenne du Mali 
C’est la fin du régime. L’issue est inéluctable mais vu que le problème est interne, je ne vois pas la nécessité de l’implication de l’Otan. Ils n’agissent que par intérêt face aux Africains qui sont restés inertes, chose qui démontre l’inutilité de l’U.A.
La crise libyenne aura de graves impacts sur l’Afrique. Si les nouveaux dirigeants libyens ne concrétisent pas la politique africaine de Kadhafi, cela aura des conséquences fâcheuses sur certains pays, vu l’état des investissements libyens dans ces pays et les projets mis en œuvre entre la Libye et ces pays tomberont à l’eau.
* Malick Traoré : Imam de la mosquée de Banconi
Tout le monde regarde Kadhafi isolé par les mécréants occidentaux et non les rebelles libyens : chacun a son tour. Kadhafi est le seul tyran africain qui honore la religion musulmane. Même si Kadhafi meurt, son esprit renaitra et je le suis. L’union africaine est nulle. Un grand baobab meurt un autre nait. Obama, Sarkozy, David Cameron, Wade finiront dans un pétrin de l’enfer. La terre ne tolère pas les cruels escrocs. Dieu est avec Kadhafi jusqu’à l’au-delà. 
Yaya M Koné, juriste
La situation en Libye est une situation pitoyable, vu le sang qui coule dans ce pays. Si réellement Kadhafi aime son pays qu’il cède le pouvoir à l’amiable car il y a eu trop de sang versé.
Du point de vue économique, le carburant venant de la Libye serait en hausse. Les émigrés maliens en Libye qui aidaient leurs parents au Mali n’arrivent plus à le faire. Du point de vue sociologique, les marches inutiles des Maliens doivent cesser. Il est temps que Kadhafi cède.
Im faut savoir que Kadhafi voulait en sorte qu’il y ait une Afrique unie ‘’les Etats unis d’Afrique’’. Avec la situation actuelle, cette initiative ne pourrait plus se réaliser par le guide Libyen car c’est sa fin.
Un dossier de la Rédaction
Le Républicain, est seul responsable du contenu de cet article
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.