Alassane Dramane Ouattara se trouve depuis près de deux semaines en France pour, avait-on annoncé, des vacances méritées après quatre mois de présence à la tête de l’Etat ivoirien. Depuis mardi, l’on apprend plutôt qu’il se trouve à Toulon, dans le Var, pour des soins, chez une connaissance qui serait médecin. Dans la même matinée de ce mardi, les Ivoiriens ont appris aussi qu’il s’est rendu à l’hôpital d’instruction des Armées Sainte-Anne pour y subir des examens médicaux. Un de ses proches qui a parlé à la presse française a même dit que son mentor faisait un bilan de santé classique avant de rentrer au pays. Ouattara est donc dans un hôpital français. Le chef de l’Etat ivoirien a les moyens de se soigner là où il veut et quand il veut. Mais pendant qu’il séjourne en terre française et confie sa santé aux médecins français les plus doués, les hôpitaux ivoiriens sont malades, gravement malades du manque de médicaments (voir notre dossier). La conséquence de cet état de fait est que dans ces hôpitaux démunis, de nombreux Ivoiriens meurent chaque jour. 


Il n’y a pas longtemps, on a évoqué l’état de dénuement dans lequel se trouve l’hôpital de Korhogo et combien les populations grognent parce qu’elles ne peuvent pas se soigner. Beaucoup d’entre elles meurent faute de médicaments. Il n’y a pas aussi longtemps, on a évoqué l’arrestation de 3 agents de santé au Chr de Divo, suite au décès d’une femme qui n’a pu être sauvée en couche faute de médicaments. Dans les Chu, Chr et autres établissements sanitaires, les pharmacies sont vides et les médecins, infirmiers et sages-femmes regardent impuissants les malades mourir. 
Par manque de médicaments, les cas urgents de rupture utérine, G.E.U, occlusion intestinale, péritonite, convulsions, souffrance cérébrale néonatale et autres sont évacués vers les cliniques privées. Combien d’Ivoiriens sont en mesure de se soigner dans les cliniques ? Or, pendant sa campagne présidentielle, Alassane Ouattara avait annoncé la gratuité des soins des populations. Depuis qu’il est parvenu au pouvoir par le coup d’Etat de la France, Ouattara n’a pas encore fourni les hôpitaux en médicaments pour un démarrage de sa politique de gratuité de soins. Le gouvernement oblige le corps médical à faire des consultations gratuites, mais les consultations gratuites ne sont pas les soins gratuits. Les soins gratuits demandent la disponibilité des médicaments. Ce qui fait cruellement défaut. Et les populations meurent. Pendant ce temps, Alassane Dramane Ouattara qui s’est proclamé président et a agi en conséquence avant d’avoir prêté serment devant le Conseil constitutionnel, arrête la marche de l’Etat, court en France pour sauver sa vie. On se souvient que beaucoup d’Ivoiriens ont été tués de décembre à avril du fait de l’embargo sur les médicaments qu’il avait appelé de tous ses vœux comme moyen de pression pour arriver au pouvoir. On se souvient aussi qu’en son temps, quand Laurent Gbagbo s’est rendu au Maroc pour des soins dentaires sur proposition de son médecin traitant, le Rhdp avait crié au scandale. Les faits rattrapent aujourd’hui Ouattara et les siens.
Le président Gbagbo, de retour de ce voyage, avait lui-même révélé qu’il est allé au Maroc avec son dentiste pour un traitement compliqué de ses dents. On attend donc que Ouattara dise aux Ivoiriens de quoi il souffre, au nom de la transparence et de la bonne gouvernance pour éviter des supputations sur son état de santé qui a toujours suscité beaucoup de commentaires.

Benjamin Koré benjaminkore@yahoo.fr

Source : notrevoie
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.