La Première Dame de Côte d’Ivoire, Simone Ehivet Gbagbo, vient d’être inculpée par le sixième cabinet du juge d’instruction d’Abidjan, présidée par la magistrate Delphine Makouéni Cissé, alors qu’elle bénéficie de son immunité parlementaire. Nous avons reçu l’information hier, très tard dans la nuit, de l’un des avocats membres du Collectif des avocats nationaux des pro-Gbagbo.

Pour l’instant, la nouvelle reste à confirmer auprès de la présidente du sixième cabinet, qui n’a pas encore notifié la décision aux conseils juridiques de la Première Dame. Selon notre source, l’épouse du président ivoirien Gbagbo Laurent a été inculpée sur place à Odienné, lieu de sa détention depuis quatre mois, par le juge d’instruction de la section du Tribunal de Première Instance d’Odienné ; agissant aux bons soins de sa patronne à Abidjan qui l’a saisi d’une commission rogatoire qu’il a exécutée. En clair, la présidente Makouéni Cissé ne s’est pas déplacée dans la capitale du Denguélé pour écrouer en personne Mme Gbagbo.
Elle a confié la « sale besogne » au juge d’instruction siégeant sur place à Odienné. La Première Dame de l’Etat de Côte d’Ivoire, inculpée principalement pour délits économiques, est poursuivie pour sept chefs d’accusation portant sur les infractions suivantes : vols en réunion, vols à mains armées commis avec violence et effraction, détournements de deniers publics, concussion, atteinte à l’économie publique, pillages et complicité des infractions sus-citées. Pour l’heure, on peut dire que Simone Ehivet Gbagbo est « vernie », comparativement aux autres déportés de Bouna, Katiola et Korhogo (hormis le Président Laurent Gbagbo, qui n’a pas encore été formellement inculpé par Alassane Ouattara).
En effet, les Premiers ministres Pascal Affi N’Guessan et Gilbert-Marie Aké N’Gbo, Michel Gbagbo, le fils du président Gbagbo et toutes les autres personnalités en détention dans les goulags du nord du pays et récemment inculpés, sont poursuivis pour 19 chefs d’accusation : 12 délivrés par le 3ème cabinet du juge d’instruction à Abidjan, et sept autres par le sixième cabinet. Après la Première Dame de Côte d’Ivoire, il ne reste plus que le Président Laurent Gbagbo pour que la folie justicière du régime ouattariste soit bouclée.
Par thruthway
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.