Folle journée que celle vécue par les transporteurs, lundi à Adjamé. En effet, aux environs de 12h, les hommes de koné Zacharia, appartenant aux Frci (les forces pro-ouattara) ont cassé 11 minicars, communément appelés «Gbaka», blessé plusieurs de leurs chauffeurs et traumatisé leurs passagers et des commerçants. 

Ils reprochaient aux conducteurs de ces mini-cars, d’enfreindre l’interdiction de stationner tout le long du boulevard Nangui Abrogua, décidée par le chef de guerre Koné Zcharia dans l’optique, selon lui, d’assainir et rendre beaucoup plus fluide la circulation sur cette voie commerciale. A notre arrivée sur les lieux des faits qui, précisons-le, se sont produits au niveau de la grande mosquée d’Adjamé, quatre mini-cars, les vitres et pare-brises entièrement détruits, étaient stationnés au niveau de l’intersection de la grande mosquée. 
Un peu partout sur le bitume, on pouvait voir les brisures des vitres, signe de l’intensité de la violence des actes perpétrés en ces lieux. Les chauffeurs blessés que nous avons interrogés, s’expliquent difficilement la réaction de ces hommes en uniforme, soutenant qu’ils ont cessé de stationner leurs véhicules sur ce boulevard, depuis l’avènement de l’interdiction. « Et c’est comme ça depuis quelques mois. Ils nous empêchent de travailler tranquillement à Adjamé. Nous souhaitons que les autorités militaires prennent les mesures en aidant les transporteurs à vaquer à leurs activités», note un responsable syndical des chauffeurs. 
Quant à Diabaté Daouda, Secrétaire général de l’Union des transporteurs assimilés pour la sécurité des gares routières de Côte d’Ivoire (Utasgr-Ci), il déplore pour sa part, les nombreuses interdictions de stationner dans la commune d’Adjamé. « Cette commune est le coeur névralgique du transport en Côte d’Ivoire. Si nous saluons les efforts déployés par les Frci pour permettre une véritable fluidité routière, nous déplorons cependant, le rythme intempestif avec lequel les choses se déroulent ». Hier, aux environs de 17h quand nous quittions le théâtre des hostilités, l’accalmie était revenue, le transport et les commerces ayant repris leur cours normal. 
Source: Le Démocrate-17/8/2011 
Par thruthway
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.